Zürcher Nachrichten - Pakistan: Imran Khan proche de la sortie avec le vote d'une motion de censure

EUR -
AED 3.989913
AFN 76.752673
ALL 100.284295
AMD 421.05009
ANG 1.956803
AOA 947.92877
ARS 1005.585015
AUD 1.640027
AWG 1.958026
AZN 1.849621
BAM 1.955104
BBD 2.192219
BDT 127.574579
BGN 1.953736
BHD 0.409431
BIF 3127.486496
BMD 1.086283
BND 1.46078
BOB 7.502329
BRL 6.069372
BSD 1.085813
BTN 90.890939
BWP 14.751748
BYN 3.553235
BYR 21291.151541
BZD 2.188621
CAD 1.494862
CDF 3075.267285
CHF 0.968388
CLF 0.037147
CLP 1025.00565
CNY 7.902279
CNH 7.919434
COP 4339.853631
CRC 575.195209
CUC 1.086283
CUP 28.786506
CVE 110.225755
CZK 25.361458
DJF 193.35116
DKK 7.461039
DOP 64.307104
DZD 146.203949
EGP 52.53288
ERN 16.294249
ETB 62.759155
FJD 2.441693
FKP 0.837047
GBP 0.84093
GEL 2.949306
GGP 0.837047
GHS 16.753035
GIP 0.837047
GMD 73.622859
GNF 9356.66867
GTQ 8.422001
GYD 227.159123
HKD 8.481037
HNL 26.887427
HRK 7.503991
HTG 143.318973
HUF 390.413997
IDR 17618.482214
ILS 3.932372
IMP 0.837047
INR 90.935757
IQD 1422.393574
IRR 45724.371164
ISK 149.711702
JEP 0.837047
JMD 169.609613
JOD 0.769847
JPY 169.715437
KES 144.203525
KGS 91.899516
KHR 4460.411924
KMF 491.814395
KPW 977.655298
KRW 1506.025405
KWD 0.332099
KYD 0.904778
KZT 514.49682
LAK 24054.435707
LBP 97230.082396
LKR 329.862556
LRD 211.724618
LSL 19.929604
LTL 3.207512
LVL 0.657082
LYD 5.248131
MAD 10.698691
MDL 19.261142
MGA 4925.246425
MKD 61.588072
MMK 3528.205596
MNT 3747.67756
MOP 8.731691
MRU 42.947709
MUR 50.588128
MVR 16.674504
MWK 1882.729677
MXN 19.535608
MYR 5.075096
MZN 69.413489
NAD 19.929604
NGN 1745.657202
NIO 39.965771
NOK 11.963694
NPR 145.425223
NZD 1.821126
OMR 0.418103
PAB 1.085713
PEN 4.079847
PGK 4.254485
PHP 63.546512
PKR 302.276578
PLN 4.277119
PYG 8216.074765
QAR 3.957091
RON 4.973328
RSD 117.081808
RUB 94.750608
RWF 1422.193645
SAR 4.074875
SBD 9.187354
SCR 14.766986
SDG 636.561705
SEK 11.67327
SGD 1.461871
SHP 0.837047
SLE 24.818642
SLL 22778.820421
SOS 620.479086
SRD 31.876962
STD 22483.86991
SVC 9.500617
SYP 2729.319635
SZL 19.925906
THB 39.34408
TJS 11.563383
TMT 3.812854
TND 3.374898
TOP 2.57737
TRY 35.768543
TTD 7.370376
TWD 35.639109
TZS 2922.101267
UAH 44.802948
UGX 4013.571016
USD 1.086283
UYU 43.944354
UZS 13673.131846
VEF 3935118.11102
VES 39.628339
VND 27553.574431
VUV 128.96576
WST 3.045513
XAF 655.723538
XAG 0.037385
XAU 0.000451
XCD 2.935735
XDR 0.818908
XOF 655.723538
XPF 119.331742
YER 271.95059
ZAR 20.017001
ZMK 9777.847131
ZMW 28.147978
ZWL 349.782761
  • AEX

    -0.0900

    916.85

    -0.01%

  • BEL20

    9.6800

    4042.71

    +0.24%

  • PX1

    -7.6200

    7614.07

    -0.1%

  • ISEQ

    41.2200

    9408.97

    +0.44%

  • OSEBX

    -2.4700

    1450.1

    -0.17%

  • PSI20

    13.7200

    6873.74

    +0.2%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    1.9100

    2386.94

    +0.08%

  • N150

    -6.1200

    3391.42

    -0.18%

Pakistan: Imran Khan proche de la sortie avec le vote d'une motion de censure
Pakistan: Imran Khan proche de la sortie avec le vote d'une motion de censure

Pakistan: Imran Khan proche de la sortie avec le vote d'une motion de censure

Les parlementaires pakistanais se sont violemment interpellés samedi à l'ouverture de la session qui devrait voir le Premier ministre Imran Khan être renversé par une motion de censure.

