Zürcher Nachrichten - Pakistan: Shehbaz Sharif élu Premier ministre, lors d'une séance boycottée par l'opposition

EUR -
AED 3.987216
AFN 76.828736
ALL 100.672482
AMD 421.61557
ANG 1.95687
AOA 947.286867
ARS 1006.830354
AUD 1.643746
AWG 1.953983
AZN 1.849317
BAM 1.958572
BBD 2.192403
BDT 127.580565
BGN 1.955563
BHD 0.409144
BIF 3127.926967
BMD 1.085546
BND 1.460066
BOB 7.502618
BRL 6.090241
BSD 1.085837
BTN 90.889336
BWP 14.732851
BYN 3.553429
BYR 21276.709006
BZD 2.188698
CAD 1.497419
CDF 3110.090711
CHF 0.959759
CLF 0.037274
CLP 1028.449366
CNY 7.885081
CNH 7.886809
COP 4377.346359
CRC 575.61467
CUC 1.085546
CUP 28.766979
CVE 110.42128
CZK 25.413733
DJF 193.353654
DKK 7.462605
DOP 64.280977
DZD 146.212634
EGP 52.497891
ERN 16.283196
ETB 62.764731
FJD 2.442804
FKP 0.836479
GBP 0.840218
GEL 2.947289
GGP 0.836479
GHS 16.829819
GIP 0.836479
GMD 73.54564
GNF 9357.243342
GTQ 8.424924
GYD 227.171517
HKD 8.477146
HNL 26.889056
HRK 7.498901
HTG 143.322845
HUF 393.521254
IDR 17608.322131
ILS 3.961935
IMP 0.836479
INR 90.867937
IQD 1422.413147
IRR 45706.93012
ISK 149.698961
JEP 0.836479
JMD 169.930503
JOD 0.769325
JPY 166.54345
KES 144.377532
KGS 91.432643
KHR 4459.31128
KMF 492.566586
KPW 976.99212
KRW 1498.195011
KWD 0.331775
KYD 0.904881
KZT 514.628355
LAK 24067.062203
LBP 97234.416234
LKR 329.606493
LRD 211.729662
LSL 19.878935
LTL 3.205336
LVL 0.656636
LYD 5.247427
MAD 10.735494
MDL 19.311331
MGA 4933.983085
MKD 61.707335
MMK 3525.812291
MNT 3745.135379
MOP 8.734362
MRU 42.975824
MUR 50.727492
MVR 16.673894
MWK 1882.764684
MXN 19.947989
MYR 5.072213
MZN 69.366404
NAD 19.878935
NGN 1727.918556
NIO 39.966565
NOK 11.960062
NPR 145.422817
NZD 1.825536
OMR 0.417873
PAB 1.085837
PEN 4.080776
PGK 4.197941
PHP 63.538148
PKR 302.398586
PLN 4.295206
PYG 8223.638947
QAR 3.961306
RON 4.970497
RSD 117.066414
RUB 93.569109
RWF 1426.118391
SAR 4.072254
SBD 9.201032
SCR 14.773244
SDG 636.130319
SEK 11.679182
SGD 1.456499
SHP 0.836479
SLE 24.801807
SLL 22763.368749
SOS 620.578307
SRD 31.645871
STD 22468.618312
SVC 9.500446
SYP 2727.468242
SZL 19.874128
THB 39.059007
TJS 11.563866
TMT 3.810268
TND 3.372473
TOP 2.579909
TRY 35.657594
TTD 7.380446
TWD 35.495522
TZS 2923.200566
UAH 44.779477
UGX 4038.71601
USD 1.085546
UYU 43.581681
UZS 13664.339191
VEF 3932448.782374
VES 39.635285
VND 27529.456143
VUV 128.878278
WST 3.043447
XAF 656.886694
XAG 0.036972
XAU 0.000447
XCD 2.933744
XDR 0.818959
XOF 656.886694
XPF 119.331742
YER 271.766681
ZAR 19.857851
ZMK 9771.225722
ZMW 28.285032
ZWL 349.545491
  • AEX

    -11.5300

    903.46

    -1.26%

  • BEL20

    8.8800

    4047.18

    +0.22%

  • PX1

    -85.1100

    7513.73

    -1.12%

  • ISEQ

    -56.4400

    9349.85

    -0.6%

  • OSEBX

    -6.6600

    1440.21

    -0.46%

  • PSI20

    44.5500

    6898.82

    +0.65%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -5.0400

    2393.25

    -0.21%

  • N150

    -16.9300

    3368.77

    -0.5%

Pakistan: Shehbaz Sharif élu Premier ministre, lors d'une séance boycottée par l'opposition
Pakistan: Shehbaz Sharif élu Premier ministre, lors d'une séance boycottée par l'opposition

Pakistan: Shehbaz Sharif élu Premier ministre, lors d'une séance boycottée par l'opposition

Shehbaz Sharif a été élu lundi Premier ministre du Pakistan lors d'une séance à l'Assemblée nationale boycottée par l'opposition, mais le pays n'en a sans doute pas fini avec les soubresauts politiques tant son prédécesseur Imran Khan entend lui mener la vie dure.

