Zürcher Nachrichten - Les bombes ou les périls de l'exil: alerte pour des milliers d'enfants d'orphelinats ukrainiens

EUR -
AED 4.014904
AFN 77.350587
ALL 100.298926
AMD 424.109588
ANG 1.970361
AOA 958.097609
ARS 1008.878981
AUD 1.623764
AWG 1.970301
AZN 1.857371
BAM 1.955761
BBD 2.207517
BDT 128.460974
BGN 1.954194
BHD 0.412016
BIF 3148.137475
BMD 1.093093
BND 1.465671
BOB 7.555126
BRL 5.999334
BSD 1.093308
BTN 91.439757
BWP 14.793842
BYN 3.577829
BYR 21424.628485
BZD 2.203837
CAD 1.495199
CDF 3093.453671
CHF 0.966426
CLF 0.036754
CLP 1014.150456
CNY 7.933456
CNH 7.943184
COP 4371.55334
CRC 571.804337
CUC 1.093093
CUP 28.966972
CVE 110.26281
CZK 25.263614
DJF 194.652573
DKK 7.46046
DOP 64.67049
DZD 146.699673
EGP 52.740616
ERN 16.396399
ETB 63.180757
FJD 2.436175
FKP 0.842294
GBP 0.841737
GEL 2.967767
GGP 0.842294
GHS 16.870128
GIP 0.842294
GMD 74.112535
GNF 9418.071427
GTQ 8.483832
GYD 228.721273
HKD 8.535801
HNL 27.079958
HRK 7.551034
HTG 144.321095
HUF 389.738589
IDR 17673.186968
ILS 3.973197
IMP 0.842294
INR 91.420312
IQD 1432.210862
IRR 46005.5697
ISK 149.513415
JEP 0.842294
JMD 171.256599
JOD 0.774566
JPY 171.040137
KES 142.642018
KGS 92.697045
KHR 4489.992976
KMF 492.493893
KPW 983.784344
KRW 1511.442043
KWD 0.333994
KYD 0.91109
KZT 521.979183
LAK 24205.405014
LBP 97906.638211
LKR 332.363399
LRD 213.361618
LSL 19.934751
LTL 3.227621
LVL 0.661201
LYD 5.280895
MAD 10.711387
MDL 19.334793
MGA 4930.082492
MKD 61.540104
MMK 3550.324367
MNT 3771.172229
MOP 8.792867
MRU 43.238141
MUR 50.831092
MVR 16.735615
MWK 1895.779691
MXN 19.362505
MYR 5.102014
MZN 69.848651
NAD 19.934569
NGN 1778.834339
NIO 40.240305
NOK 11.74632
NPR 146.303771
NZD 1.800915
OMR 0.420797
PAB 1.093318
PEN 4.072931
PGK 4.281915
PHP 63.73991
PKR 304.150059
PLN 4.292145
PYG 8250.987093
QAR 3.987821
RON 4.96997
RSD 117.038619
RUB 96.356161
RWF 1432.084659
SAR 4.100025
SBD 9.244951
SCR 14.868329
SDG 647.111341
SEK 11.53161
SGD 1.465614
SHP 0.842294
SLE 24.974233
SLL 22921.623751
SOS 624.793307
SRD 32.396005
STD 22624.824157
SVC 9.566073
SYP 2746.430088
SZL 19.934604
THB 39.304352
TJS 11.632416
TMT 3.836757
TND 3.380733
TOP 2.57888
TRY 36.171881
TTD 7.401124
TWD 35.682388
TZS 2900.940567
UAH 45.345399
UGX 4034.030594
USD 1.093093
UYU 43.899128
UZS 13761.726678
VEF 3959787.868232
VES 39.899998
VND 27674.389371
VUV 129.774263
WST 3.064606
XAF 655.955974
XAG 0.03591
XAU 0.000443
XCD 2.954139
XDR 0.824684
XOF 655.943972
XPF 119.331742
YER 273.628591
ZAR 19.888341
ZMK 9839.137862
ZMW 28.890483
ZWL 351.975593
  • AEX

    6.0500

    922.59

    +0.66%

  • BEL20

    8.4400

    4025.85

    +0.21%

  • PX1

    68.1400

    7639.11

    +0.9%

  • ISEQ

    84.8900

    9842.1

    +0.87%

  • OSEBX

    13.0300

    1444.73

    +0.91%

  • PSI20

    33.8300

    6800.05

    +0.5%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -30.4900

    2370.47

    -1.27%

  • N150

    34.4400

    3410.79

    +1.02%

Les bombes ou les périls de l'exil: alerte pour des milliers d'enfants d'orphelinats ukrainiens
Les bombes ou les périls de l'exil: alerte pour des milliers d'enfants d'orphelinats ukrainiens

Les bombes ou les périls de l'exil: alerte pour des milliers d'enfants d'orphelinats ukrainiens

Bloqués ou déplacés sous les bombes, relocalisés dans des pays lors d'initiatives parfois peu encadrées et via des zones frontières hantées par des trafiquants, les dizaines de milliers d'enfants placés dans des institutions en Ukraine, dont la vie était précaire avant la guerre, sont dans une situation "chaotique", alertent ONG et experts.

