Zürcher Nachrichten - Les "saboteurs", l'ennemi russe infiltré qui hante l'Ukraine

EUR -
AED 3.944584
AFN 75.175441
ALL 100.348033
AMD 417.470449
ANG 1.935828
AOA 918.746489
ARS 972.66245
AUD 1.613727
AWG 1.933083
AZN 1.86856
BAM 1.959943
BBD 2.168704
BDT 126.207951
BGN 1.955739
BHD 0.404757
BIF 3094.543873
BMD 1.073935
BND 1.454159
BOB 7.421826
BRL 5.839036
BSD 1.07408
BTN 89.576313
BWP 14.545016
BYN 3.51435
BYR 21049.127159
BZD 2.165117
CAD 1.47317
CDF 3049.975228
CHF 0.949789
CLF 0.036408
CLP 1004.612787
CNY 7.790431
CNH 7.8087
COP 4456.304267
CRC 564.398267
CUC 1.073935
CUP 28.459279
CVE 110.668663
CZK 24.825092
DJF 190.859248
DKK 7.459772
DOP 63.578893
DZD 144.531248
EGP 51.238301
ERN 16.109026
ETB 61.504336
FJD 2.425966
FKP 0.842612
GBP 0.845241
GEL 3.049991
GGP 0.842612
GHS 16.218196
GIP 0.842612
GMD 72.75942
GNF 9235.841604
GTQ 8.334773
GYD 224.628999
HKD 8.384099
HNL 26.966354
HRK 7.537347
HTG 142.322163
HUF 394.542295
IDR 17586.867922
ILS 3.991768
IMP 0.842612
INR 89.534341
IQD 1406.854927
IRR 45199.242118
ISK 149.319989
JEP 0.842612
JMD 166.932859
JOD 0.761313
JPY 169.535688
KES 138.537401
KGS 94.078427
KHR 4417.040715
KMF 492.77519
KPW 966.541694
KRW 1481.654462
KWD 0.329354
KYD 0.895117
KZT 493.913221
LAK 23567.504899
LBP 96224.581202
LKR 327.602479
LRD 208.568153
LSL 19.502827
LTL 3.171051
LVL 0.649612
LYD 5.208348
MAD 10.736663
MDL 19.183908
MGA 4807.470924
MKD 61.650021
MMK 3488.09918
MNT 3705.076059
MOP 8.637599
MRU 42.399093
MUR 50.120714
MVR 16.533207
MWK 1862.740049
MXN 19.772539
MYR 5.06307
MZN 68.404336
NAD 19.50278
NGN 1600.698026
NIO 39.547671
NOK 11.364058
NPR 143.30858
NZD 1.74835
OMR 0.413411
PAB 1.07409
PEN 4.073974
PGK 4.18523
PHP 63.044817
PKR 299.091096
PLN 4.337336
PYG 8078.075249
QAR 3.909662
RON 4.975218
RSD 117.052472
RUB 91.689624
RWF 1406.31796
SAR 4.029331
SBD 9.09831
SCR 16.144504
SDG 645.434826
SEK 11.216396
SGD 1.450991
SHP 1.356863
SLE 24.536519
SLL 22519.883282
SOS 613.217196
SRD 33.54012
STD 22228.287458
SVC 9.398955
SYP 2698.294512
SZL 19.502761
THB 39.37062
TJS 11.493108
TMT 3.758773
TND 3.362537
TOP 2.536044
TRY 34.925705
TTD 7.296559
TWD 34.741583
TZS 2808.340159
UAH 43.592551
UGX 3993.441244
USD 1.073935
UYU 42.189572
UZS 13601.38764
VEF 3890386.170331
VES 39.035726
VND 27334.332093
VUV 127.499692
WST 3.007679
XAF 657.358752
XAG 0.036355
XAU 0.000461
XCD 2.902363
XDR 0.815159
XOF 656.013128
XPF 119.331742
YER 268.859847
ZAR 19.374435
ZMK 9666.705679
ZMW 27.739151
ZWL 345.806651
  • AEX

    5.1700

    928.19

    +0.56%

  • BEL20

    32.5800

    3865.43

    +0.85%

  • PX1

    57.5400

    7628.8

    +0.76%

  • ISEQ

    66.9600

    9498.6

    +0.71%

  • OSEBX

    9.4800

    1403.06

    +0.68%

  • PSI20

    50.8600

    6570.95

    +0.78%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    8.4800

    2076.09

    +0.41%

  • N150

    39.2500

    3337.31

    +1.19%

Les "saboteurs", l'ennemi russe infiltré qui hante l'Ukraine
Les "saboteurs", l'ennemi russe infiltré qui hante l'Ukraine

Les "saboteurs", l'ennemi russe infiltré qui hante l'Ukraine

Pour démasquer un "infiltré" russe, tous les habitants de Kiev connaissent désormais la technique : faire prononcer à une personne suspecte le mot "palyanytsa". Une voyelle trop appuyée et c'est fini. En russe, c'est une fraise. En ukrainien, c'est le pain traditionnel connu de tous.

Taille du texte:

Et aucun Russe, se dit-il à propos de cette ruse vieille comme les guerres soviétiques, ne peut prononcer ce mot correctement.

