Zürcher Nachrichten - Embargo de l'UE sur le charbon russe, l'Ukraine poursuit les évacuations de civils dans l'est

EUR -
AED 4.001562
AFN 76.943849
ALL 100.305017
AMD 422.317248
ANG 1.961698
AOA 950.687425
ARS 1006.673081
AUD 1.63176
AWG 1.961
AZN 1.854316
BAM 1.95588
BBD 2.19771
BDT 127.993915
BGN 1.957378
BHD 0.410317
BIF 3134.884157
BMD 1.089444
BND 1.464173
BOB 7.521307
BRL 6.039595
BSD 1.088454
BTN 91.062119
BWP 14.739737
BYN 3.562178
BYR 21353.112089
BZD 2.19401
CAD 1.495192
CDF 3083.127736
CHF 0.96819
CLF 0.037203
CLP 1026.539609
CNY 7.92211
CNH 7.941125
COP 4410.583352
CRC 571.123325
CUC 1.089444
CUP 28.870279
CVE 110.269504
CZK 25.229365
DJF 193.799694
DKK 7.461687
DOP 64.442632
DZD 146.516329
EGP 52.521035
ERN 16.341667
ETB 62.396748
FJD 2.43567
FKP 0.839483
GBP 0.842952
GEL 2.957771
GGP 0.839483
GHS 16.794686
GIP 0.839483
GMD 73.876425
GNF 9368.952652
GTQ 8.457345
GYD 227.7193
HKD 8.505985
HNL 26.958101
HRK 7.525829
HTG 143.677187
HUF 390.396938
IDR 17663.926198
ILS 3.968127
IMP 0.839483
INR 91.156654
IQD 1425.858234
IRR 45857.443114
ISK 149.744297
JEP 0.839483
JMD 170.098508
JOD 0.772092
JPY 171.61583
KES 139.863149
KGS 92.213526
KHR 4472.223702
KMF 493.246552
KPW 980.500426
KRW 1512.982362
KWD 0.333174
KYD 0.907045
KZT 518.58594
LAK 24136.985786
LBP 97473.375645
LKR 330.463497
LRD 212.420625
LSL 19.964999
LTL 3.216846
LVL 0.658994
LYD 5.249263
MAD 10.725138
MDL 19.265964
MGA 4903.245262
MKD 61.617517
MMK 3538.473221
MNT 3758.583882
MOP 8.754958
MRU 42.950754
MUR 50.844594
MVR 16.723146
MWK 1887.394408
MXN 19.626561
MYR 5.101321
MZN 69.615493
NAD 19.964999
NGN 1770.717264
NIO 40.059798
NOK 11.886496
NPR 145.698951
NZD 1.81438
OMR 0.418951
PAB 1.088444
PEN 4.075748
PGK 4.263213
PHP 63.629551
PKR 302.706141
PLN 4.290232
PYG 8230.411687
QAR 3.972562
RON 4.971353
RSD 117.054843
RUB 95.717967
RWF 1426.171337
SAR 4.086395
SBD 9.214091
SCR 15.374279
SDG 638.414245
SEK 11.617967
SGD 1.465052
SHP 0.839483
SLE 24.890868
SLL 22845.110316
SOS 622.031114
SRD 32.365225
STD 22549.301453
SVC 9.524476
SYP 2737.262378
SZL 19.968999
THB 39.557299
TJS 11.575873
TMT 3.82395
TND 3.374438
TOP 2.574468
TRY 36.047561
TTD 7.392336
TWD 35.800569
TZS 2924.774948
UAH 45.162359
UGX 4022.16427
USD 1.089444
UYU 43.861791
UZS 13715.497211
VEF 3946569.914016
VES 40.651179
VND 27601.076264
VUV 129.34107
WST 3.054376
XAF 655.989813
XAG 0.037303
XAU 0.000452
XCD 2.944278
XDR 0.821041
XOF 655.989813
XPF 119.331742
YER 272.742197
ZAR 19.864729
ZMK 9806.322524
ZMW 27.78339
ZWL 350.800683
  • AEX

