Zürcher Nachrichten - Covid: cuisant échec pour Olaf Scholz sur la vaccination obligatoire

EUR -
AED 4.01463
AFN 77.43367
ALL 100.202987
AMD 423.897239
ANG 1.969076
AOA 957.991104
ARS 1008.864037
AUD 1.62248
AWG 1.970163
AZN 1.863306
BAM 1.954883
BBD 2.205965
BDT 128.379767
BGN 1.955842
BHD 0.411993
BIF 3145.895237
BMD 1.093017
BND 1.464599
BOB 7.549458
BRL 6.001318
BSD 1.092587
BTN 91.285336
BWP 14.764073
BYN 3.57549
BYR 21423.136759
BZD 2.202267
CAD 1.494613
CDF 3093.238535
CHF 0.966445
CLF 0.036071
CLP 995.313916
CNY 7.93421
CNH 7.946382
COP 4356.733695
CRC 571.132038
CUC 1.093017
CUP 28.964955
CVE 110.212283
CZK 25.271978
DJF 194.528732
DKK 7.459518
DOP 64.469752
DZD 146.970949
EGP 52.745515
ERN 16.395258
ETB 62.74776
FJD 2.435461
FKP 0.842236
GBP 0.841836
GEL 2.967566
GGP 0.842236
GHS 16.846942
GIP 0.842236
GMD 74.108511
GNF 9411.498237
GTQ 8.470948
GYD 228.580664
HKD 8.534743
HNL 27.061303
HRK 7.550508
HTG 144.221015
HUF 389.846978
IDR 17672.994809
ILS 3.975191
IMP 0.842236
INR 91.423217
IQD 1431.215413
IRR 46002.358061
ISK 149.491864
JEP 0.842236
JMD 170.909813
JOD 0.774516
JPY 170.92439
KES 142.63889
KGS 92.860334
KHR 4486.853822
KMF 492.458834
KPW 983.715846
KRW 1510.983769
KWD 0.333895
KYD 0.910465
KZT 519.471523
LAK 24200.424311
LBP 97838.101503
LKR 331.931229
LRD 213.050042
LSL 19.874484
LTL 3.227396
LVL 0.661155
LYD 5.282522
MAD 10.739261
MDL 19.348745
MGA 4915.69367
MKD 61.610614
MMK 3550.07717
MNT 3770.909655
MOP 8.785598
MRU 43.253706
MUR 50.792639
MVR 16.73446
MWK 1894.511139
MXN 19.375861
MYR 5.101656
MZN 69.843788
NAD 19.874394
NGN 1789.640584
NIO 40.220761
NOK 11.739245
NPR 146.057473
NZD 1.800669
OMR 0.420787
PAB 1.092587
PEN 4.058996
PGK 4.277993
PHP 63.69883
PKR 304.360601
PLN 4.294798
PYG 8252.128292
QAR 3.986193
RON 4.969402
RSD 117.028215
RUB 96.372401
RWF 1430.728735
SAR 4.099645
SBD 9.244307
SCR 14.880757
SDG 647.065768
SEK 11.533424
SGD 1.465578
SHP 0.842236
SLE 24.972495
SLL 22920.027795
SOS 624.407043
SRD 32.393751
STD 22623.248866
SVC 9.559427
SYP 2746.238863
SZL 19.869678
THB 39.303766
TJS 11.635734
TMT 3.83649
TND 3.390978
TOP 2.578701
TRY 36.168268
TTD 7.416453
TWD 35.674439
TZS 2900.73904
UAH 45.320637
UGX 4042.066575
USD 1.093017
UYU 43.879012
UZS 13750.54856
VEF 3959512.161334
VES 39.889319
VND 27651.695168
VUV 129.765227
WST 3.064392
XAF 655.649384
XAG 0.0358
XAU 0.000443
XCD 2.953934
XDR 0.824113
XOF 655.649384
XPF 119.331742
YER 273.609539
ZAR 19.89077
ZMK 9838.45849
ZMW 28.488634
ZWL 351.951087
  • AEX

    4.0300

    920.55

    +0.44%

  • BEL20

    1.6100

    4019.2

    +0.04%

  • PX1

    36.3400

    7607.48

    +0.48%

  • ISEQ

    18.5400

    9775.85

    +0.19%

  • OSEBX

    9.3100

    1441.06

    +0.65%

  • PSI20

    25.0300

    6791.03

    +0.37%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -30.4900

    2370.47

    -1.27%

  • N150

    16.8800

    3393.26

    +0.5%

Covid: cuisant échec pour Olaf Scholz sur la vaccination obligatoire
Covid: cuisant échec pour Olaf Scholz sur la vaccination obligatoire

Covid: cuisant échec pour Olaf Scholz sur la vaccination obligatoire

Camouflet pour Olaf Scholz: le chancelier allemand, déjà critiqué pour son manque de charisme, a échoué jeudi à faire voter un projet de vaccination obligatoire contre le Covid-19 pourtant en grande partie vidé de sa substance.