Aux points de contrôle tenus par des volontaires armés, la méthode a aussi sa version modernisée. Depuis une semaine, on demande à toute personne suspecte où se trouve l'agence la plus proche d'une certaine "Monobank". La banque en ligne qui n'a... justement pas d'agence.

Pasha, un chauffeur de taxi de Kiev, a quant à lui inventé la sienne. Il entame la rengaine de "Oleinïi, Oleinïi" un tube 100% ukrainien et récent. "Vous commencez et vous voyez s'il peut continuer", explique-t-il à l'AFP.

Au coeur de cette première phase de la guerre, la traque des "saboteurs" russes envoyés par Moscou ou agissant de l'intérieur pour aider l'ennemi selon Kiev, a fait plonger en une semaine l'Ukraine dans un climat de suspicion maximale.

Sur les réseaux sociaux, chaque jour, des images de saboteurs "en civil" apparaissent.

Le 26 février, les corps de trois hommes en uniformes ukrainiens tués par balles ont été présentés sur place à l'AFP comme ceux d'infiltrés russes déguisés en soldats locaux.

Et depuis jeudi dernier, dans le village d'Irpin, au nord-ouest de Kiev, a quelques kilomètres de l'aéroport militaire d'Antonov où des parachutistes russes ont été héliportés jeudi aux premières heures de l'invasion, d'étranges choses se sont passées.

La population dit vivre dans la peur d'attaques d'un résidu de forces russes évoluant selon elle dans les bois, attaquant les civils et agissant "sous couverture".

"On a des gens qui ressemblent à des gens d'ici mais qui se mettent à tirer sur les habitants" de la localité, raconte un habitant, Andrïi Levanchouk, un employé de banque.

- "Déjà implanté" -

Envoyé dans le secteur pour contenir ces mystérieuses infiltrations, Viktor Chelovan, un collaborateur du ministre ukrainien de l'Intérieur, le chef de l'unité des forces spéciales "Lance", assure à l'AFP que la population "fait des signalements" et que ses hommes "s'occupent des saboteurs".

Selon le commandant Chelovan, certains groupes de "saboteurs" sont constitués de membres des "forces d'opérations spéciales russes, qui tentent de déstabiliser la vie quotidienne dans nos villes et nos villages, ainsi que les bases militaires arrière".

Il mentionne aussi la présence de cellules des services secrets russes et le GRU (renseignement militaire), "déjà implantés ici avant la guerre" et chargés de "d'aider à préparer l'invasion".

Un troisième groupe est constitué selon lui d'"agents de renseignement dont le seul but est de tuer divers dirigeants ukrainiens", affirme-t-il.

En 2014, la déroute ukrainienne en Crimée, annexée sans résistance, a en partie été causée par le ralliement à Moscou de deux commandants ukrainiens, qui se sont rendus avec l'intégralité de leurs navires aux forces ennemies.

Depuis, Kiev assure avoir procédé à des purges dans ses rangs, de l'armée au renseignement.

"Le réseau d'espionnage russe a été mis en place il y a des années. Nous ne l'avons pas encore éliminé, il y a encore du travail", estimait le 22 février, la veille du déclenchement de l'invasion russe, le conseiller à la sécurité nationale, Oleksiy Danilov, dans le Wall Street Journal.

Depuis le début de l'offensive russe, le ministère ukrainien de l'Intérieur inonde chaque jour la presse de portraits d'"infiltrés" russes capturés, comme cet homme arrêté avec des explosifs dans son sac à dos dans un centre commercial de Kiev.

- "Nostalgiques" -

Selon Mykola Beleskov, un analyste militaire à l'Institut national des études stratégiques dans la capitale ukrainienne, Moscou "essaie de combiner différents leviers, des frappes aériennes à l'artillerie en passant par ces commandos infiltrés, qui sont essentiellement un moyen de soutenir une progression très lente de leur troupes".

Dans Kiev, on voit ces "saboteurs" partout. On dit qu'ils disséminent la nuit des mines le long des pelouses et qu'ils marquent les toits de certains immeubles. Ces rumeurs récurrentes, impossibles à confirmer, nourrissent une certaine paranoïa.

Ibrahim Ibrahim Shelia, un étudiant de 19 ans resté en ville pour défendre du fond d'une tranchée le "bloc", une tour d'habitation où sont restées quelques familles, a déjà fait son évaluation.

"Dans ce quartier, je pense qu'il y a peut-être 10% de saboteurs", autrement dit les "traîtres", les Ukrainiens prorusses ou les nostalgiques de l'Union soviétique et de la "Grande Russie", dit-il.

"Nous avons arrêté une voiture suspecte et nous y avons vu quatre personnes qui avaient avec elles deux cartes de l'Ukraine marquées, deux ordinateurs portables", des passeports ukrainiens périmés et "des téléphones en mode avion ou des téléphones sans connexion internet", relate-t-il.

Avaient-ils regardé trop de films d'espionnage ou débusqué une cellule d'agents russes ? Les hommes ont été remis à la police, sans que leur sort soit connu.

L.Muratori--NZN