Taille du texte:

L'Ukraine est un cas hors norme, avec le plus grand nombre en Europe d'enfants placés (évalué à au moins 100.000 par le HCR) dans un vaste réseau fermé et souvent dysfonctionnel d'orphelinats, internats, ou institutions pour handicapés.

Il y avait donc "des dizaines de milliers d'enfants vivant dans ces institutions avant la guerre, c'est énorme...", observe Geneviève Colas, coordinatrice du collectif "Ensemble contre la traite des êtres humains" pour le Secours catholique Caritas France.

Pour la plupart d'entre eux, la situation est aujourd'hui "chaotique", confie à l'AFP Halyna Kurylo, représentante en Ukraine du groupe de défense des droits de l'Homme "Disability Rights International" (DRI). "Beaucoup d'institutions ont été évacuées de manière hasardeuse; certains enfants sont laissés de côté car ils ne peuvent pas se déplacer en raison de leur handicap. Des institutions ont rejoint l'ouest du pays et ont fusionné avec d'autres, les endroits doivent être surpeuplés... Dans la confusion, des enfants peuvent se perdre".

Le 25 février, un "baby home" (enfants de 0 à 4 ans) accueillant 55 enfants à Vorzel a subi un bombardement russe. "Heureusement, les enfants et le personnel n'étaient pas dans le bâtiment touché", relate Halyna Postoliuk, directrice pour l'Ukraine de l'ONG "Hope and Homes for Children".

La décision d'évacuer n'a pas été prise ce jour là. Puis l'intensité des frappes l'a rendue impossible. Finalement, le 9 mars, les 55 enfants et 26 encadrants ont pu être évacués à l'hôpital pour enfants de Kiev, puis vers l'Ouest.

Pour un groupe d'enfants de 5 à 14 ans d'une institution à Nijine, c'est une odyssée de près de 1.000 km, de l'est à l'ouest de l'Ukraine, effectuée il y a une douzaine de jours pour fuir les bombes, raconte par téléphone Marieta, la directrice (qui n'a pas souhaité donner son nom de famille) de l'institution.

- 1.000 km en bus -

Ce centre accueille des enfants dont la famille n'est en mesure de s'en occuper en raison de pauvreté, de problèmes d'alcoolisme ou de drogue.

"Les Russes ont commencé à se rapprocher; les enfants entendaient des tirs, des détonations. C'est traumatisant pour eux...". Certains proches récupèrent les enfants, mais pour sept d'entre eux, impossible de venir les chercher en raison de problèmes d'accès. Les autorités décident de les évacuer dans un bus aux rideaux tirés et de les regrouper avec une autre institution à Nijni Vorota, à 24 heures de trajet en bus, près de la frontière slovaque.

"Les enfants n'ont pas vu de maisons détruites, de personnes tuées; heureusement...", relate Marieta. "Trois jours après notre départ, les Russes se sont rapprochés de Nijine. On n'aurait pas pu quitter la ville si on était resté plus longtemps".

Outre le danger des combats, d'autres périls menacent ces enfants.

En Ukraine, ces institutions forment "un énorme système désorganisé avec peu de contrôle; dans le chaos de cette guerre, les enfants sont une proie facile pour les organisations criminelles", alerte Eric Rosenthal, fondateur et directeur exécutif de DRI.

L'Ukraine suscite des inquiétudes depuis des années et a été le théâtre d'abus dans certains orphelinats (travail forcé à la journée chez des particuliers pour faire le ménage, exploitation sexuelle, etc...).

Avant la guerre, dans ce pays pauvre, des accusations de trafic pour adoption illégale ou trafic d'organes avaient émergé, ajoute M. Rosenthal.

Pour justifier ses craintes, il cite l'exemple de 2014, lors de la guerre en Crimée: "des enfants ont disparu d'orphelinats et ont été amenés en Russie. D'autres avaient été déplacés à l'intérieur de l'Ukraine sans être identifiés".

Ces dernières semaines, "nous avons eu connaissance que des enfants sont transférés d'orphelinats vers des pays limitrophes comme la Roumanie et la Moldavie; mais il y aussi un gros problème de trafics dans ces deux pays!", s'inquiète-t-il.

Quelque 70.000 enfants placés dans des institutions vivaient dans les régions qui sont ou ont été sous le feu des combats depuis le début de l'invasion russe le 24 février, selon le réseau d'ONG "Ukrainian Child Rights Network" (UCRN).

Environ 31.000 enfants qui avaient encore des parents ou des représentants légaux sont rentrés chez eux, mais leur situation est alarmante si ces personnes ne sont pas en mesure de les accueillir correctement.

- "C'est fou !" -

Jointe à Lviv (ouest de l'Ukraine), Colleen Holt Thompson, 55 ans, Américaine du Kentucky et bénévole régulière en Ukraine depuis 2006 auprès d'orphelinats via un réseau de parents adoptifs américains, lance auprès de l'AFP un cri du coeur.

