Zürcher Nachrichten - Pénurie de puces: la "tech" ne voit toujours pas la fin du tunnel

EUR -
AED 3.938361
AFN 75.940226
ALL 100.157487
AMD 416.977517
ANG 1.933105
AOA 916.235945
ARS 971.18739
AUD 1.608002
AWG 1.931386
AZN 1.825571
BAM 1.951483
BBD 2.165809
BDT 126.03118
BGN 1.954847
BHD 0.404157
BIF 3084.048372
BMD 1.072248
BND 1.448382
BOB 7.411603
BRL 5.815441
BSD 1.072617
BTN 89.453202
BWP 14.47584
BYN 3.510334
BYR 21016.058003
BZD 2.162117
CAD 1.470888
CDF 3050.545029
CHF 0.954553
CLF 0.036304
CLP 1001.736783
CNY 7.784954
CNH 7.811733
COP 4463.231706
CRC 560.646605
CUC 1.072248
CUP 28.414568
CVE 110.021598
CZK 24.878287
DJF 190.9857
DKK 7.458266
DOP 63.308466
DZD 144.224833
EGP 51.153297
ERN 16.083718
ETB 61.877665
FJD 2.404784
FKP 0.841288
GBP 0.84416
GEL 3.045453
GGP 0.841288
GHS 16.197167
GIP 0.841288
GMD 72.644458
GNF 9233.486569
GTQ 8.323586
GYD 224.413528
HKD 8.368198
HNL 26.521707
HRK 7.525505
HTG 142.174141
HUF 396.413252
IDR 17684.101399
ILS 3.985278
IMP 0.841288
INR 89.657613
IQD 1405.191284
IRR 45128.236178
ISK 149.514028
JEP 0.841288
JMD 166.966725
JOD 0.759905
JPY 169.879431
KES 137.516108
KGS 93.604241
KHR 4419.182193
KMF 491.631446
KPW 965.023212
KRW 1486.478449
KWD 0.328751
KYD 0.893922
KZT 494.037038
LAK 23531.940096
LBP 96054.896965
LKR 327.315876
LRD 208.309156
LSL 19.288029
LTL 3.166069
LVL 0.648592
LYD 5.200447
MAD 10.699629
MDL 19.146642
MGA 4825.279992
MKD 61.572826
MMK 3482.619215
MNT 3699.255212
MOP 8.625418
MRU 42.04201
MUR 50.021856
MVR 16.509922
MWK 1859.768275
MXN 19.750487
MYR 5.050822
MZN 68.29687
NAD 19.288029
NGN 1597.649063
NIO 39.482285
NOK 11.317265
NPR 143.122033
NZD 1.749882
OMR 0.412762
PAB 1.072627
PEN 4.089154
PGK 4.181651
PHP 63.102077
PKR 298.727337
PLN 4.323257
PYG 8078.12869
QAR 3.912744
RON 4.976836
RSD 117.057619
RUB 91.224926
RWF 1407.752794
SAR 4.022768
SBD 9.10293
SCR 14.643937
SDG 644.420705
SEK 11.21479
SGD 1.450231
SHP 1.354731
SLE 24.497971
SLL 22484.503499
SOS 613.029497
SRD 33.384972
STD 22193.365786
SVC 9.385237
SYP 2694.055366
SZL 19.300122
THB 39.411509
TJS 11.343205
TMT 3.76359
TND 3.359967
TOP 2.528469
TRY 34.95683
TTD 7.285881
TWD 34.702552
TZS 2798.567096
UAH 43.475214
UGX 4006.13719
USD 1.072248
UYU 42.215229
UZS 13544.036417
VEF 3884274.19294
VES 38.962887
VND 27292.996959
VUV 127.299384
WST 3.002954
XAF 654.493798
XAG 0.035514
XAU 0.000459
XCD 2.897803
XDR 0.814091
XOF 654.502934
XPF 119.331742
YER 268.437316
ZAR 19.455412
ZMK 9651.510884
ZMW 27.379428
ZWL 345.263373
  • AEX

    5.7300

    930.5

    +0.62%

  • BEL20

    8.1100

    3869.6

    +0.21%

  • PX1

    57.5300

    7627.4

    +0.76%

  • ISEQ

    -36.4200

    9548.46

    -0.38%

  • OSEBX

    4.3500

    1408.61

    +0.31%

  • PSI20

    94.2000

    6635.76

    +1.44%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -8.9300

    2067.07

    -0.43%

  • N150

    34.6200

    3363.52

    +1.04%

Pénurie de puces: la "tech" ne voit toujours pas la fin du tunnel
Pénurie de puces: la "tech" ne voit toujours pas la fin du tunnel

Pénurie de puces: la "tech" ne voit toujours pas la fin du tunnel

A quand la fin des pénuries de puces pour les produits "high-tech"? Au salon du mobile de Barcelone, fabricants et spécialistes appellent à la patience, alors que la guerre en Ukraine fait craindre de nouvelles perturbations dans un marché sous tension.

