Zürcher Nachrichten - Boris Johnson à Kiev, l'Ukraine se prépare à l'offensive russe dans l'Est

EUR -
AED 4.000922
AFN 77.160606
ALL 100.490321
AMD 423.173682
ANG 1.963488
AOA 953.663079
ARS 1001.088177
AUD 1.607457
AWG 1.962333
AZN 1.854762
BAM 1.956576
BBD 2.199683
BDT 128.010776
BGN 1.950666
BHD 0.410663
BIF 3136.558534
BMD 1.089277
BND 1.462887
BOB 7.527951
BRL 5.90917
BSD 1.089437
BTN 90.998548
BWP 14.672887
BYN 3.564763
BYR 21349.830549
BZD 2.195981
CAD 1.486988
CDF 3123.499047
CHF 0.975796
CLF 0.036103
CLP 996.189718
CNY 7.89769
CNH 7.923864
COP 4317.513054
CRC 569.428481
CUC 1.089277
CUP 28.865842
CVE 110.310274
CZK 25.330374
DJF 193.977833
DKK 7.461603
DOP 64.395839
DZD 146.722198
EGP 52.382351
ERN 16.339156
ETB 62.939254
FJD 2.419066
FKP 0.839354
GBP 0.839707
GEL 2.973392
GGP 0.839354
GHS 16.777886
GIP 0.839354
GMD 73.798932
GNF 9378.763198
GTQ 8.458472
GYD 227.829324
HKD 8.504969
HNL 26.983827
HRK 7.524672
HTG 143.997779
HUF 392.314398
IDR 17607.564715
ILS 3.941224
IMP 0.839354
INR 90.977398
IQD 1427.185756
IRR 45844.945383
ISK 149.318034
JEP 0.839354
JMD 170.808536
JOD 0.771971
JPY 172.072838
KES 138.904395
KGS 92.912524
KHR 4472.794694
KMF 493.769177
KPW 980.349743
KRW 1506.122059
KWD 0.333079
KYD 0.907873
KZT 516.68206
LAK 24122.900692
LBP 97560.041284
LKR 329.585271
LRD 212.445243
LSL 19.598744
LTL 3.216352
LVL 0.658893
LYD 5.28412
MAD 10.692292
MDL 19.250901
MGA 4871.954856
MKD 61.549414
MMK 3537.929429
MNT 3758.006264
MOP 8.761296
MRU 43.131108
MUR 50.847279
MVR 16.829315
MWK 1889.057978
MXN 19.275792
MYR 5.091269
MZN 69.604795
NAD 19.598744
NGN 1762.068862
NIO 40.106092
NOK 11.703394
NPR 145.59642
NZD 1.786784
OMR 0.420199
PAB 1.089427
PEN 4.096825
PGK 4.26271
PHP 63.724345
PKR 303.299298
PLN 4.254536
PYG 8214.295959
QAR 3.97253
RON 4.964381
RSD 117.078652
RUB 95.452372
RWF 1427.272688
SAR 4.08566
SBD 9.192866
SCR 15.199769
SDG 654.655655
SEK 11.491813
SGD 1.461705
SHP 0.839354
SLE 24.887043
SLL 22841.599486
SOS 622.649836
SRD 32.248032
STD 22545.836083
SVC 9.532913
SYP 2736.841716
SZL 19.607868
THB 39.431198
TJS 11.602555
TMT 3.81247
TND 3.378387
TOP 2.566827
TRY 36.086796
TTD 7.395035
TWD 35.498405
TZS 2892.031058
UAH 44.688731
UGX 4030.580255
USD 1.089277
UYU 43.667521
UZS 13786.468492
VEF 3945963.406368
VES 39.735359
VND 27683.976704
VUV 129.321193
WST 3.053906
XAF 656.220306
XAG 0.035313
XAU 0.000452
XCD 2.943825
XDR 0.825131
XOF 656.220306
XPF 119.331742
YER 272.67333
ZAR 19.598197
ZMK 9804.803079
ZMW 27.86218
ZWL 350.746772
  • AEX

    8.8900

    944.91

    +0.95%

  • BEL20

    11.6800

    4040.06

    +0.29%

  • PX1

    96.8700

    7724.32

    +1.27%

  • ISEQ

    -3.9100

    9769.03

    -0.04%

  • OSEBX

    19.1100

    1434.43

    +1.35%

  • PSI20

    10.2000

    6811.86

    +0.15%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    8.6400

    2408.05

    +0.36%

  • N150

    18.2400

    3395.27

    +0.54%

Boris Johnson à Kiev, l'Ukraine se prépare à l'offensive russe dans l'Est
Boris Johnson à Kiev, l'Ukraine se prépare à l'offensive russe dans l'Est

Boris Johnson à Kiev, l'Ukraine se prépare à l'offensive russe dans l'Est

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a effectué une visite surprise à Kiev samedi et promis des blindés à l'Ukraine, où la menace d'une nouvelle offensive russe pousse la population à fuir l'est du pays, au lendemain d'un bombardement sanglant sur des civils

Taille du texte:

Ce déplacement à Kiev avait pour but de "montrer notre soutien indéfectible au peuple ukrainien", a tweeté Boris Johnson après la rencontre, qui n'avait pas été annoncée.

