Zürcher Nachrichten - Ukraine: les forces russes occupent la plus grande centrale nucléaire d'Europe après l'avoir bombardée

EUR -
AED 3.939566
AFN 75.765483
ALL 100.300418
AMD 415.187785
ANG 1.928303
AOA 918.658884
ARS 967.981008
AUD 1.619548
AWG 1.933308
AZN 1.868362
BAM 1.953878
BBD 2.160355
BDT 125.726346
BGN 1.956389
BHD 0.404279
BIF 3075.07561
BMD 1.07257
BND 1.447676
BOB 7.393728
BRL 5.814724
BSD 1.069938
BTN 89.373267
BWP 14.517586
BYN 3.501524
BYR 21022.374134
BZD 2.156659
CAD 1.472977
CDF 3056.824355
CHF 0.954478
CLF 0.036014
CLP 993.726191
CNY 7.782247
CNH 7.801285
COP 4430.390269
CRC 562.24702
CUC 1.07257
CUP 28.423108
CVE 110.155633
CZK 24.732363
DJF 190.502637
DKK 7.459902
DOP 63.397647
DZD 144.599637
EGP 51.175216
ERN 16.088552
ETB 61.708633
FJD 2.405506
FKP 0.841541
GBP 0.84496
GEL 3.072935
GGP 0.841541
GHS 16.049066
GIP 0.841541
GMD 72.69344
GNF 9210.940882
GTQ 8.313746
GYD 223.847755
HKD 8.374708
HNL 26.450739
HRK 7.527767
HTG 141.930409
HUF 395.713876
IDR 17601.411772
ILS 3.979761
IMP 0.841541
INR 89.542819
IQD 1401.621481
IRR 45153.544108
ISK 149.533871
JEP 0.841541
JMD 166.706042
JOD 0.760346
JPY 169.306803
KES 137.5574
KGS 94.235901
KHR 4406.973825
KMF 492.309494
KPW 965.313239
KRW 1481.894847
KWD 0.328979
KYD 0.891615
KZT 485.428047
LAK 23437.730071
LBP 95818.46754
LKR 325.0273
LRD 207.574879
LSL 19.497842
LTL 3.16702
LVL 0.648787
LYD 5.187898
MAD 10.691784
MDL 19.104033
MGA 4795.283756
MKD 61.642305
MMK 3483.665875
MNT 3700.36698
MOP 8.607335
MRU 42.135559
MUR 50.496298
MVR 16.518305
MWK 1854.675894
MXN 19.883911
MYR 5.05663
MZN 68.317396
NAD 19.497842
NGN 1603.492409
NIO 39.381268
NOK 11.440296
NPR 142.998359
NZD 1.753325
OMR 0.412862
PAB 1.069948
PEN 4.035231
PGK 4.113954
PHP 62.871937
PKR 298.034599
PLN 4.349384
PYG 8057.999691
QAR 3.902426
RON 4.976294
RSD 117.076367
RUB 95.320252
RWF 1398.424625
SAR 4.024395
SBD 9.060136
SCR 15.003131
SDG 628.525891
SEK 11.242722
SGD 1.451279
SHP 1.355139
SLE 24.505334
SLL 22491.260955
SOS 611.498581
SRD 33.643838
STD 22200.035744
SVC 9.361793
SYP 2694.865033
SZL 19.490649
THB 39.424431
TJS 11.518118
TMT 3.764721
TND 3.345978
TOP 2.532821
TRY 35.189097
TTD 7.27178
TWD 34.733576
TZS 2794.044706
UAH 43.493723
UGX 3964.064316
USD 1.07257
UYU 42.048449
UZS 13510.711983
VEF 3885441.566357
VES 39.011564
VND 27298.518127
VUV 127.337642
WST 3.003856
XAF 655.312489
XAG 0.036514
XAU 0.000462
XCD 2.898675
XDR 0.811994
XOF 655.312489
XPF 119.331742
YER 268.517826
ZAR 19.61069
ZMK 9654.418427
ZMW 27.631566
ZWL 345.367137
  • AEX

    1.7500

    924.9

    +0.19%

  • BEL20

    4.6000

    3837.33

    +0.12%

  • PX1

    1.5100

    7572.89

    +0.02%

  • ISEQ

    63.2000

    9495.35

    +0.67%

  • OSEBX

    4.0400

    1397.42

    +0.29%

  • PSI20

    7.8200

    6527.59

    +0.12%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -31.0600

    2067.57

    -1.48%

  • N150

    13.5200

    3311.76

    +0.41%

Ukraine: les forces russes occupent la plus grande centrale nucléaire d'Europe après l'avoir bombardée

Ukraine: les forces russes occupent la plus grande centrale nucléaire d'Europe après l'avoir bombardée

L'armée russe occupait vendredi la plus grande centrale nucléaire d'Europe à Zaporojie, dans le Sud de l'Ukraine, touchée dans la nuit par des bombardements qui ont provoqué un incendie, sans toutefois entraîner de fuite radioactive.

Taille du texte:

"Le territoire de la centrale nucléaire de Zaporojie est occupé par les forces armées de la Fédération de Russie. Le personnel opérationnel contrôle les blocs énergétiques et assure leur exploitation en accord avec les exigences des règlements techniques de sécurité d’exploitation", a indiqué le régulateur nucléaire ukrainien.

Selon Kiev, des tirs de chars russes sur la centrale dans la nuit ont mis le feu à un bâtiment consacré aux formations et à un laboratoire. Les services de secours ont indiqué avoir pu accéder au site et éteindre l'incendie vers 06H20 (04H20 GMT), après en avoir été un temps empêchés par les soldats russes.

