Zürcher Nachrichten - Ukraine: bombardé, Oleg pleure sa femme et veut l'"enfer" pour Poutine

EUR -
AED 3.92521
AFN 75.592501
ALL 100.18418
AMD 413.94586
ANG 1.92412
AOA 913.172393
ARS 967.520978
AUD 1.610985
AWG 1.92359
AZN 1.812024
BAM 1.952714
BBD 2.155614
BDT 125.301991
BGN 1.954906
BHD 0.402416
BIF 3070.18313
BMD 1.068661
BND 1.446574
BOB 7.368356
BRL 5.805074
BSD 1.067612
BTN 89.150726
BWP 14.388419
BYN 3.489885
BYR 20945.760358
BZD 2.151916
CAD 1.464403
CDF 3045.684601
CHF 0.955703
CLF 0.036062
CLP 995.071013
CNY 7.758698
CNH 7.792141
COP 4449.168039
CRC 558.044776
CUC 1.068661
CUP 28.319523
CVE 110.091028
CZK 24.931652
DJF 190.083065
DKK 7.45971
DOP 63.011182
DZD 143.744709
EGP 51.018072
ERN 16.029919
ETB 61.601526
FJD 2.39674
FKP 0.838474
GBP 0.845621
GEL 2.997568
GGP 0.838474
GHS 16.156469
GIP 0.838474
GMD 72.40203
GNF 9191.656262
GTQ 8.274924
GYD 222.977638
HKD 8.340372
HNL 26.407922
HRK 7.500333
HTG 141.518518
HUF 396.954697
IDR 17579.477444
ILS 4.018049
IMP 0.838474
INR 89.300272
IQD 1396.992396
IRR 44977.285599
ISK 149.110335
JEP 0.838474
JMD 166.263958
JOD 0.757364
JPY 170.830835
KES 138.102905
KGS 92.715663
KHR 4401.398861
KMF 492.1724
KPW 961.795259
KRW 1484.785061
KWD 0.327812
KYD 0.888696
KZT 496.345647
LAK 23441.955733
LBP 95496.291513
LKR 325.635413
LRD 207.225225
LSL 19.089234
LTL 3.155479
LVL 0.646423
LYD 5.175633
MAD 10.620517
MDL 19.088835
MGA 4833.789244
MKD 61.437912
MMK 3470.970031
MNT 3686.881392
MOP 8.571056
MRU 42.041772
MUR 50.056666
MVR 16.460895
MWK 1851.053412
MXN 19.365189
MYR 5.036586
MZN 68.06842
NAD 19.089234
NGN 1619.075436
NIO 39.305701
NOK 11.311458
NPR 142.640763
NZD 1.749137
OMR 0.411412
PAB 1.066415
PEN 4.058287
PGK 4.164485
PHP 62.911857
PKR 297.326416
PLN 4.325356
PYG 8036.324549
QAR 3.889454
RON 4.977506
RSD 116.870814
RUB 94.359822
RWF 1401.758899
SAR 4.004968
SBD 9.034937
SCR 15.687674
SDG 642.265738
SEK 11.240607
SGD 1.448783
SHP 1.3502
SLE 24.416027
SLL 22409.293979
SOS 610.120958
SRD 32.911582
STD 22119.130107
SVC 9.331254
SYP 2685.043888
SZL 19.102263
THB 39.294697
TJS 11.335886
TMT 3.751001
TND 3.343916
TOP 2.521774
TRY 35.077527
TTD 7.236564
TWD 34.601092
TZS 2802.418793
UAH 43.181851
UGX 3998.681064
USD 1.068661
UYU 42.003624
UZS 13478.700217
VEF 3871281.493486
VES 38.820273
VND 27202.771935
VUV 126.873574
WST 2.992909
XAF 655.657132
XAG 0.036368
XAU 0.000461
XCD 2.888111
XDR 0.810229
XOF 655.657132
XPF 119.331742
YER 267.539047
ZAR 19.241999
ZMK 9619.225625
ZMW 27.197561
ZWL 344.108484
  • AEX

    -8.5900

    925.23

    -0.92%

  • BEL20

    4.6700

    3894.05

    +0.12%

  • PX1

    -42.9600

    7628.57

    -0.56%

  • ISEQ

    -130.7700

    9414.82

    -1.37%

  • OSEBX

    -2.4000

    1406.98

    -0.17%

  • PSI20

    -80.4800

    6570.47

    -1.21%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    52.9900

    2147.48

    +2.53%

  • N150

    -36.1500

    3342.52

    -1.07%

Ukraine: bombardé, Oleg pleure sa femme et veut l'"enfer" pour Poutine
Ukraine: bombardé, Oleg pleure sa femme et veut l'"enfer" pour Poutine

Ukraine: bombardé, Oleg pleure sa femme et veut l'"enfer" pour Poutine

Oleg sanglote sur sa maison, réduite à un tas de gravats par le bombardement russe qui a tué sa femme Katia à Jytomyr, à 150 km à l'ouest de Kiev. Il espère deux choses: qu'elle "est au paradis", et voir Vladimir Poutine bientôt "mort" et "en enfer à jamais".