Il a rendu hommage à l'armée ukrainienne pour "le plus grand fait d'armes du 21e siècle" qui a permis de défendre Kiev et de mettre en échec "les desseins monstrueux de Poutine", selon un communiqué de Downing Street.

Le président russe "a subi un revers. (...) Il va intensifier la pression maintenant dans le Donbass et l'Est", a mis en garde M. Johnson. "C'est pourquoi il est si vital (...) que nous, vos amis, continuions à offrir le soutien que nous pouvons", a-t-il ajouté, s'engageant à fournir à Kiev des véhicules blindés et des missiles antinavires.

Entourés de militaires lourdement armés, tous deux se sont aussi rendus sur la rue Khrechtchatyk, l'artère principale de Kiev, saluant les quelques badauds présents, puis sur l'emblématique place de l'Indépendance.

M. Johnson est le premier dirigeant du G7 a se rendre dans la capitale ukrainienne, menacée d'un assaut et bombardée il y a encore une semaine, et où Volodymyr Zelensky s'est retranché depuis le début de l'invasion russe le 24 février, forçant le respect du monde entier.

"D'autres Etats démocratiques occidentaux doivent suivre l'exemple du Royaume-Uni", a commenté le président ukrainien. "Il est temps d'imposer un embargo total sur les hydrocarbures russes, d'augmenter les livraisons d'armes" à l'Ukraine.

Londres, en pointe dans les condamnations de la politique du Kremlin, a notamment fourni dès les débuts de précieuses armes antichar à l'armée ukrainienne et n'a pas hésité à sanctionner les oligarques russes dont la présence massive a donné à un quartier chic de la capitale britannique le sobriquet de "Londongrad".

- "L'Ukraine n'a pas le temps d'attendre" -

"L’Ukraine n’a pas le temps d’attendre", a encore dit Volodymyr Zelensky dans la soirée dans un message vidéo, appelant les Occidentaux à agir plus vite et plus fort.

Car au même moment dans l'est du pays, où un missile russe a fait plus de 50 morts vendredi parmi les centaines de civils rassemblés devant la gare de Kramatorsk dans l'espoir de monter dans un train et de fuir vers l'ouest, on se préparait au pire.

"L'ennemi russe continue de se préparer pour intensifier ses opérations offensive dans l'est de l'Ukraine et prendre le contrôle total des régions de Donetsk et de Lougansk", dans le Donbass, a déclaré l'état-major de l'armée ukrainienne samedi dans un point quotidien sur Facebook.

Outre la poursuite des combats pour prendre le contrôle des villes clés de Marioupol, au sud, et d'Izioum plus au nord, "l'ennemi continue de frapper avec des missiles des cibles civiles dans toute l'Ukraine", a averti l'état-major.

Des bombardements ont ainsi encore fait 5 morts et 5 blessés dans la région de Donetsk, a indiqué dans la soirée le gouverneur régional Pavlo Kyrylenko sur Telegram.

A Lyssytchansk, une petite ville de la région de Lougansk, le maire Olexandre Zaïka a appelé les habitants à partir le plus vite possible.

"La situation dans la ville est très tendue, je vous demande d'évacuer. Cela devient très difficile, les obus de l'ennemi tombent un peu partout", a-t-il dit dans un message sur Telegram.

Mais "personne ne va abandonner la région de Lougansk", a-t-il ajouté, "nos gars travaillent bien".

Dans la zone rurale de Barvinkove, soldats ukrainiens et membres de la Défense territoriale étaient occupés à fortifier leurs positions et à creuser de nouvelles tranchées. Les bords de routes ont été minés, et des obstacles anti-chars sont installés à tous les carrefours.

- "Nous resterons" -

"Nous resterons ici jusqu'à la victoire", a commenté un commandant local.

Menacé à son tour de frappes, le grand port d'Odessa, dans le sud sur la mer Noire, va connaître pour sa part un couvre-feu de samedi soir à lundi matin, ont annoncé les autorités locales.

