Zürcher Nachrichten - A Boutcha, des habitants reviennent après le départ des "salopards"

EUR -
AED 4.01463
AFN 77.43367
ALL 100.202987
AMD 423.897239
ANG 1.969076
AOA 957.991104
ARS 1008.864037
AUD 1.62248
AWG 1.970163
AZN 1.863306
BAM 1.954883
BBD 2.205965
BDT 128.379767
BGN 1.955842
BHD 0.411993
BIF 3145.895237
BMD 1.093017
BND 1.464599
BOB 7.549458
BRL 6.001318
BSD 1.092587
BTN 91.285336
BWP 14.764073
BYN 3.57549
BYR 21423.136759
BZD 2.202267
CAD 1.494613
CDF 3093.238535
CHF 0.966445
CLF 0.036071
CLP 995.313916
CNY 7.93421
CNH 7.946382
COP 4356.733695
CRC 571.132038
CUC 1.093017
CUP 28.964955
CVE 110.212283
CZK 25.271978
DJF 194.528732
DKK 7.459518
DOP 64.469752
DZD 146.970949
EGP 52.745515
ERN 16.395258
ETB 62.74776
FJD 2.435461
FKP 0.842236
GBP 0.841836
GEL 2.967566
GGP 0.842236
GHS 16.846942
GIP 0.842236
GMD 74.108511
GNF 9411.498237
GTQ 8.470948
GYD 228.580664
HKD 8.534743
HNL 27.061303
HRK 7.550508
HTG 144.221015
HUF 389.846978
IDR 17672.994809
ILS 3.975191
IMP 0.842236
INR 91.423217
IQD 1431.215413
IRR 46002.358061
ISK 149.491864
JEP 0.842236
JMD 170.909813
JOD 0.774516
JPY 170.92439
KES 142.63889
KGS 92.860334
KHR 4486.853822
KMF 492.458834
KPW 983.715846
KRW 1510.983769
KWD 0.333895
KYD 0.910465
KZT 519.471523
LAK 24200.424311
LBP 97838.101503
LKR 331.931229
LRD 213.050042
LSL 19.874484
LTL 3.227396
LVL 0.661155
LYD 5.282522
MAD 10.739261
MDL 19.348745
MGA 4915.69367
MKD 61.610614
MMK 3550.07717
MNT 3770.909655
MOP 8.785598
MRU 43.253706
MUR 50.792639
MVR 16.73446
MWK 1894.511139
MXN 19.375861
MYR 5.101656
MZN 69.843788
NAD 19.874394
NGN 1789.640584
NIO 40.220761
NOK 11.739245
NPR 146.057473
NZD 1.800669
OMR 0.420787
PAB 1.092587
PEN 4.058996
PGK 4.277993
PHP 63.69883
PKR 304.360601
PLN 4.294798
PYG 8252.128292
QAR 3.986193
RON 4.969402
RSD 117.028215
RUB 96.372401
RWF 1430.728735
SAR 4.099645
SBD 9.244307
SCR 14.880757
SDG 647.065768
SEK 11.533424
SGD 1.465578
SHP 0.842236
SLE 24.972495
SLL 22920.027795
SOS 624.407043
SRD 32.393751
STD 22623.248866
SVC 9.559427
SYP 2746.238863
SZL 19.869678
THB 39.303766
TJS 11.635734
TMT 3.83649
TND 3.390978
TOP 2.578701
TRY 36.168268
TTD 7.416453
TWD 35.674439
TZS 2900.73904
UAH 45.320637
UGX 4042.066575
USD 1.093017
UYU 43.879012
UZS 13750.54856
VEF 3959512.161334
VES 39.889319
VND 27651.695168
VUV 129.765227
WST 3.064392
XAF 655.649384
XAG 0.0358
XAU 0.000443
XCD 2.953934
XDR 0.824113
XOF 655.649384
XPF 119.331742
YER 273.609539
ZAR 19.89077
ZMK 9838.45849
ZMW 28.488634
ZWL 351.951087
  • AEX

    6.0500

    922.61

    +0.66%

  • BEL20

    3.2100

    4020.64

    +0.08%

  • PX1

    43.1500

    7612.97

    +0.57%

  • ISEQ

    9.7600

    9767.45

    +0.1%

  • OSEBX

    9.5900

    1441.4

    +0.67%

  • PSI20

    22.3300

    6788.12

    +0.33%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -30.4900

    2370.47

    -1.27%

  • N150

    21.6100

    3398.01

    +0.64%

A Boutcha, des habitants reviennent après le départ des "salopards"
A Boutcha, des habitants reviennent après le départ des "salopards"

A Boutcha, des habitants reviennent après le départ des "salopards"

Hanna Predko avait fui Boutcha, bombardée puis occupée un mois par des soldats russes, accusés d'y avoir commis des exactions. Jeudi, elle est revenue chez elle, "heureuse" que l'armée ukrainienne ait "chassé ces salopards".

Taille du texte:

Avec ses trois enfants, elle a quitté la ville dès les premiers bombardements le 24 février. Elle s'est réfugiée dans l'ouest du pays, épargné par la guerre.