    -8.7000

    907.31

    -0.95%

  • BEL20

    -19.6200

    3983.85

    -0.49%

  • PX1

    -52.3500

    7534.52

    -0.69%

  • ISEQ

    -67.4200

    9703.52

    -0.69%

  • OSEBX

    -0.7200

    1443.02

    -0.05%

  • PSI20

    13.5800

    6802.6

    +0.2%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    2.6200

    2385.37

    +0.11%

  • N150

    -39.7700

    3359.43

    -1.17%

Embargo de l'UE sur le charbon russe, l'Ukraine poursuit les évacuations de civils dans l'est
Embargo de l'UE sur le charbon russe, l'Ukraine poursuit les évacuations de civils dans l'est

Embargo de l'UE sur le charbon russe, l'Ukraine poursuit les évacuations de civils dans l'est

La Russie, accusée de "crimes de guerre" en Ukraine, a fait l'objet jeudi d'un embargo de l'UE sur son charbon et de nouvelles sanctions du G7 et de Washington, tandis que Kiev exhortait les civils à fuir les régions de l'est, menacées par une offensive russe.

Taille du texte:

Les représentants des Vingt-Sept ont décidé également la fermeture des ports européens aux navires russes, dans le cadre d'une cinquième salve de sanctions contre Moscou, a annoncé la présidence française du Conseil de l'UE.

L'UE est prête parallèlement à débloquer 500 millions d'euros de plus pour financer des armes pour l'Ukraine, a annoncé le président du Conseil européen Charles Michel.

C'est la première fois que les Européens frappent le secteur énergétique russe, dont ils sont très dépendants.

Ce paquet "très substantiel" prévoit l'interdiction d'exportations vers la Russie, notamment de biens de haut technologie, à hauteur de 10 milliards d'euros, de nouvelles sanctions contre des banques russes, selon la même source.

De leur côté les pays du G7 ont annoncé le jour même de nouvelles sanctions économiques à l'encontre de la Russie, dont une interdiction de tout nouvel investissement dans des secteurs clefs en réaction à "la poursuite de l'escalade de la guerre" en Ukraine.

Et par un vote au Congrès, les Etats-Unis ont officiellement révoqué jeudi le statut commercial de la Russie et du Bélarus, ouvrant la voie à des droits de douane punitifs.

Ces nouvelles sanctions interviennent alors que l'assemblée générale des Nations unies, qui rassemble tous les pays membres et au sein de laquelle il n'y a pas de droit de veto, a adopté dans la journée la suspension de la Russie du Conseil des droits de l'homme, la deuxième dans l'histoire de l'ONU après l'éviction de la Libye en 2011.

Ces initiatives font suite à la vague d'indignation après la découverte de dizaines de morts, portant des vêtements civils et pour certains les mains attachées dans le dos, dans les zones dont s'est retirée l'armée russe et notamment dans la localité de Boutcha, près de Kiev.

L'Ukraine et ses soutiens accusent les troupes russes qui ont quitté le nord du territoire ukrainien et ainsi cessé de chercher à prendre la capitale, d'être responsables de ces "crimes de guerre".

La Russie dément toute exaction, dénonçant une "provocation" ukrainienne. Elle a averti après le vote de l'ONU, qualifié d'"illégal", qu'elle comptait "continuer de défendre ses intérêts par tous les moyens légaux".

Mais le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken a assuré que la Russie continuait à commettre des "atrocités" en Ukraine "en ce moment même".

- vingt-six corps extraits des décombres -

Vingt-six corps ont été extraits par les secouristes ukrainiens des décombres de deux immeubles d'habitation bombardés à Borodianka, au nord-ouest de Kiev, a annoncé jeudi la procureure générale d'Ukraine Iryna Venediktova.

C'est "la ville la plus détruite de la région" de la capitale, a-t-elle souligné sur Facebook. "Seule la population civile a été visée".

Le secrétaire général adjoint de l'ONU pour les Affaires humanitaires, Martin Griffiths, s'est pour sa part rendu à Boutcha, assurant aux responsables locaux que "le monde est profondément choqué" et que "la prochaine étape" consistera en "une enquête".

- Dernière chance -

A Marioupol (sud-est), cité portuaire assiégée et dévastée par l'armée russe depuis fin février et où se terrent toujours quelque 100.000 habitants, le "nouveau maire" proclamé par les forces pro-russes a annoncé jeudi qu'"environ 5.000 personnes" étaient mortes parmi la population civile de cette ville ukrainienne.