Taille du texte:

Une proposition de loi, issue d'une promesse du successeur d'Angela Merkel, a obtenu 296 voix pour mais a été rejeté par 378 députés du Bundestag. Neuf membres de la chambre basse du parlement allemand se sont abstenus.

Le ministre de la Santé, Karl Lauterbach, a dans la foulée assuré que l'objectif de vaccination obligatoire n'était pas "abandonné", afin "d'éviter des victimes inutiles à l'automne".

L'échec politique est néanmoins de taille pour le chancelier, qui s'était prononcé à l'automne pour une vaccination obligatoire pour tous les adultes, promise alors pour "fin février ou début mars".

"Je suis naturellement déçu, mais le Bundestag a décidé" et "je respecte une décision démocratique", a déclaré le chef du gouvernement lors d'une conférence presse à l'issue d'une réunion avec les représentants des Etats régionaux consacrée à l'accueil des réfugiés ukrainiens en Allemagne.

- Départ soudain de Bruxelles -

Le nouveau chancelier social-démocrate n'a pas pu entraîner derrière lui l'ensemble des trois partis de sa propre coalition gouvernementale, réunissant sociaux-démocrates, écologistes et libéraux, ni l'opposition conservatrice.

Faute d'une stratégie visible et d'un projet ouvertement concocté par le gouvernement, qui s'est officiellement contenté d'appuyer une proposition du groupe parlementaire social-démocrate, le projet de vaccination obligatoire a été peu à peu vidé d'une partie de son contenu lors des tractations parlementaires. Avant d'échouer complètement.

"On assiste rarement à une telle débâcle politique", a cinglé dans un éditorial le quotidien Süddeutsche Zeitung.

"Ce n'est pas seulement de la lâcheté, mais aussi un manque de sérieux", a regretté le quotidien, convaincu que la vaccination obligatoire est "malheureusement" nécessaire.

Le sujet est épineux dans une Allemagne où la mouvance anti-vaccins est fortement mobilisée.

Les libéraux du FDP en particulier, bien qu'au gouvernement, ont freiné depuis des mois sur l'idée d'une obligation vaccinale. Six Allemands sur dix y étaient cependant favorables selon un sondage Civey réalisé mi-mars.

Malgré une proposition d'obligation réservée au final aux seuls plus de 60 ans, le gouvernement n'a pas pu réunir de majorité au Bundestag.

Ce revers va alimenter les critiques croissantes ces derniers mois sur la discrétion et le manque de leadership d'Olaf Scholz.

Il s'est même attiré les sarcasmes jeudi en obligeant sa cheffe de la diplomatie, Annalena Baerbock, à quitter une réunion de l'Otan à Bruxelles sur l'Ukraine pour venir participer au vote, ont rapporté plusieurs médias.

Ce départ soudain de Bruxelles de la populaire ministre écologiste a ainsi offert un angle d'attaque aux conservateurs.

"Que le chancelier rappelle la ministre des Affaires étrangères et dise +non, l'Ukraine n'est pas importante, il est plus important que les intérêts politiques des partis soient pris en compte+, c'est un signal totalement déraisonnable, y compris pour le monde", s'est ainsi emporté un responsable du parti conservateur CDU d'Angela Merkel, Paul Ziemiak, sur le site internet du quotidien Die Welt.

- Déconvenues -

La situation sanitaire reste dégradée en Allemagne, qui enregistre ces derniers jours plus de 200.000 nouveaux cas de Covid toutes les 24 heures. Le taux d'incidence sur sept jours dépasse les 1.200.

Quelque 76% de la population ont reçu deux doses de vaccin. Seuls 58,9% des Allemands ont reçu une dose de rappel contre le Covid, selon l'institut Robert Koch.

Le gouvernement Scholz multiplie les déconvenues ces derniers jours au sujet de la pandémie.

Le ministre de la Santé, Karl Lauterbach, a ainsi renoncé mercredi, face aux critiques, à lever le 1er mai l'obligation d'isolement en cas d'infection au Covid-19.

"C'était une erreur dont je suis personnellement responsable. Cela a donné un mauvais signal" induisant que cette mesure en définitive "minimise la pandémie", a admis le ministre de la Santé.

Le ministre du gouvernement d'Olaf Scholz avait annoncé lundi que l'obligation d'isolement, actuellement de sept jours avant un test négatif, serait levée le 1er mai. Une décision prise avec les représentants des 16 Länder mais immédiatement critiquée par l'opposition et des associations.

W.Vogt--NZN