Mère adoptive de six ukrainiens, elle est arrivée en urgence à Lviv le 3 mars pour aider à évacuer des orphelins et poursuivre sa procédure d'adoption d'une adolescente, Maure, lancée il y a trois ans.

Le "chaos" de l'évacuation de nombreux orphelins vers l'étranger l'a abasourdie.

Selon des chiffres officiels de fin mars, 3.000 enfants placés ont été transférés à l'étranger, principalement en Pologne, Allemagne, Italie, Roumanie, Autriche, République tchèque.

"Aucun gouvernement n'est préparé à de telles évacuations à grande échelle", reconnaît Mme Thompson. "Mais mes inquiétudes se sont aggravées quand j'ai reçu des appels de personnes dans des administrations nous demandant si nous avions les noms et les âges d'enfants qui voyageaient vers Lviv en bus ou en train et dont ils n'avaient pas trace de l'identité, ni de leurs accompagnants...".

Elle affirme aussi avoir reçu des appels "perturbants" d'une personne lui demandant la liste d'enfants d'un orphelinat que son réseau tentait d'évacuer de Marioupol, notamment des enfants concernés par des adoptions aux Etats-Unis. "Cette personne disait qu'elle pouvait évacuer ces enfants en Grèce via un jet privé... c'est fou ! Il y a vraiment de graves inquiétudes quant au trafic d'enfants".

Elle s'alarme aussi du nombre d'enfants évacués "dans d'autres pays européens dans des familles qu'ils ne connaissent pas et qui n'ont pas été contrôlées".

"Je vous le dis, il y a des enfants qui ne reviendront jamais en Ukraine, d'autres qui seront perdus, et il y a actuellement des milliers d'enfants dans des hôtels, des campements, chez des particuliers, avec des gens dont on ne sait pas s'ils sont formés ou simplement de confiance", lâche-t-elle.

Placée dans un orphelinat à l'âge de 4 ans, Maure (qui vient d'en avoir 18) a déjà vécu en 2014 lors de la guerre de Crimée une évacuation traumatique de son orphelinat à Donetsk alors qu'elle avait 10 ans. Au lendemain du déclenchement de l'invasion russe, elle a de nouveau été évacuée à travers la guerre jusqu'à Lviv dans un autre orphelinat - et son bunker lorsque les sirènes retentissent - mais n'a pas été autorisée à rester avec Mme Thompson. "Le directeur de l'établissement veut l'évacuer avec les autres enfants en Autriche...", s'émeut-elle.

Depuis le 12 mars, des règles ont été imposées par le gouvernement pour l'évacuation et le suivi de ces groupes d'enfants mais beaucoup reste à faire selon les ONG.

Selon l'UCRN, 2.500 enfants ont urgemment besoin d'être évacués de zones de combats. "En fait, ces évacuations se déroulent lorsque les combats sont les plus intenses; les enfants sont terrifiés, les plus grands essaient de rassurer les plus petits", témoigne Darya Kasyanova, directrice de programme à l'ONG SOS Villages d'enfants Ukraine.

"Les encadrants constatent un recul dans le développement de ces enfants, qui mangent peu et dorment mal".

- "Maison contre sexe" -

Les situations à risque sont aussi aux frontières.

Thomas Hackl, de Caritas Roumanie qui a ouvert un centre au point frontière de Siret témoigne que son équipe a stoppé récemment un homme qui tentait d'emmener deux jeunes Ukrainiennes en Italie.

"Nous savons que les trafiquants se mêlent à la population, en proposant un moyen de transport. Il y avait de nombreux signes qui nous ont conduit à ne pas faire confiance à cet homme: il insistait trop, il voulait les emmener à un endroit précis et pas ailleurs... Il y a beaucoup d'histoires comme celle-ci par ici".

Au passage des frontières et dans les pays où ils transitent, ces enfants font face au risque de se retrouver dans une voiture avec un inconnu, et aussi à celui de l'hébergement, avec le risque de devenir "un petit esclave domestique" ou d'être exploité sexuellement, souligne Mme Colas.

Caritas a recueilli dès le début de la guerre des témoignages de personnes passant en Pologne et qui se sont vues proposer "un abri contre exploitation sexuelle, +maison contre sexe+".

Joint par l'AFP à la frontière entre l'Ukraine et la Moldavie, Yuri Tsitrinbaum, de l'ONG IsraAID qui y apporte de l'aide depuis fin février, explique que les trois premières semaines de la guerre, la situation était "chaotique" au point frontière de Palanca à cause du "très grand nombre de personnes traversant". La situation s'est "apaisée" mais "il y a de plus en plus d'inquiétudes (...) sur la question du trafic d'êtres humains".

A Nijni Vorota, Marieta espère que la situation restera calme et n'a pour l'instant pas l'intention de quitter l'Ukraine. "Notre pays compte beaucoup dans nos coeurs".

A la question de savoir ce qu'elle fera avec les enfants si les forces russes se rapprochent de sa ville refuge, elle lance: "c'est mieux de ne pas y penser".

E.Schneyder--NZN