"Environ 60 à 70% du parc de logements a été détruit ou partiellement détruit", a ajouté Konstantin Ivachtchenko, nommé à la tête de la ville mercredi par Denis Pouchiline, dirigeant des séparatistes de Donetsk.

Les autorités ukrainiennes ont avancé des bilans beaucoup plus lourds.

Mais c'est l'est de l'Ukraine qui fait désormais figure de principal objectif des forces russes, qui ont subi "des pertes militaires importantes", a reconnu jeudi le porte-parole du Kremlin, évoquant "une immense tragédie"

Craignant une offensive contre ces régions orientales, les autorités ukrainiennes ont à nouveau appelé la population civile à les quitter.

"Les prochains jours sont peut-être la dernière chance pour partir. Toutes les villes libres de la région de Lougansk sont sous le feu ennemi" et les forces russes sont" en train de couper toutes les voies possibles de sortie", a averti sur Facebook son gouverneur, Serguiï Gaïdaï.

Un nouvel appel concernant notamment la ville de Severodonetsk, la plus à l'est tenue par les forces ukrainiennes, pilonnée par les troupes russes et où des journalistes de l'AFP ont vu jeudi des civils évacués par cars, pendant que des explosions retentissaient régulièrement à sa périphérie.

"Ça tombe de partout. Ce n'est plus possible", raconte Denis, un quadragénaire pâle comme un linge, le visage émacié, à qui on donnerait la soixantaine. "On trouve encore un peu de pain le matin à la boutique. Des volontaires et l'armée nous donnent des vivres".

"Regardez les impacts de roquettes, les appartements détruits autour de vous", montre du menton une grand-mère, serrant son sac à main contre la poitrine. "Cela fait plus d'un mois que l'on vit dans la cave. Je n'ai plus de gaz, d'électricité ni d'eau".

Un "grand nombre" d'évacués sont déjà arrivés à Dnipro, a annoncé jeudi le maire de cette ville industrielle d'un million d'habitants sur le Dniepr, le fleuve qui marque la limite des régions orientales du pays. Il les a d'ailleurs exhortés à "partir, pour (ceux) qui le peuvent", dans les régions encore plus à l'ouest "car c'est plus sûr là-bas".

Le gouverneur Gaïdaï a assuré que les responsables ukrainiens ne permettraient pas qu'il y ait dans l'Est un "deuxième Marioupol".

- Des armes "maintenant" -

Et pour se préparer à contrer l'offensive attendue dans le Donbass, Kiev réclame l'aide des Occidentaux.

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères s'est rendu à Bruxelles pour demander des livraisons immédiates d'armes à ses homologues de l'Alliance atlantique.

"Soit vous nous aidez maintenant, et je parle de jours, pas de semaines, soit votre aide arrivera trop tard. Et beaucoup de gens vont mourir", a martelé Dmytro Kouleba à l'issue de la réunion.

Et de mettre en garde : "au moment où nous parlons, la bataille pour le Donbass est en cours". Elle "vous rappellera" la "Deuxième Guerre mondiale", avec "des milliers de chars, de véhicules blindés, des avions, de l'artillerie".

Le secrétaire général de l'Alliance, Jens Stoltenberg, a assuré que "les alliés étaient conscients de l'urgence de fournir plus de soutien à l'Ukraine". Il a évoqué un "soutien significatif", estimant "préférable de ne pas se montrer trop précis sur les armements qui seront fournis".

Le volet diplomatique de la crise ne laisse transparaître aucun signe de progrès. La Russie a affirmé jeudi que l'Ukraine était revenue sur certaines des propositions qu'elle avait faites au cours de pourparlers fin mars à Istanbul et que la Russie avait dit accueillir positivement.

Kiev a immédiatement répliqué, en appelant Moscou à "réduire son degré d'hostilité" dans les négociations. Et M. Kouleba a accusé son homologue russe Sergueï Lavrov de se rendre "complice des crimes" commis par l'armée russe en les justifiant.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a annoncé qu'elle se rendrait vendredi à Kiev pour exprimer son "soutien indéfectible" à l'Ukraine dans son "combat courageux" contre l'invasion russe.

burx-so/bds/ial/fjb

G.Kuhn--NZN