Sa mère, Natalia Predko, 69 ans, l'y a rejoint le 11 mars, profitant d'une opération d'évacuation de civils, alors que Boutcha était occupée par les soldats de Moscou.

La sexagénaire laissait là son mari, qui n'a jamais voulu partir de chez lui.

Les combats autour de la localité n'ont jamais totalement cessé et fin mars, les troupes russes se sont retirées de la ville.

Des dizaines de cadavres de civils y ont été découverts le week-end dernier, dont certains avaient les mains liés dans le dos.

"Nous sommes très heureux que nos forces armées aient réussi à chasser ces salopards", s'exclame Hanna.

"Maintenant, tout le monde connaît cet endroit, malheureusement pour un prix énorme", ajoute la jeune femme de 31 ans.

Elle est venue en début d'après-midi avec sa mère devant la mairie de Boutcha, le coffre de sa voiture rempli de nourriture pour les donner à des habitants.

Perché dans la nacelle d'une camionnette, un agent de la municipalité vient juste de remettre le drapeau ukrainien sur le toit de la mairie, pour la première fois depuis l'occupation de la ville par les soldats de Moscou.

- "La ville est en ruines" -

"Je suis très très heureuse d'être revenue et de voir notre drapeau national, après la libération de notre ville par l'armée ukrainienne. Gloire à l'Ukraine !", s'exclame Natalia en regardant l'étendard bleu et jaune claquer au vent. Elle est aussi heureuse d'avoir retrouvé son mari sain et sauf.

Vont-elles continuer à vivre à Boutcha ? Pour sa fille, c'est une évidence: "Nous prévoyons de rester ici".

"Beaucoup de mes amis vivent à l'étranger, nous avons été invités et il y avait des possibilités de partir. Mais nous avons décidé de revenir, même si la ville est en ruines", explique la jeune femme.

Dans un petit square devant la mairie, une distribution de biens alimentaires est organisée par des jeunes bénévoles.

Plusieurs dizaines d'habitants défilent, principalement des personnes âgées, couverts comme en plein hiver malgré la douceur printanière. Ils repartent le pas lent, tirant un caddie à roulettes ou portant des sacs plastique remplis de vivres.

Sous le doux soleil, Boris Biguik a lui décidé de prendre son vélo pour venir à Boutcha voir la maison de son fils, policier dans la région et absent quand la ville a été prise.

Boris, 63 ans, habite à côté, dans la localité mitoyenne de Vorzel.

"Le couvre-feu a pris fin aujourd'hui. J'ai donc décidé de venir réparer le portail de la maison de notre fils car ses voisins ont dit qu'il était cassé. Les Russes ont tout volé dans la maison, brisé les portes et les fenêtres", dit-il.

"J'avais peur d'aller à l'intérieur car cela pouvait être piégé. On peut tout attendre de ces +fascistes+, nous les avons vus !", assure le retraité, ancien officier supérieur dans la police.

- "Ils ont tout pillé" -

A Vorzel, les soldats étaient là aussi et sont restés un mois, comme à Boutcha.

Le policier retraité, qui habite Kiev en temps normal, était à Vorzel avec sa femme dans leur maison secondaire pour se reposer après une opération. Convalescent, "je ne pouvais pas me battre", explique-til.

Surpris par les bombardements, ils n'ont pas pu retourner à Kiev et sont restés à Vorzel.

Boris raconte que le fils de leur voisine a été tué un soir, "car des Russes équipés de caméras thermiques ont lancé des grenades à partir de drones sur tous ceux qui sortaient dehors".

Il y a une semaine, quand les soldats russes se sont retirés de la région, "ils ont emporté tout ce qu'ils pouvaient avec eux. Ils ont tout pillé, leurs véhicules blindés débordaient d'affaires volées", dit-il en remontant sur son vélo pour quitter Boutcha.

Il n'a pas eu le temps de voir un petit convoi de gros 4X4 blanc, sigles UN bleus, s'arrêter devant la mairie de la ville.

Martin Griffiths, le secrétaire général adjoint de l'Onu pour les Affaires humanitaires, vient de débarquer pour une courte visite.

Devant une fosse commune creusée par les Ukrainiens, où des corps apparaissent encore à demi-enterrés, le diplomate britannique, pantalon et t-shirt noirs, se fait expliquer par un responsable de la mairie comment des civils ont été tués ces dernières semaines à Boutcha.

"Le monde est déjà profondément choqué" par les exactions commises, particulièrement à Boutcha, dit Martin Griffiths: "La prochaine étape est de mener une enquête".

Après une heure sur place, le convoi de l'ONU quitte la ville.

Devant la fosse, attenante à une église blanche aux dômes dorés, l'archevêque Sviatoslav Chevtchouk, chef de l'Eglise gréco-catholique ukrainienne, dit une prière et se recueille.

"Nous avons vu le génocide du peuple ukrainien ici", dit-il à l'AFP.

"Nous prions parce que le juge le plus important est Dieu tout-puissant, mais la justice doit être rendue même ici. Sinon, si nous ne condamnons pas un tel crime, ce crime sera répété".

P.Gashi--NZN