Taille du texte:

Chef de la Ligue musulmane du Pakistan (PML-N), M. Sharif, âgé de 70 ans et frère cadet de Nawaz Sharif, qui fut trois fois Premier ministre, a recueilli 174 voix dans une Assemblée qui compte 342 sièges.

Il succède à M. Khan, 69 ans, à la tête de cette république islamique de 220 millions d'habitants dotée de l'arme nucléaire. Ancien joueur vedette de cricket élu en 2018, celui-ci a été renversé dimanche par une motion de censure, une première dans l'histoire du pays.

La séance a été boycottée par la grande majorité des députés du parti de M. Khan, le Pakistan Tehreek-e-Insaf (PTI, Mouvement du Pakistan pour la justice), qui ont aussi annoncé leur démission de l’Assemblée, à l’instar de l'ex-Premier ministre.

"Allah a sauvé le Pakistan aujourd'hui, grâce aux prières de millions de Pakistanais", a déclaré le nouveau chef du gouvernement. "C'est la victoire de la rectitude et le mal a été vaincu."

M. Sharif a reçu le soutien d'une coalition hétérogène, qui comprend notamment aussi le Parti du peuple pakistanais (PPP) de Bilawal Bhutto Zardari, fils de l'ancienne Première ministre Benazir Bhutto, assassinée en 2007, et le petit parti religieux conservateur Jamiat Ulema-e-Islam (JUI-F) de Maulana Fazlur Rehman.

La PML-N et le PPP, deux partis fondés sur des dynasties familiales, ont dominé la vie politique nationale pendant des décennies, se partageant le pouvoir dans les périodes où le pays, indépendant depuis 1947, n'était pas soumis à un régime militaire.

- Affaires de corruption -

"L'histoire montre qu'il n'y a pas de convergence idéologique entre eux", a prévenu l'ex-ministre des Affaires étrangères, Shah Mehmood Qureshi, qui était le candidat du PTI au poste de Premier ministre mais n'a obtenu aucune voix. Il a dénoncé un "processus illégitime", avant de quitter la salle avec ses camarades avant le vote.

Shehbaz Sharif est considéré comme moins charismatique que son frère Nawaz, mais aussi moins rigide et plus susceptible de faire les compromis nécessaires pour rester au pouvoir.

Il était le leader de l'opposition le plus acceptable aux yeux de l'armée, qui reste la clé du pouvoir politique dans ce pays ayant passé plus de trois décennies sous sa direction même si elle n'est pas intervenue publiquement ces derniers jours.

Comme Nawaz, destitué en 2017 pour corruption présumée et emprisonné, puis libéré deux ans plus tard pour raisons médicales et qui vit depuis en exil au Royaume-Uni, Shehbaz Sharif a été lié à des affaires de pots-de-vin et de corruption. Il a été arrêté et emprisonné en septembre 2020, mais libéré sous caution près de six mois plus tard. Son procès est toujours en attente.

La PML-N accuse l'armée d'avoir fait tomber le gouvernement de Nawaz en faisant pression sur le système judiciaire, et Imran Khan, qui aurait été porté au pouvoir en 2018 avec le soutien des militaires, d'avoir poursuivi cette vendetta à l'encontre de Shehbaz.

Le futur Premier ministre devra non seulement maintenir la cohésion de son camp, mais aussi composer avec la difficile situation économique du pays, avec une inflation élevée, une roupie en dépréciation constante - même si elle s'est ressaisie lundi, comme la Bourse qui a connu un plus haut historique sur une journée - et une dette qui se creuse.

- Stratégie électorale -

La dégradation de la sécurité, avec la multiplication des attaques menées par le Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP), les talibans pakistanais, sera également l'une de ses principales préoccupations.

Il devra décider quelle stratégie adopter en terme de calendrier électoral en vue des prochaines législatives, qui doivent se tenir d'ici octobre 2023.

Imran Khan, qui a tout fait pour s'accrocher au pouvoir, quitte à accentuer la polarisation de la société pakistanaise, devrait rester une épine dans le pied du nouveau gouvernement.

Il n'a cessé de se dire la victime d'un "changement de régime" orchestré par les Etats-Unis en raison de ses critiques à l'égard de la politique américaine en Irak ou en Afghanistan, avec la complicité de l'opposition.

M. Khan, qui entend mobiliser la rue, a promis la semaine dernière de ne jamais accepter "ce gouvernement importé".

Shehbaz Sharif s'est engagé lundi à ouvrir une enquête parlementaire sur ces allégations et à démissionner immédiatement "si une once de preuve est produite" contre sa coalition.

Nombre de Pakistanais, qui avaient donné en 2018 leur voix à M. Khan pour sa dénonciation de la corruption des élites symbolisée par la PML-N et le PPP, restent sensibles à ce discours et s'inquiètent du retour en grâce de ces deux partis.

W.F.Portman--NZN