Taille du texte:

Problèmes logistiques, ruptures de stocks, usines débordées... "La situation reste très compliquée pour l'ensemble du secteur: il va falloir être patient", prévient Ariane Bucaille, spécialiste du marché des semi-conducteurs au sein du cabinet Deloitte.

La pénurie de puces, liée au boom de la demande mondiale en produits électroniques et aux perturbations engendrées par la crise sanitaire sur les chaînes d'approvisionnement, secoue depuis un an l'ensemble de l'économie mondiale.

Elle a touché de plein fouet l'industrie automobile et le secteur informatique, très dépendants de ces composants électroniques, mais aussi le marché du smartphone - même si ce dernier a mieux résisté que d'autres branches d'activité.

Selon le cabinet d'analyse IDC, les ventes de téléphones portables ont reculé de 3,2% au quatrième trimestre, à 363,1 million d'unités. En Chine, elles ont chuté de 11% sur cette même période, d'après Counterpoint research.

Cela n'a pas empêché les géants du smartphone comme Apple et Samsung d'engranger des profits record en 2021.

Mais cette situation a entraîné de gros retards dans le lancement de produits, qui assombrissent les perspectives du secteur.

- Néon et palladium -

Quel sera l'effet de la guerre en Ukraine sur ce marché déjà perturbé? Pour Marina Koytcheva, analyste chez CCS, il est "peu probable" que le secteur du smartphone "soit épargné par la crise", "compte tenu de l'importance économique et géographique de la Russie et de l'Ukraine".

La Russie est en effet un important fournisseur de palladium, un métal rare omniprésent dans l'électronique. L'Ukraine, de son côté, dispose d'importantes réserves de néon, un gaz indispensable aux lasers utilisés dans la fabrication des semi-conducteurs.

"L'Ukraine fournit aujourd'hui près de 70% de la demande mondiale de néon", rappelle le bureau d'études taïwanais TrendForce. "Si l'approvisionnement de ces matériaux est coupé, il y aura un impact", qui se traduira par une "hausse des coûts de production", estime-t-il.

Du côté des fabricants de puces, présents en nombre au Salon du mobile (MWC), on se veut pourtant rassurant. "Nous n'anticipons pas d'impact sur notre chaîne d'approvisionnement", a fait savoir l'américain Intel, en précisant disposer de sources "diversifiées".

"Nous n'utilisons qu'une petite quantité de néon" dont "moins de 20% provient d'Ukraine et de Russie", a assuré de son côté auprès de l'AFP une porte-parole du fournisseur néerlandais ASML, en indiquant examiner des sources d'approvisionnement alternatives.

Un message relayé par la Semiconductor Industry Association (SIA). Le secteur "dispose d'un ensemble diversifié de fournisseurs de matériaux. Nous ne pensons pas qu'il existe de risques immédiats de rupture d'approvisionnement", a-t-elle assuré dans un communiqué.

- Investissements colossaux -

Quel que soit l'impact de la crise ukrainienne, un retour rapide à la normale est peu probable. "Les besoins en semi-conducteurs sont actuellement très élevés (...) Le marché reste déséquilibré", insiste Ariane Bucaille.

Selon la banque américaine JP Morgan, la pénurie de semi-conducteurs devrait se prolonger tout au long de l'année 2022. D'après Deloitte, la situation ne devrait pas s'améliorer avant 2024, malgré les efforts mis en oeuvre pour accroître les capacités de production.

Ces derniers mois, les géants du secteur ont annoncé des dizaines de milliards d'investissements dans de nouvelles usines - à l'image du taïwanais TSMC, ou bien du coréen Samsung Electronics, qui va injecter 15 milliards d'euros dans une chaîne de production au Texas.

Mais ces investissements, destinés à diversifier la production de puces, "ne porteront leurs fruits que d'ici deux à trois ans", s'agissant de "technologies complexes", impliquant de trouver "une main d'oeuvre extrêmement qualifiée", souligne Ariane Bucaille.

Un avis partagé par les fabricants eux-mêmes. "Nous faisons face à un moment compliqué", avec une "demande sans précédent", a reconnu lors d'une conférence récente le PDG d'Intel, Pat Gelsinger. Une situation qui devrait se poursuivre, selon lui, "jusqu'en 2023 voire au-delà".

E.Leuenberger--NZN