Zürcher Nachrichten - Des prévisions économiques toujours plus sombres pour l'Ukraine et sa région

EUR -
AED 3.987216
AFN 76.828736
ALL 100.672482
AMD 421.61557
ANG 1.95687
AOA 947.286867
ARS 1006.830354
AUD 1.643746
AWG 1.953983
AZN 1.849317
BAM 1.958572
BBD 2.192403
BDT 127.580565
BGN 1.955563
BHD 0.409144
BIF 3127.926967
BMD 1.085546
BND 1.460066
BOB 7.502618
BRL 6.090241
BSD 1.085837
BTN 90.889336
BWP 14.732851
BYN 3.553429
BYR 21276.709006
BZD 2.188698
CAD 1.497419
CDF 3110.090711
CHF 0.959759
CLF 0.037274
CLP 1028.449366
CNY 7.885081
CNH 7.886809
COP 4377.346359
CRC 575.61467
CUC 1.085546
CUP 28.766979
CVE 110.42128
CZK 25.413733
DJF 193.353654
DKK 7.462605
DOP 64.280977
DZD 146.212634
EGP 52.497891
ERN 16.283196
ETB 62.764731
FJD 2.442804
FKP 0.836479
GBP 0.840218
GEL 2.947289
GGP 0.836479
GHS 16.829819
GIP 0.836479
GMD 73.54564
GNF 9357.243342
GTQ 8.424924
GYD 227.171517
HKD 8.477146
HNL 26.889056
HRK 7.498901
HTG 143.322845
HUF 393.521254
IDR 17608.322131
ILS 3.961935
IMP 0.836479
INR 90.867937
IQD 1422.413147
IRR 45706.93012
ISK 149.698961
JEP 0.836479
JMD 169.930503
JOD 0.769325
JPY 166.54345
KES 144.377532
KGS 91.432643
KHR 4459.31128
KMF 492.566586
KPW 976.99212
KRW 1498.195011
KWD 0.331775
KYD 0.904881
KZT 514.628355
LAK 24067.062203
LBP 97234.416234
LKR 329.606493
LRD 211.729662
LSL 19.878935
LTL 3.205336
LVL 0.656636
LYD 5.247427
MAD 10.735494
MDL 19.311331
MGA 4933.983085
MKD 61.707335
MMK 3525.812291
MNT 3745.135379
MOP 8.734362
MRU 42.975824
MUR 50.727492
MVR 16.673894
MWK 1882.764684
MXN 19.947989
MYR 5.072213
MZN 69.366404
NAD 19.878935
NGN 1727.918556
NIO 39.966565
NOK 11.960062
NPR 145.422817
NZD 1.825536
OMR 0.417873
PAB 1.085837
PEN 4.080776
PGK 4.197941
PHP 63.538148
PKR 302.398586
PLN 4.295206
PYG 8223.638947
QAR 3.961306
RON 4.970497
RSD 117.066414
RUB 93.569109
RWF 1426.118391
SAR 4.072254
SBD 9.201032
SCR 14.773244
SDG 636.130319
SEK 11.679182
SGD 1.456499
SHP 0.836479
SLE 24.801807
SLL 22763.368749
SOS 620.578307
SRD 31.645871
STD 22468.618312
SVC 9.500446
SYP 2727.468242
SZL 19.874128
THB 39.059007
TJS 11.563866
TMT 3.810268
TND 3.372473
TOP 2.579909
TRY 35.657594
TTD 7.380446
TWD 35.495522
TZS 2923.200566
UAH 44.779477
UGX 4038.71601
USD 1.085546
UYU 43.581681
UZS 13664.339191
VEF 3932448.782374
VES 39.635285
VND 27529.456143
VUV 128.878278
WST 3.043447
XAF 656.886694
XAG 0.036972
XAU 0.000447
XCD 2.933744
XDR 0.818959
XOF 656.886694
XPF 119.331742
YER 271.766681
ZAR 19.857851
ZMK 9771.225722
ZMW 28.285032
ZWL 349.545491
  • AEX

