Zürcher Nachrichten - Les Français commencent à voter au 1er tour de la présidentielle

EUR -
AED 4.014454
AFN 77.44101
ALL 100.20882
AMD 424.31811
ANG 1.969263
AOA 953.751502
ARS 1008.524396
AUD 1.624513
AWG 1.967867
AZN 1.858857
BAM 1.954737
BBD 2.206174
BDT 128.370217
BGN 1.954812
BHD 0.411921
BIF 3146.22223
BMD 1.092956
BND 1.464752
BOB 7.550174
BRL 5.973444
BSD 1.092691
BTN 91.291484
BWP 14.764932
BYN 3.575861
BYR 21421.93482
BZD 2.202476
CAD 1.496295
CDF 3103.994584
CHF 0.968579
CLF 0.036283
CLP 1001.147715
CNY 7.936282
CNH 7.952123
COP 4364.085305
CRC 571.18618
CUC 1.092956
CUP 28.96333
CVE 110.223738
CZK 25.286658
DJF 194.540055
DKK 7.459916
DOP 64.475864
DZD 146.85174
EGP 52.675666
ERN 16.394338
ETB 62.753709
FJD 2.435325
FKP 0.842189
GBP 0.840073
GEL 2.96739
GGP 0.842189
GHS 16.848385
GIP 0.842189
GMD 74.075087
GNF 9410.884148
GTQ 8.471829
GYD 228.59606
HKD 8.53375
HNL 27.05929
HRK 7.550085
HTG 144.236006
HUF 390.840464
IDR 17637.8484
ILS 3.976884
IMP 0.842189
INR 91.345917
IQD 1431.364177
IRR 46013.441477
ISK 149.308487
JEP 0.842189
JMD 170.926015
JOD 0.77447
JPY 171.13283
KES 142.357365
KGS 92.855126
KHR 4487.320197
KMF 494.070947
KPW 983.660655
KRW 1509.158886
KWD 0.33392
KYD 0.910526
KZT 519.525519
LAK 24202.939766
LBP 97848.271053
LKR 331.909571
LRD 213.066341
LSL 19.876459
LTL 3.227215
LVL 0.661118
LYD 5.283022
MAD 10.740279
MDL 19.350048
MGA 4916.159663
MKD 61.525479
MMK 3549.877994
MNT 3770.698089
MOP 8.786189
MRU 43.250489
MUR 50.898729
MVR 16.834008
MWK 1894.62142
MXN 19.398652
MYR 5.097001
MZN 69.839869
NAD 19.876459
NGN 1764.948389
NIO 40.224942
NOK 11.747735
NPR 146.071319
NZD 1.800131
OMR 0.420751
PAB 1.092691
PEN 4.05938
PGK 4.278398
PHP 63.685465
PKR 304.337959
PLN 4.29772
PYG 8251.514393
QAR 3.985933
RON 4.969228
RSD 117.010752
RUB 96.559959
RWF 1430.812019
SAR 4.099265
SBD 9.243789
SCR 14.798035
SDG 656.86625
SEK 11.535652
SGD 1.465752
SHP 0.842188
SLE 24.971093
SLL 22918.741873
SOS 624.466235
SRD 32.391913
STD 22621.979595
SVC 9.558804
SYP 2746.084786
SZL 19.871561
THB 39.285149
TJS 11.636518
TMT 3.836275
TND 3.390757
TOP 2.58096
TRY 36.167547
TTD 7.417223
TWD 35.587185
TZS 2901.014146
UAH 45.324933
UGX 4042.486718
USD 1.092956
UYU 43.876148
UZS 13749.525619
VEF 3959290.014001
VES 39.84551
VND 27679.107108
VUV 129.757946
WST 3.06422
XAF 655.711538
XAG 0.036008
XAU 0.000444
XCD 2.953768
XDR 0.824191
XOF 655.711538
XPF 119.331742
YER 273.594154
ZAR 19.94134
ZMK 9837.912976
ZMW 28.491334
ZWL 351.93134
  • AEX

    -16.9000

    916.54

    -1.81%

  • BEL20

    11.6200

    4017.59

    +0.29%

  • PX1

    -9.1000

    7570.81

    -0.12%

  • ISEQ

    -51.0000

    9757.62

    -0.52%

  • OSEBX

    6.4100

    1431.74

    +0.45%

  • PSI20

    -10.1600

    6765.92

    -0.15%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -30.4900

    2370.47

    -1.27%

  • N150

    0.6800

    3376.24

    +0.02%

Les Français commencent à voter au 1er tour de la présidentielle

Les Français commencent à voter au 1er tour de la présidentielle

Quelque 48,7 millions d'électeurs ont commencé dimanche matin à voter au premier tour de l'élection présidentielle pour départager les douze candidats à l'Elysée, dont le sortant Emmanuel Macron et la candidate d'extrême droite Marine Le Pen, favoris des sondages.