Taille du texte:

Le président de l'Assemblée nationale a ajourné au début d'après-midi la séance, après 30 minutes d'échanges orageux.

Les députés devraient voter la défiance à l'égard de M. Khan, qui n'était pas présent.

Certains de ses alliés dans la coalition au pouvoir ont fait défection et des membres de son propre parti, le Pakistan Tehreek-e-Insaf (PTI, Mouvement du Pakistan pour la justice), ont annoncé qu'ils soutiendraient la motion.

L'opposition disposerait au minimum de 177 voix, quand 172 sont requises pour obtenir la majorité et renverser le gouvernement.

Aucun vote de confiance pour confirmer le nom d'un nouveau Premier ministre n'est encore au programme de la session de samedi, mais cela pourrait changer à la dernière minute.

Shehbaz Sharif, le leader de la Ligue musulmane du Pakistan (PML-N) et frère cadet de Nawaz Sharif, qui fut trois fois Premier ministre, est pressenti pour occuper le poste.

La tension a monté dans la matinée quand Shehbaz Sharif a demandé à ce que le vote ait lieu sans attendre. "Vous mènerez la procédure à l'Assemblée en conformité avec le jugement de la Cour suprême", a-t-il exigé, furieux.

"C'est mon devoir" de défendre la position du gouvernement, a répliqué le ministre des affaires étrangères, Shah Mehmood Qureshi, en affirmant que le gouvernement faisait face à la motion de censure "dans le respect de la loi et la Constitution".

- 'Ingérence étrangère' -

Vendredi soir, M. Khan avait assuré dans une adresse à la Nation avoir "accepté le jugement de la Cour suprême", qui a mené à la tenue de ce vote sur la motion de censure.

Mais il a répété ses accusations des derniers jours selon lesquelles il aurait été la victime d'une conspiration ourdie par les Etats-Unis.

L'ancienne star du cricket a appelé ses partisans à manifester dans le calme dimanche et affirmé qu'il "n'accepterait pas" le nouveau gouvernement.

La capitale Islamabad était placée samedi sous très forte sécurité, des milliers de policiers patrouillant les rues et des conteneurs empêchant l'accès à la zone où sont situés les principaux bâtiments administratifs.

La Cour a considéré que M. Khan et ses soutiens avaient agi illégalement en refusant dimanche dernier de soumettre la motion de censure au vote, au motif qu'elle résultait d'une "ingérence étrangère", et en décidant de dissoudre l'Assemblée, ce qui ouvrait la voie à des élections anticipées sous trois mois.

La plus haute instance judiciaire du pays a ordonné que l'Assemblée soit restaurée et que le vote sur la motion de censure ait lieu.

Imran Khan, 69 ans, qui s'était fait élire en 2018 en profitant de la lassitude des électeurs à l'égard de la PML-N et du Parti du peuple pakistanais (PPP), les deux partis qui ont dominé avec l'armée la vie politique nationale pendant des décennies, s'en est violemment pris à eux ces derniers jours.

Il les a accusés de trahison, pour avoir selon lui intrigué avec les Etats-Unis afin d'obtenir son départ. Washington a nié toute implication.

- Calendrier électoral -

A l'en croire, les Etats-Unis, déjà offusqués par ses critiques répétées à l'encontre de la politique américaine en Irak ou en Afghanistan, ont été ulcérés par sa visite à Moscou le jour même du déclenchement de la guerre en Ukraine.

Quel que soit le nom du successeur d'Imran Khan, une lourde tâche l'attend. Les défis sont nombreux, à commencer par le redressement d'une économie caractérisée par une inflation élevée, une roupie en dépréciation constante et une dette préoccupante.

La sécurité se dégrade également. Galvanisés par l'arrivée au pouvoir des talibans en août en Afghanistan, les talibans pakistanais du Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP) ont multiplié les attaques ces derniers mois.

L'opposition s'était par le passé dite favorable à des élections anticipées, mais seulement après qu'elle ait obtenu le départ de M. Khan.

Ces élections doivent être convoquées d'ici octobre 2023. Mais une fois au pouvoir, l'opposition sera en mesure de fixer son propre calendrier électoral, et aussi d'influer sur une série d'affaires ouvertes à son encontre sous le gouvernement Khan.

La Commission électorale estime qu'il lui faudra au moins sept mois pour être prête à organiser une élection, selon les médias pakistanais.

Le Pakistan, une république islamique de 220 millions d'habitants dotée de l'arme nucléaire, est habitué aux crises politiques. Le pays a passé plus de trois décennies sous un régime militaire et aucun Premier ministre n'est jamais allé au bout de son mandat depuis l'indépendance en 1947.

L'armée, clé du pouvoir politique, qui avait été accusée de soutenir M. Khan en 2018, n'est pas publiquement intervenue ces derniers jours.

N.Fischer--NZN