    -11.5300

    903.46

    -1.26%

  • BEL20

    8.8800

    4047.18

    +0.22%

  • PX1

    -85.1100

    7513.73

    -1.12%

  • ISEQ

    -56.4400

    9349.85

    -0.6%

  • OSEBX

    -6.6600

    1440.21

    -0.46%

  • PSI20

    44.5500

    6898.82

    +0.65%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -5.0400

    2393.25

    -0.21%

  • N150

    -16.9300

    3368.77

    -0.5%

Des prévisions économiques toujours plus sombres pour l'Ukraine et sa région
Des prévisions économiques toujours plus sombres pour l'Ukraine et sa région

Des prévisions économiques toujours plus sombres pour l'Ukraine et sa région

La Banque mondiale a publié dimanche des prévisions économiques catastrophiques pour l'Ukraine en raison de l'invasion russe qui a un impact sur toute la région. Et, elle a mis en garde contre un scénario encore plus sombre si le conflit s'enlisait.

Taille du texte:

Le Produit intérieur brut de l'Ukraine va plonger de 45,1% cette année, celui de la Russie de 11,2%, selon les dernières projections de l'institution de Washington.

Pour l'Ukraine, c'est bien pire que les 10% à 35% projetés il y a un mois par le Fonds monétaire international (FMI), ou les 20% annoncés le 31 mars par la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd).

Toute la région subit les conséquences économiques de cette guerre qui a démarré le 24 février, a provoqué la fuite de plus de quatre millions d’Ukrainiens vers la Pologne, la Roumanie et la Moldavie et fait flamber les prix des céréales et de l'énergie.

La Banque table sur une contraction de 4,1% du PIB cette année pour l'ensemble des pays émergents et en développement d'Europe et d'Asie centrale, alors qu'elle s'attendait avant la guerre à une croissance de 3%. C'est aussi bien pire que la récession provoquée par la pandémie en 2020 (-1,9%).

La seule Europe de l'Est devrait voir son PIB s'effondrer de 30,7% contre une croissance de 1,4% attendue avant l'invasion.

"Les résultats de notre analyse sont très sombres", a souligné Anna Bjerde, la vice-présidente de la Banque mondiale chargée de cette région lors d'une conférence téléphonique.

"Il s'agit du deuxième choc majeur frappant l'économie régionale en deux ans et il survient à un moment très précaire, car de nombreuses économies luttaient encore pour se remettre de la pandémie", a-t-elle également noté.

S'agissant de l'Europe de l'Est, elle subit aussi les sanctions qui ont été imposées à la Biélorussie pour son rôle dans la guerre.

- Moldavie, victime collatérale -

Les auteurs du rapport notent que la Moldavie est ainsi susceptible d'être l'un des pays les plus durement touchés par le conflit, non seulement en raison de sa proximité géographique avec la guerre, mais encore de ses vulnérabilités inhérentes en tant que petite économie étroitement liée aux deux pays, l'Ukraine et la Russie.

De plus, cette partie de l'Europe est tributaire du gaz naturel pour répondre à ses besoins énergétiques.

Les perspectives les plus noires sont toutefois celles de l'Ukraine car les recettes fiscales du gouvernement ont fondu, les entreprises ont fermé ou ne sont que partiellement opérationnelles et le commerce des marchandises est gravement perturbé. Les exportations de céréales sont devenues impossibles "dans de vastes étendues du pays en raison de lourds dommages aux infrastructures", a noté par exemple Anna Bjerde.

- Pauvreté -

Autre sujet d'inquiétude, relève l'institution de développement, l'augmentation de la pauvreté. La proportion de la population vivant avec 5,50 dollars par jour devrait passer de 1,8% en 2021 à 19,8% cette année, selon les calculs de la Banque mondiale.

Pour élaborer toutes ses prévisions, la Banque a pris comme hypothèse que la guerre va se poursuivre encore "quelques mois".

Mais elle reconnaît que celles-ci sont sujettes "à une grande incertitude" avec une inconnue, l'impact réel de la guerre en zone euro.

L'institution a donc aussi envisagé un scénario plus pessimiste prenant en compte un impact plus fort sur la zone euro, une escalade des sanctions et un choc sur la confiance financière.

Le PIB de la région se contracterait alors de près de 9%, soit bien plus que les 5% subis pendant la crise financière mondiale de 2009 et davantage que la récession de 2% induite par la pandémie en 2020, rappelle la Banque mondiale.

Pour la Russie, le plongeon serait de 20%. Pour l'Ukraine de 75%.

A.P.Huber--NZN