Taille du texte:

Après des mois d'une campagne étrange, qui n'aura pas passionné et qui fait craindre une forte abstention, le verdict des urnes est attendu à 20H00, avec les premières estimations des instituts de sondage.

D'ici-là, les caméras captureront le vote des candidats dans leurs fiefs respectifs, dans le silence auquel la loi les astreint depuis vendredi soir. La plupart feront leur devoir civique tôt dans la matinée avant de regagner leurs QG de campagne à Paris.

 

Les dernières enquêtes publiées dans la semaine promettaient entre 25 et 28% des voix à M. Macron, 21,5 à 24% à Mme Le Pen, et de 16 à 18% à M. Mélenchon -ces deux derniers ayant été en progression continue dans la fin de campagne.

- Les électeurs plus indécis que jamais -

Les dix autres prétendants semblent relégués, et notamment les candidates des deux partis qui ont dominé pendant des décennies la vie politique en France, Valérie Pécresse (Les Républicains) et Anne Hidalgo (Parti socialiste).

L'incertitude demeure notamment car, prévient le politologue Pascal Perrineau, "c'est la première élection qui atteint un tel taux de personnes qui sont indécises, qui ont changé d'opinion, à peu près un Français sur deux".

Les politologues n'excluent pas, ainsi, qu'une surprise puisse bousculer ce tiercé donné par les sondages.

Le ministère de l'Intérieur donnera à midi les premiers chiffres concernant le taux de participation. Nombre d'analystes redoutent que le record d'abstention de 2002 (28,4%), le plus haut niveau jamais enregistré pour un 1er tour d'une élection présidentielle, puisse être battu. Avec 22,2% d'abstention, 2017 n'était déjà pas un bon millésime.

En Polynésie française où le vote était avancé pour tenir compte du décalage horaire, la participation s'élevait à 17H00 locales à 23,78%, contre 43,97% à la même heure au premier tour en 2017. Le parti indépendantiste, principal parti d'opposition dans ce territoire du Pacifique, avait appelé à l'abstention.

En Nouvelle-Calédonie, la participation plafonnait à midi à 17,59%, contre 19,86% il y a 5 ans.

"C’est important de voter, c’est le moment où tu choisis si tu veux le bien ou le mal, c’est quand même le président qui gère ta vie", a témoigné Annette Tehariki, une Polynésienne de 57 ans venue voter en fauteuil roulant.

Avant même l'issue du premier tour, plusieurs candidats se sont projetés dans la perspective d'un duel Macron-Le Pen au second tour, faisant apparaître des fissures dans le "front républicain" face à l'extrême droite - un "front" qu'Emmanuel Macron n'avait d'ailleurs pas invoqué en 2017.

Commencée alors que le pays subissait une vague de Covid-19, la campagne s'est poursuivie avec en toile de fond angoissante l'invasion de l'Ukraine par la Russie, suivie d'une forte hausse des prix de certains produits, en particulier l'énergie.

- De petits duels plutôt qu'un grand débat -

A aucun moment, un grand thème d'avenir n'a été débattu par l'ensemble des candidats.

"Nous avons une sorte d'archipélisation des débats avec de petits duels", relève le sondeur Frédéric Dabi (Ifp), notamment entre le polémiste d'extrême droite Eric Zemmour et la candidate LR Valérie Pécresse ou entre l'Insoumis Jean-Luc Mélenchon et les autres candidats d'une gauche fragmentée, l'écologiste Yannick Jadot, le communiste Fabien Roussel, la socialiste Anne Hidalgo ou les trotskistes Philippe Poutou et Nathalie Arthaud.

Le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan et le député béarnais Jean Lassalle ont eux regretté une campagne sans débat.

Pour conjurer l'indécision et l'abstention, les candidats se sont démultipliés la dernière semaine de campagne: derniers grands meetings, exposition médiatique, ultimes déplacements sur le terrain.

Le président sortant, qui s'est toujours maintenu en tête des sondages, est entré en campagne tardivement, empêché d'abord par la crise sanitaire, puis par l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Mais lui aussi a donné un coup d'accélérateur en fin de semaine, avec plusieurs interviews, effectuant même vendredi une courte visite impromptue sur un marché de Neuilly-sur-Seine.

Marine Le Pen, qui a effectué son dernier déplacement vendredi dans l'Aude, a enclenché une dynamique ascendante après avoir été inquiétée par son rival d'extrême droite Eric Zemmour, se consolidant à la seconde place puis resserrant progressivement l'écart avec Emmanuel Macron.

Elle aussi a mené une campagne atypique, s'évertuant à lisser son image et mettant au second plan, dans ses discours, ses propositions sur l'immigration et sur l'Europe, qui restent pourtant aussi radicales que par le passé.

Ch.Siegenthaler--NZN