"Nous sommes prêts à nous battre, et à chercher parallèlement des voies diplomatiques pour arrêter cette guerre", avait souligné Volodymyr Zelensky plus tôt dans la journée, lors d'une conférence de presse avec le chancelier autrichien Karl Nehammer, lui aussi venu à Kiev.

La veille, c'était la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen qui avait fait le voyage, y compris à Boutcha, petite ville proche de la capitale devenue un symbole des atrocités de l'invasion russe.

"Si ceci n'est pas un crime de guerre, qu'est-ce qu'un crime de guerre?", avait-elle déclaré.

"Ce que Poutine a fait à Boutcha et Irpin (autre localité proche de Kiev, ndlr), ce sont des crimes de guerre qui ont entaché définitivement sa réputation", a abondé samedi Boris Johnson.

- 10 milliards pour l'Ukraine -

Ursula von der Leyen a annoncé samedi qu'une collecte internationale avait permis de réunir 10,1 milliards d'euros destinés à soutenir l'Ukraine. "C'est fantastique", a-t-elle dit. "Une fois que les bombes auront cessé de tomber, nous aiderons le peuple ukrainien à reconstruire son pays. Nous continuerons à défendre l'Ukraine".

A Kramatorsk, où le dernier bilan, vendredi soir, de la frappe au missile devant la gare a fait état de 52 morts dont 5 enfants, les évacuations de civils se poursuivaient samedi par la route. Des mini-bus et des camionnettes venaient récupérer des dizaines de rescapés du bombardement qui ont passé la nuit dans une église protestante du centre-ville, non loin de la gare, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Le président américain Joe Biden a dénoncé une "horrible atrocité" commise par Moscou et la diplomatie française un "crime contre l'humanité".

Moscou a nié être responsable de la frappe, allant jusqu'à dénoncer une "provocation" ukrainienne.

Nonobstant ces échanges d'accusations, l'Ukraine a annoncé samedi avoir procédé à un nouvel échange de prisonniers avec la Russie, permettant la libération de 12 soldats et 14 civils ukrainiens.

Après avoir retiré ses troupes de la région de Kiev et du nord de l'Ukraine, la Russie a fait sa priorité de la conquête totale du Donbass, dont une partie est contrôlée depuis 2014 par des séparatistes prorusses.

Le président Vladimir Poutine, dont la décision d'envahir l'Ukraine s'est brisée sur la résistance acharnée des Ukrainiens, a revu ses plans à la baisse mais veut obtenir une victoire au Donbass avant le défilé militaire du 9 mai marquant sur la Place Rouge la victoire soviétique sur les nazis, point culminant du narratif militariste qu'il a imposé en Russie, notent les observateurs.

- Berlusconi "déçu et peiné" -

A la suite des révélations sur les exactions de son armée en Ukraine, la Russie avait été suspendue jeudi par un vote du Conseil des droits de l'homme de l'ONU et a été la cible de nouvelles sanctions économiques occidentales.

Londres, comme Washington, a décidé de sanctionner les deux filles de Vladimir Poutine et celle du chef de la diplomatie Sergueï Lavrov, disant vouloir s'en prendre au "train de vie fastueux du cercle rapproché du Kremlin".

L'UE a également inscrit sur sa liste noire les deux filles du président russe.

Elle avait déjà adopté jeudi soir un nouveau train de mesures punitives, avec notamment un prochain arrêt des importations de charbon russe, soit une première sanction européenne contre le secteur énergétique russe, première source de revenus de Moscou.

Bruxelles a aussi adopté de nouvelles sanctions contre des banques russes et a décidé la fermeture des ports européens aux navires russes.

Kiev réclame la fourniture "immédiate" d'armes pour faire face à une nouvelle offensive russe dans l'Est.

Outre les armes annoncées samedi, le Royaume-Uni avait promis l'envoi de missiles antichars et antiaériens supplémentaires. Et la Slovaquie "fait don" à Kiev de systèmes de défense antiaérienne S-300, de conception soviétique.

Selon les médias tchèques, Prague a de son côté envoyé lundi à l'Ukraine des trains chargés de chars T72 et de véhicules blindés de fabrication soviétique, ce qui serait une première livraison d'armements lourds réclamés par Kiev.

Enfin, après celle de l'acteur français Gérard Depardieu, le chef du Kremlin a perdu l'estime de son "ami" Silvio Berlusconi, le milliardaire et ex-Président du Conseil italien qui s'est dit "déçu et peiné par le comportement de Vladimir Poutine".

burx-lpt/fjb

O.Pereira--NZN