Zürcher Nachrichten - Pakistan: le Premier ministre, sous la menace d'un vote de défiance, va s'exprimer

EUR -
AED 3.993937
AFN 76.864205
ALL 100.150505
AMD 421.872211
ANG 1.959584
AOA 948.887505
ARS 1006.649526
AUD 1.641567
AWG 1.960006
AZN 1.843178
BAM 1.952894
BBD 2.195423
BDT 127.75988
BGN 1.955877
BHD 0.409812
BIF 3129.784997
BMD 1.087382
BND 1.462397
BOB 7.513819
BRL 6.057585
BSD 1.087277
BTN 90.970626
BWP 14.733076
BYN 3.558388
BYR 21312.684567
BZD 2.191728
CAD 1.496879
CDF 3078.377699
CHF 0.96796
CLF 0.037206
CLP 1026.640491
CNY 7.910273
CNH 7.923676
COP 4343.003171
CRC 576.034856
CUC 1.087382
CUP 28.815619
CVE 110.101158
CZK 25.347248
DJF 193.601012
DKK 7.461658
DOP 64.333378
DZD 146.399934
EGP 52.636881
ERN 16.310728
ETB 62.842306
FJD 2.443619
FKP 0.837893
GBP 0.841541
GEL 2.952212
GGP 0.837893
GHS 16.799001
GIP 0.837893
GMD 73.697362
GNF 9296.027454
GTQ 8.436446
GYD 227.481485
HKD 8.489718
HNL 26.92868
HRK 7.51158
HTG 143.523782
HUF 390.016682
IDR 17631.896952
ILS 3.935893
IMP 0.837893
INR 91.003043
IQD 1424.184209
IRR 45770.637366
ISK 149.906993
JEP 0.837893
JMD 170.015436
JOD 0.770627
JPY 169.65495
KES 143.534091
KGS 91.989808
KHR 4467.270084
KMF 492.311573
KPW 978.64406
KRW 1507.383108
KWD 0.332358
KYD 0.906027
KZT 514.673117
LAK 24111.120211
LBP 97369.05726
LKR 330.512571
LRD 212.023513
LSL 19.831988
LTL 3.210756
LVL 0.657746
LYD 5.243174
MAD 10.680406
MDL 19.283304
MGA 4919.679019
MKD 61.523447
MMK 3531.773883
MNT 3751.467813
MOP 8.743489
MRU 43.042355
MUR 50.639246
MVR 16.691574
MWK 1885.394342
MXN 19.532967
MYR 5.080224
MZN 69.483691
NAD 19.829257
NGN 1725.786071
NIO 40.019711
NOK 11.98235
NPR 145.551397
NZD 1.823414
OMR 0.418588
PAB 1.087282
PEN 4.06575
PGK 4.260562
PHP 63.596616
PKR 302.59961
PLN 4.279772
PYG 8228.716999
QAR 3.966298
RON 4.972761
RSD 117.068618
RUB 95.357217
RWF 1442.340387
SAR 4.0789
SBD 9.196646
SCR 14.793073
SDG 637.206125
SEK 11.687517
SGD 1.462784
SHP 0.837893
SLE 24.843743
SLL 22801.858017
SOS 621.369625
SRD 31.909227
STD 22506.609204
SVC 9.512532
SYP 2732.079961
SZL 19.839386
THB 39.373553
TJS 11.579968
TMT 3.81671
TND 3.369486
TOP 2.579977
TRY 35.827122
TTD 7.382995
TWD 35.66776
TZS 2925.057038
UAH 44.953505
UGX 4018.020778
USD 1.087382
UYU 43.814799
UZS 13711.595757
VEF 3939097.933374
VES 39.674163
VND 27581.441023
VUV 129.096191
WST 3.048593
XAF 654.98232
XAG 0.037502
XAU 0.000452
XCD 2.938704
XDR 0.82008
XOF 654.979313
XPF 119.331742
YER 272.226296
ZAR 19.970641
ZMK 9787.73878
ZMW 28.188922
ZWL 350.136517
  • AEX

    3.6700

    920.61

    +0.4%

  • BEL20

    16.1300

    4049.18

    +0.4%

  • PX1

    30.4900

    7652.18

    +0.4%

  • ISEQ

    74.9400

    9442.81

    +0.8%

  • OSEBX

    0.2900

    1452.76

    +0.02%

  • PSI20

    35.6700

    6895.94

    +0.52%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    1.9100

    2386.94

    +0.08%

  • N150

    5.1000

    3402.39

    +0.15%

Pakistan: le Premier ministre, sous la menace d'un vote de défiance, va s'exprimer
Pakistan: le Premier ministre, sous la menace d'un vote de défiance, va s'exprimer

Pakistan: le Premier ministre, sous la menace d'un vote de défiance, va s'exprimer

Le Premier ministre pakistanais Imran Khan doit s'adresser à la Nation vendredi soir, à la veille d'un vote à l'Assemblée nationale qui selon toute vraisemblance le verra perdre la confiance des députés et être poussé vers la sortie.

