Zürcher Nachrichten - A Boutcha, après l'horreur, la délicate recherche des proches

EUR -
AED 3.98319
AFN 76.451771
ALL 100.31831
AMD 421.190479
ANG 1.954896
AOA 949.431718
ARS 1006.17169
AUD 1.645977
AWG 1.954724
AZN 1.841367
BAM 1.956597
BBD 2.190192
BDT 127.451908
BGN 1.954463
BHD 0.408703
BIF 3128.64308
BMD 1.084452
BND 1.458594
BOB 7.495053
BRL 6.120881
BSD 1.084742
BTN 90.79768
BWP 14.717994
BYN 3.549846
BYR 21255.252813
BZD 2.186491
CAD 1.496429
CDF 3106.954287
CHF 0.960284
CLF 0.03723
CLP 1027.279051
CNY 7.875833
CNH 7.879691
COP 4386.910668
CRC 575.034199
CUC 1.084452
CUP 28.737969
CVE 110.75512
CZK 25.41911
DJF 192.728411
DKK 7.462546
DOP 64.415629
DZD 146.064404
EGP 52.416644
ERN 16.266775
ETB 62.348308
FJD 2.441966
FKP 0.835636
GBP 0.839761
GEL 2.944328
GGP 0.835636
GHS 16.819882
GIP 0.835636
GMD 73.498738
GNF 9339.838237
GTQ 8.416428
GYD 226.942429
HKD 8.468273
HNL 26.892445
HRK 7.491338
HTG 143.178313
HUF 393.070622
IDR 17600.650671
ILS 3.95429
IMP 0.835636
INR 90.800867
IQD 1420.631693
IRR 45660.838243
ISK 149.523896
JEP 0.835636
JMD 169.759139
JOD 0.768552
JPY 166.842781
KES 143.700224
KGS 91.34044
KHR 4462.518875
KMF 492.069497
KPW 976.006886
KRW 1499.40082
KWD 0.331495
KYD 0.903968
KZT 514.109386
LAK 24053.137845
LBP 97112.647225
LKR 329.274106
LRD 211.603635
LSL 19.94268
LTL 3.202103
LVL 0.655974
LYD 5.23812
MAD 10.691064
MDL 19.291857
MGA 4920.698479
MKD 61.645107
MMK 3522.256736
MNT 3741.358651
MOP 8.725554
MRU 43.123215
MUR 50.676397
MVR 16.656849
MWK 1882.076257
MXN 19.884224
MYR 5.066514
MZN 69.296452
NAD 19.942924
NGN 1718.042321
NIO 39.934902
NOK 11.954605
NPR 145.276168
NZD 1.827337
OMR 0.41748
PAB 1.084742
PEN 4.074248
PGK 4.190295
PHP 63.463738
PKR 301.965626
PLN 4.298135
PYG 8215.345936
QAR 3.949029
RON 4.971117
RSD 117.088464
RUB 93.529813
RWF 1426.053951
SAR 4.068212
SBD 9.191754
SCR 14.758461
SDG 635.489241
SEK 11.688041
SGD 1.456207
SHP 0.835636
SLE 24.776796
SLL 22740.413354
SOS 619.222252
SRD 31.613986
STD 22445.960155
SVC 9.490865
SYP 2724.717766
SZL 19.932187
THB 39.167177
TJS 11.552205
TMT 3.795581
TND 3.372689
TOP 2.577307
TRY 35.58594
TTD 7.373003
TWD 35.510912
TZS 2928.01964
UAH 44.734319
UGX 4034.643224
USD 1.084452
UYU 43.537732
UZS 13658.668572
VEF 3928483.160563
VES 39.592819
VND 27507.116714
VUV 128.748312
WST 3.040378
XAF 656.224266
XAG 0.037406
XAU 0.000451
XCD 2.930785
XDR 0.818133
XOF 654.470474
XPF 119.331742
YER 271.548512
ZAR 19.892601
ZMK 9761.384202
ZMW 28.256508
ZWL 349.192997
  • AEX

    -11.5300

    903.46

    -1.26%

  • BEL20

    8.8800

    4047.18

    +0.22%

  • PX1

    -85.1100

    7513.73

    -1.12%

  • ISEQ

    -56.4400

    9349.85

    -0.6%

  • OSEBX

    -6.6600

    1440.21

    -0.46%

  • PSI20

    44.5500

    6898.82

    +0.65%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -5.0400

    2393.25

    -0.21%

  • N150

    -16.9300

    3368.77

    -0.5%

A Boutcha, après l'horreur, la délicate recherche des proches
A Boutcha, après l'horreur, la délicate recherche des proches

A Boutcha, après l'horreur, la délicate recherche des proches

Après l'horreur, la délicate recherche: les habitants de Boutcha libérée, où des dizaines de cadavres de civils ont été découverts le week-end dernier, tentent désormais de connaître le sort de leurs proches dont ils sont sans nouvelles.

Taille du texte:

Certains savent déjà ce qu'il s'est passé pour leurs amis, voisins, collègues, quand d'autres espèrent encore que le pire ne soit pas arrivé.