Taille du texte:

La vie d'Oleg Roubak a basculé mardi soir un peu après 22h, alors qu'il jouait avec sa fille d'un an et demi dans le salon de leur petite maison de bois et briques, tout près du centre de Jytomyr.

Comme nombre de villes ukrainiennes stratégiques ces jours-ci, cette ville de garnison, carrefour de l'Ouest ukrainien, a essuyé des bombardements russes. Brefs, soudains et meurtriers.

Un premier missile a explosé d'un côté de la maison d'Oleg, celui où se trouvait sa femme.

"Elle s'appelait Katia, elle avait 29 ans. Un instant je l'ai vue aller dans notre chambre, l’instant d’après, plus rien", raconte sur place l'ingénieur de 32 ans, allure juvénile, bonnet, pantalon de jogging sombres et veste polaire noire et grise.

Il sanglote, s'excuse, groggy sous le poids du chagrin et d'une nuit sans sommeil ou presque.

"J’espère que là, en ce moment, elle est au paradis, et que tout est parfait pour elle", glisse-t-il finalement.

Sur les ruines de son foyer, il se redresse. "Je veux que le monde entier écoute mon histoire", dit-il, celle d'un bonheur simple que l'invasion russe a fait voler en éclats un soir d’hiver glacial.

Il montre un tas de gravats parmi d'autres. "C'est dans cette pièce que je me trouvais avec notre fille d'un an et demi. Mais vous le voyez, ce n'est plus une maison, plus une pièce, c'est...." Il hésite. "Peut-être que c'est l'enfer".

La seconde bombe a frappé quelques secondes après la première, de l'autre côté de la maison. Elle y a laissé un énorme cratère de près de 5 mètres de profondeur, au fond duquel stagne une eau boueuse, cernée de débris de murs, de charpentes ou de meubles.

- "Je dois rester fort" -

Oleg, qui jouait avec sa fille dans son salon, est soudain précipité au milieu des gravats dans la nuit noire et gelée. Victime de la guerre, qui d'un souffle brise les vies au hasard.

A tâtons, il cherche son téléphone portable, allume la lampe torche, trouve sa fille. "Elle ne bougeait plus, et tout s’est écroulé pour moi. Puis j’ai pris sa main, et là elle a commencé à pleurer. C’est le meilleur son que j’ai entendu de ma vie".

Sa femme, elle, est ensevelie sous des briques et restes de poutres. Oleg creuse à mains nues avec l'énergie du désespoir. "Je me suis arraché les doigts", dit-il en montrant ses phalanges écorchées et rouges à vif. Il finira par trouver sa dépouille: comme il le craignait, la première explosion ne lui a laissé aucune chance.

Il sanglote à nouveau. "Katia était femme au foyer. Elle aimait deux choses: moi et notre fille".

Son père, qui tente difficilement de surmonter sa douleur à la vue du chagrin infini de son fils, tente de le consoler, lui dit de se rhabiller. Oleg se redresse, une fois encore, comme dans un état second: "Je dois rester fort! Je n'ai pas froid, je veux juste que tout le monde sache ce qui est arrivé", martèle-t-il.

Et que Vladimir Poutine paye le prix fort pour avoir lancé cette guerre: "Je veux sa mort, je veux qu'il rôtisse en enfer pour l'éternité".

Selon les autorités locales, les bombardements de mardi soir à Jytomyr ont tué au moins trois habitants et fait une vingtaine de blessés, dont plusieurs enfants.

Dans le centre-ville, des dizaines d'habitants nettoyaient mercredi les restes d'un petit marché complètement détruit, juste en face de la grande académie militaire de la ville.

Parmi eux, Katarina Chternova, 28 ans, ne cache pas qu'elle a "peur" désormais. Mais la solidarité locale la rassure. "On est tous ensemble, on s'aide les uns les autres", dit-elle, "car c'est notre terre, et nous volons la sauver". Donc "nous n'abandonnons pas".

Oleg, lui, est plus pessimiste face aux multiples avancées russes: à Jytomyr, dit-il, "beaucoup de gens voudraient partir, mais aujourd'hui, personne ne sait où aller".

I.Widmer--NZN