Taille du texte:

L'ancien joueur vedette de cricket, au pouvoir depuis 2018, a promis de se battre "jusqu'à la dernière balle", dans une des métaphores sportives dont il est coutumier, après la décision jeudi de la Cour suprême de restaurer l'Assemblée et de faire tenir un vote sur une motion de censure à son encontre.

Il a convoqué vendredi les membres de son gouvernement et les principaux dirigeants de son parti, le Pakistan Tehreek-e-Insaf (PTI, Mouvement du Pakistan pour la justice), pour évoquer la stratégie à adopter.

Le chef du gouvernement pensait avoir réussi un coup politique de premier ordre dimanche, grâce au refus du vice-président de l'Assemblée nationale, un de ses fidèles, de soumettre cette motion de censure au vote, au motif qu'elle était inconstitutionnelle car résultant d'une "ingérence étrangère".

Cette manoeuvre lui avait permis d'obtenir immédiatement du président de la République, Arif Alvi, un autre de ses alliés, la dissolution de l'Assemblée et la convocation d'élections sous trois mois.

Mais dans une décision qui devrait faire date en affirmant son indépendance, la Cour suprême a considéré que toute la procédure était inconstitutionnelle. Elle a annulé la dissolution et ordonné à l'Assemblée de se prononcer sur la motion de censure dès samedi.

Ce jugement a été salué par la presse, le quotidien Dawn notamment estimant que la Cour avait "repoussé un assaut des plus choquants contre l'ordre démocratique".

- L'opposition euphorique -

A moins qu'il ne sorte un nouveau tour de son chapeau, Imran Khan, 69 ans, dont l'opposition n'a cessé de dénoncer la mauvaise gestion de l'économie et des maladresses en politique étrangère, paraît condamné à la chute.

L'opposition avait annoncé dés la semaine dernière avoir rallié suffisamment de voix pour faire voter la défiance. Elle dispose maintenant de 177 voix, quand 172 sont requises pour obtenir la majorité.

Totalement prise de court dimanche par le subterfuge du camp gouvernemental, elle était euphorique jeudi soir après l'annonce de la Cour.

"Cette décision a sauvé le Pakistan et sa Constitution", a réagi le chef de l'opposition à l'Assemblée, Shehbaz Sharif, leader de la Ligue musulmane du Pakistan (PML-N) et pressenti pour devenir Premier ministre si la motion de censure est approuvée.

"La démocratie est la meilleure revanche", a également savouré Bilawal Zardari Bhutto, le fils de l'ancienne Première ministre assassinée Benazir Bhutto et chef du Parti du peuple pakistanais (PPP), allié de la PML-N.

La revanche est éclatante pour l'opposition, qui avait été accusée de traîtrise par Imran Khan. Il lui avait reproché d'avoir conspiré avec les Etats-Unis, qui selon lui souhaitaient son départ en raison de ses positions trop favorables à la Russie et la Chine. Washington a nié toute implication.

- L'armée silencieuse -

Imran Khan s'était fait élire en 2018 en profitant de la lassitude des électeurs à l'égard du PPP et de la PML-N, deux partis organisés autour de grandes dynasties familiales qui ont dominé la vie politique nationale pendant des décennies, mais devenus le symbole de la corruption des élites.

Les réformes sociales entreprises par M. Khan, dont les retombées sont controversées, et sa popularité auprès des Pakistanais pour avoir mené le pays à sa seule victoire en Coupe du monde de cricket en 1992, n'ont pas suffi face à la dégradation de la situation économique.

L'inflation (10% en 2021), la forte dépréciation de la roupie (moins 18% depuis juillet) et le creusement de la dette ont rendu sa position vulnérable.

La victoire probable samedi de l'opposition ouvrirait la voie à un possible retour au pays de Nawaz Sharif, trois fois Premier ministre. Il avait été destitué en 2017 pour corruption présumée et emprisonné, puis libéré sous caution en octobre 2019 pour raisons médicales. Il vit depuis en exil au Royaume-Uni.

Son frère cadet Shehbaz apparaît comme le dirigeant d'opposition le plus compatible avec les intérêts de la toute puissante armée, qui avait été accusée de soutenir Imran Khan en 2018 et silencieuse ces derniers jours.

Le Pakistan, une république islamique de 220 millions d'habitants dotée de l'arme nucléaire, a connu quatre putschs militaires réussis et passé plus de trois décennies sous un régime militaire depuis son indépendance en 1947.

X.Blaser--NZN