Zürcher Nachrichten - Face à la trêve au Yémen, la population "fatiguée" entre espoir et désillusion

EUR -
AED 4.000922
AFN 77.160606
ALL 100.490321
AMD 423.173682
ANG 1.963488
AOA 953.663079
ARS 1001.088177
AUD 1.607457
AWG 1.962333
AZN 1.854762
BAM 1.956576
BBD 2.199683
BDT 128.010776
BGN 1.950666
BHD 0.410663
BIF 3136.558534
BMD 1.089277
BND 1.462887
BOB 7.527951
BRL 5.90917
BSD 1.089437
BTN 90.998548
BWP 14.672887
BYN 3.564763
BYR 21349.830549
BZD 2.195981
CAD 1.486988
CDF 3123.499047
CHF 0.975796
CLF 0.036103
CLP 996.189718
CNY 7.89769
CNH 7.923864
COP 4317.513054
CRC 569.428481
CUC 1.089277
CUP 28.865842
CVE 110.310274
CZK 25.330374
DJF 193.977833
DKK 7.461603
DOP 64.395839
DZD 146.722198
EGP 52.382351
ERN 16.339156
ETB 62.939254
FJD 2.419066
FKP 0.839354
GBP 0.839707
GEL 2.973392
GGP 0.839354
GHS 16.777886
GIP 0.839354
GMD 73.798932
GNF 9378.763198
GTQ 8.458472
GYD 227.829324
HKD 8.504969
HNL 26.983827
HRK 7.524672
HTG 143.997779
HUF 392.314398
IDR 17607.564715
ILS 3.941224
IMP 0.839354
INR 90.977398
IQD 1427.185756
IRR 45844.945383
ISK 149.318034
JEP 0.839354
JMD 170.808536
JOD 0.771971
JPY 172.072838
KES 138.904395
KGS 92.912524
KHR 4472.794694
KMF 493.769177
KPW 980.349743
KRW 1506.122059
KWD 0.333079
KYD 0.907873
KZT 516.68206
LAK 24122.900692
LBP 97560.041284
LKR 329.585271
LRD 212.445243
LSL 19.598744
LTL 3.216352
LVL 0.658893
LYD 5.28412
MAD 10.692292
MDL 19.250901
MGA 4871.954856
MKD 61.549414
MMK 3537.929429
MNT 3758.006264
MOP 8.761296
MRU 43.131108
MUR 50.847279
MVR 16.829315
MWK 1889.057978
MXN 19.275792
MYR 5.091269
MZN 69.604795
NAD 19.598744
NGN 1762.068862
NIO 40.106092
NOK 11.703394
NPR 145.59642
NZD 1.786784
OMR 0.420199
PAB 1.089427
PEN 4.096825
PGK 4.26271
PHP 63.724345
PKR 303.299298
PLN 4.254536
PYG 8214.295959
QAR 3.97253
RON 4.964381
RSD 117.078652
RUB 95.452372
RWF 1427.272688
SAR 4.08566
SBD 9.192866
SCR 15.199769
SDG 654.655655
SEK 11.491813
SGD 1.461705
SHP 0.839354
SLE 24.887043
SLL 22841.599486
SOS 622.649836
SRD 32.248032
STD 22545.836083
SVC 9.532913
SYP 2736.841716
SZL 19.607868
THB 39.431198
TJS 11.602555
TMT 3.81247
TND 3.378387
TOP 2.566827
TRY 36.086796
TTD 7.395035
TWD 35.498405
TZS 2892.031058
UAH 44.688731
UGX 4030.580255
USD 1.089277
UYU 43.667521
UZS 13786.468492
VEF 3945963.406368
VES 39.735359
VND 27683.976704
VUV 129.321193
WST 3.053906
XAF 656.220306
XAG 0.035313
XAU 0.000452
XCD 2.943825
XDR 0.825131
XOF 656.220306
XPF 119.331742
YER 272.67333
ZAR 19.598197
ZMK 9804.803079
ZMW 27.86218
ZWL 350.746772
  • AEX

    8.8900

    944.91

    +0.95%

  • BEL20

    11.6800

    4040.06

    +0.29%

  • PX1

    96.8700

    7724.32

    +1.27%

  • ISEQ

    -3.9100

    9769.03

    -0.04%

  • OSEBX

    19.1100

    1434.43

    +1.35%

  • PSI20

    10.2000

    6811.86

    +0.15%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    8.6400

    2408.05

    +0.36%

  • N150

    18.2400

    3395.27

    +0.54%

Face à la trêve au Yémen, la population "fatiguée" entre espoir et désillusion
Face à la trêve au Yémen, la population "fatiguée" entre espoir et désillusion

Face à la trêve au Yémen, la population "fatiguée" entre espoir et désillusion

A Hodeida, une ville portuaire stratégique du Yémen, les habitants espèrent que la trêve récente permettra un répit dans ce pays en guerre depuis plus de sept ans. Mais beaucoup restent prudents, éprouvés par l'un des pires drames humanitaires au monde.