L'incendie n'a fait aucune victime, selon les secours ukrainiens. Et aucune fuite radioactive n'a été détectée, selon le régulateur nucléaire.

Selon le président ukrainien Volodymyr Zelensky, ce sont des chars russes qui ont ouvert le feu sur la centrale de Zaporojie (qui peut également s'orthographier Zaporojjia en français).

"Ces chars sont équipés de viseurs thermiques donc ils savent ce qu'ils font, ils s'étaient préparés", a-t-il affirmé dans une vidéo publiée par la présidence ukrainienne.

M. Zelensky a accusé Moscou d'avoir recours à la "terreur nucléaire" et de vouloir "répéter" la catastrophe de Tchernobyl, la plus grave de l'Histoire en 1986.

"Nous alertons tout le monde sur le fait qu'aucun autre pays hormis la Russie n'a jamais tiré sur des centrales nucléaires. C'est la première fois dans notre histoire, la première fois dans l'histoire de l'humanité. Cet Etat terroriste a maintenant recours à la terreur nucléaire", a-t-il affirmé.

- "La fin de l'Europe" -

"L'Ukraine compte quinze réacteurs nucléaires. S'il y a une explosion, c'est la fin de tout. La fin de l'Europe. C'est l'évacuation de l'Europe", a-t-il poursuivi.

"Seule une action européenne immédiate peut stopper les troupes russes. Il faut empêcher que l'Europe ne meure d'un désastre nucléaire", a ajouté le président ukrainien.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a appelé à une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU "dans les prochaines heures".

"Les actions irresponsables du président Poutine peuvent maintenant menacer directement la sécurité de toute l'Europe", a-t-il déploré dans un communiqué, après s'être entretenu avec M. Zelensky.

Le président ukrainien a également parlé au téléphone avec le président américain Joe Biden, a indiqué un responsable à Washington. M. Biden a ensuite "exhorté la Russie à cesser ses activités militaires dans la zone" de la centrale, selon la Maison Blanche.

Zaporijie, située sur le fleuve Dniepr à environ 550 km au sud-est de Kiev, est la plus grande centrale nucléaire d'Europe avec une capacité totale de près de 6.000 mégawatts, assez pour fournir en électricité environ quatre millions de foyers. Elle a été inaugurée en 1985, quand l'Ukraine faisait encore partie de l'Union soviétique.

Le 24 février, des combats avaient déjà eu lieu près de l'ancienne centrale de Tchernobyl, à une centaine de kilomètres au nord de Kiev, et qui est désormais entre les mains des troupes russes.

Dans des déclarations à la télévision russe jeudi, le président Vladimir Poutine n'a donné aucun espoir d'apaisement.

"L'opération militaire spéciale se déroule strictement selon le calendrier, selon le plan", a-t-il déclaré, rendant hommage aux soldats russes et à leur "précieux combat contre des néonazis" et des "mercenaires étrangers" qui utilisent selon lui les civils comme "boucliers humains" en Ukraine.

- Facebook inaccessible en Russie -

Les autorités russes ont restreint vendredi l'accès aux sites de quatre médias indépendants renforçant leur contrôle déjà étroit de l'information.

Selon le registre du régulateur russe des médias (Roskomnadzor), l'accès aux sites des éditions russophones de la BBC et de la radio-télévision internationale allemande Deutsche Welle, du site indépendant Meduza et de Radio Svoboda, antenne russe de RFE/RL, média financé par le Congrès américain, a été "limité" à la demande du parquet.

La Douma devait examiner, également vendredi, un projet de loi prévoyant jusqu'à 15 ans de prison pour toute publication de "fake news" concernant l'armée.

Les forces russes intensifient leurs frappes sur les principales villes d'Ukraine. Kiev a notamment accusé Moscou jeudi d'avoir bombardé une zone résidentielle à Tcherniguiv, sur la route de Kiev, faisant 33 morts.

Vladimir Poutine a douché jeudi les espoirs de médiation du président français Emmanuel Macron, lui déclarant au téléphone que la Russie avait "l'intention de poursuivre sans compromis son combat contre les membres des groupes nationalistes qui commettent des crimes de guerre", et répétant son exigence d'une démilitarisation et d'un statut neutre pour l'Ukraine, selon le Kremlin.

"Le pire est à venir", M. Poutine veut "prendre le contrôle" de toute l'Ukraine, a jugé le président français après cet appel, selon l'Elysée.

- Couloirs humanitaires -

Les négociateurs russes et ukrainiens s'étaient retrouvés jeudi à la frontière entre la Pologne et le Bélarus pour une deuxième tentative de pourparlers, lors de laquelle Kiev espérait obtenir une trêve. "Malheureusement, il n'y a pas encore les résultats escomptés pour l'Ukraine. Il n'y a qu'une solution pour organiser des couloirs humanitaires" pour l'évacuation des civils, a écrit sur Twitter Mikhaïlo Podoliak, un membre de la délégation ukrainienne.

Plus d'un million de réfugiés ont déjà fui l'Ukraine, selon l'ONU.

Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken doit s'entretenir vendredi à Bruxelles avec des responsables de l'Otan et de l'UE, après quoi il doit se rendre en Pologne, dans les trois pays baltes et en Moldavie.

Cette dernière, qui craint d'être la prochaine cible de Moscou, a annoncé jeudi avoir déposé officiellement sa candidature à l'entrée dans l'Union européenne, tout comme la Géorgie, suivant l'exemple de l'Ukraine.

P.Gashi--NZN