Tetiana Oustimenko connaît le fin mot de l'histoire: son fils et deux de ses amis ont été abattus dans la rue. Elle a enterré les trois corps dans le jardin de la maison familiale.

Oleh Onichtchenko cherche, lui, désespérément deux personnes de sa famille. Il arrive dans un champ balayé par le vent où cinquante sacs mortuaires sont étalés sur le sol.

Il pense que ses proches ont été brûlés au point d'être méconnaissables, bien qu'une bague ou une alliance puissent se révéler des indices permettant de les retrouver.

Un autre habitant de la ville, Oleksandre Kovtoune, garde lui espoir. Il est sans nouvelles de son fils, mais se dit qu'il a peut-être été fait prisonnier par l'armée russe dans sa retraite vers le Bélarus.

Boutcha, une ville de la proche banlieue nord-ouest de Kiev, a été occupée par les Russes dès les tout premiers jours de l'invasion.

Depuis leur départ de la région fin mars, les autorités ukrainiennes y ont découvert des dizaines de cadavres portant des vêtements civils, certains les mains attachées dans le dos.

- "Mon fils est mort" -

Sur la rue Kiev-Mirotska, une voiture criblée de balles gît. A l'intérieur, on peut apercevoir une mare de sang coagulé sur le siège passager. Les corps ne sont plus là: ils ont été déplacés dans un jardin avoisinant, celui de Tetiana Oustimenko.

Cette femme de 65 ans dit avoir enterré son fils Serguiï, 25 ans, et ses amis Nastia et Maxime le 4 mars.

Quelques jours avant, il lui avait proposé de venir pour l'évacuer, mais elle trouvait ça trop dangereux. Sans qu'elle le sache, il est quand même venu.

"J'ai entendu des tirs, mais j'étais certaine qu'il n'était pas là", raconte-t-elle.

"J'ai reçu un appel. J'ai demandé: +C'est toi mon fils?+", avant qu'un voisin ne me dise qu'une voiture avait été la cible de tirs russes. Il m'a annoncé que mon fils était mort".

Selon elle, c'est un sniper ennemi qui a visé le trio: Serguiï a été touché au dos, Maxime à la tête et Nastia aux jambes.

Leurs corps sont restés trois jours dehors avant que le mari de Tetiana, Valeriï, ne les transporte, aidé par des voisins, pour les enterrer.

La sépulture toute simple se trouve au fond du jardin.

"Comment continuer à vivre maintenant?", se lamente à voix haute Tetiana.

- Bijoux distinctifs -

Dans le cimetière communal, Oleh Onichtchenko inspecte les corps. Alignés dans des sacs noirs, parfois entassés, il y en a là une cinquantaine.

Un groupe de policiers se démène avec la paperasse, rédigeant des rapports préliminaires pour identifier les cadavres.

Toutes les quelques minutes, ils ouvrent un nouveau sac. Dans l'un, les bras d'une femme sont emmêlés sur son visage sans vie. Dans un autre, la rigidité cadavérique donne l'impression d'un homme au garde-à-vous.

Dans d'autres sacs, se trouvent uniquement des parties de corps, brûlées et sectionnées.

Oleh, 49 ans, reste en léger retrait. Dans sa poche, il garde des photocopies de la carte d'identité de sa belle-soeur Tamila et du certificat de naissance de la fille de celle-ci, Anna, 14 ans.

Elles ont quitté Boutcha dans une voiture empruntée, dont le propriétaire a vu une vidéo la montrant en train de brûler dans la rue. Il a tout de suite compris.

Il est là à l'affut de bijoux distinctifs, pour identifier les corps.

Un policier glisse, non loin, une note manuscrite dans un sac. "Boutcha, homme, environ 30 ans. Yeux ouverts. Blessures corporelles sur le côté gauche de l'abdomen, sur le cou et les mains".

"Il y a un mois, personne n'aurait pu imaginer tout cela", commente Oleh.

- "Notre seul espoir" -

Le fils de 19 ans d'Oleksandre Kovtoune, Oleksiï, a lui aussi disparu. "Il est allé en ville et n'est jamais revenu", dit ce père de 58 ans, qui veut se convaincre que son fils a été fait prisonnier.

Dans son quartier, il se dit qu'un jeune homme de sa rue a été envoyé en Russie. Peut-être est-ce aussi le sort de son fils?

"C'est notre seul espoir", dit-il.

L'AFP a vu samedi les cadavres d'au moins vingt hommes portant des vêtements civils gisant dans une rue de Boutcha, reconquise cette semaine par les troupes ukrainiennes. L'un d'eux avait les mains liées et les corps étaient éparpillés sur plusieurs centaines de mètres.

Les corps de 57 personnes y ont été retrouvés dans une fosse commune creusée par les Ukrainiens face au nombre important de cadavres, selon le chef des secours locaux, qui a montré ce site à une équipe de l'AFP.

Le registre des morts grossit de jour en jour.

"On a interrogé des gens autour pour essayer de savoir s'ils savaient (pour Oleksiï)", explique Oleksandre. "On espère qu'il ne soit pas sur cette liste".

U.Ammann--NZN