Taille du texte:

"Si elle échoue, alors ce sera fini de notre dernier espoir", résume auprès de l'AFP Maha Hamid, une enseignante de 44 ans qui n'a pas reçu de salaire régulier "depuis cinq ans" dans cette ville de l'ouest du Yémen.

"La situation humanitaire est effrayante et catastrophique. Et les deux camps le savent", dit-elle.

Depuis que les rebelles Houthis, soutenus par l'Iran, se sont emparés de la capitale Sanaa en 2014, les soldats du gouvernement leur livrent une guerre sans fin, et meurtrière. Dès 2015, la guerre a connu un tournant avec l'intervention d'une coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite et comprenant les Emirats arabes unis, pour appuyer les forces loyalistes.

Le conflit a provoqué l'une des pires tragédies humanitaires au monde, tuant des centaines de milliers de personnes et forçant des millions d'autres à quitter leurs maisons.

Isolés du reste du monde, les Yéménites sont confrontés à une faim aiguë, parfois proche de la famine, et dépendent à 80% de l'aide internationale.

- "Frustrant" -

Samedi, premier jour du mois de jeûne musulman du ramadan, l'entrée en vigueur d'une trêve nationale de deux mois, négociée par l'ONU, a fait naître une lueur d'espoir dans le pays, le plus pauvre de la péninsule arabique.

Mais dès mardi, le gouvernement et les Houthis se sont mutuellement accusés d'avoir repris les hostilités. Le précédent cessez-le-feu, datant de 2016, avait été violé immédiatement après son entrée en vigueur. Depuis 2018, un accord pour faire cesser les hostilités à Hodeida est régulièrement ignoré par les combattants.

Dans ce port situé au bord de la mer Rouge et aux mains des rebelles, Safaa Mohammed aussi ne se fait guère d'illusions.

Les belligérants "ne vivent pas les difficultés que nous traversons, voilà pourquoi la trêve est fragile. Je ne fais confiance à aucun (d'entre eux), mais nous sommes fatigués", confie à l'AFP cette étudiante en décoration d'intérieur.

Elle veut pourtant y croire. "Même les plus pessimistes souhaitent que la trêve fonctionne et leur donne tort", explique-t-elle. Le retour des violences est "extrêmement frustrant".

Sur Twitter, le ministre yéménite des Affaires étrangères, Ahmed ben Moubarak, a accusé les Houthis de "violations" du cessez-le-feu, évoquant "des mobilisations de troupes et de véhicules, des tirs d'artillerie et des attaques de drones".

De leur côté, les médias affiliés aux rebelles ont rapporté des "violations" de la trêve de la part des troupes progouvernementales dimanche et lundi.

- "Optimiste" -

Outre la suspension des combats, la trêve prévoit la reprise de deux vols commerciaux hebdomadaires à destination et en provenance de Sanaa, ainsi que l'entrée de 18 navires transportant du carburant au port de Hodeida, deux zones contrôlées par les rebelles.

La coalition saoudienne, qui contrôle tout l'espace aérien et maritime du Yémen, est régulièrement accusée par les Houthis de maintenir un "blocus" sur ce pays.

A Sanaa, Moujahed Salah non plus n'a pas beaucoup d'espoir. "Cette trêve, va échouer comme celles qui l'ont précédées. Et le plus grand perdant sera le Yéménite ordinaire", déplore cet homme de 43 ans, salarié dans une entreprise privée.

Même si les armes venaient à se taire, même si le pays s'ouvrait enfin au monde extérieur, M. Salah regrette que la grave crise économique, préoccupation majeure de la population, n'ait pas été abordée lors des négociations pour la trêve.

"Alors que les prix augmentent chaque jour", soupire-t-il.

Jeune étudiant, Amjad Yahya se dit lui "optimiste", notamment avec la réouverture de l'aéroport de Sanaa et des ports de Hodeida. "C'est important pour l'économie du pays et la baisse des prix des denrées alimentaires", assure-t-il à l'AFP.

La trêve intervient au moment où l'inflation explose, sur fond d'étiolement des financements de l'aide internationale. Le Yémen voit sa sécurité alimentaire menacée par une autre guerre, celle en Ukraine, pays lui fournissant près d'un tiers de son approvisionnement en blé.

R.Schmid--NZN