Zürcher Nachrichten - C1: Guardiola et Simeone, opposition de styles mais ambition commune

EUR -
AED 4.014904
AFN 77.350587
ALL 100.298926
AMD 424.109588
ANG 1.970361
AOA 958.097609
ARS 1008.878981
AUD 1.623764
AWG 1.970301
AZN 1.857371
BAM 1.955761
BBD 2.207517
BDT 128.460974
BGN 1.954194
BHD 0.412016
BIF 3148.137475
BMD 1.093093
BND 1.465671
BOB 7.555126
BRL 5.999334
BSD 1.093308
BTN 91.439757
BWP 14.793842
BYN 3.577829
BYR 21424.628485
BZD 2.203837
CAD 1.495199
CDF 3093.453671
CHF 0.966426
CLF 0.036754
CLP 1014.150456
CNY 7.933456
CNH 7.943184
COP 4371.55334
CRC 571.804337
CUC 1.093093
CUP 28.966972
CVE 110.26281
CZK 25.263614
DJF 194.652573
DKK 7.46046
DOP 64.67049
DZD 146.699673
EGP 52.740616
ERN 16.396399
ETB 63.180757
FJD 2.436175
FKP 0.842294
GBP 0.841737
GEL 2.967767
GGP 0.842294
GHS 16.870128
GIP 0.842294
GMD 74.112535
GNF 9418.071427
GTQ 8.483832
GYD 228.721273
HKD 8.535801
HNL 27.079958
HRK 7.551034
HTG 144.321095
HUF 389.738589
IDR 17673.186968
ILS 3.973197
IMP 0.842294
INR 91.420312
IQD 1432.210862
IRR 46005.5697
ISK 149.513415
JEP 0.842294
JMD 171.256599
JOD 0.774566
JPY 171.040137
KES 142.642018
KGS 92.697045
KHR 4489.992976
KMF 492.493893
KPW 983.784344
KRW 1511.442043
KWD 0.333994
KYD 0.91109
KZT 521.979183
LAK 24205.405014
LBP 97906.638211
LKR 332.363399
LRD 213.361618
LSL 19.934751
LTL 3.227621
LVL 0.661201
LYD 5.280895
MAD 10.711387
MDL 19.334793
MGA 4930.082492
MKD 61.540104
MMK 3550.324367
MNT 3771.172229
MOP 8.792867
MRU 43.238141
MUR 50.831092
MVR 16.735615
MWK 1895.779691
MXN 19.362505
MYR 5.102014
MZN 69.848651
NAD 19.934569
NGN 1778.834339
NIO 40.240305
NOK 11.74632
NPR 146.303771
NZD 1.800915
OMR 0.420797
PAB 1.093318
PEN 4.072931
PGK 4.281915
PHP 63.73991
PKR 304.150059
PLN 4.292145
PYG 8250.987093
QAR 3.987821
RON 4.96997
RSD 117.038619
RUB 96.356161
RWF 1432.084659
SAR 4.100025
SBD 9.244951
SCR 14.868329
SDG 647.111341
SEK 11.53161
SGD 1.465614
SHP 0.842294
SLE 24.974233
SLL 22921.623751
SOS 624.793307
SRD 32.396005
STD 22624.824157
SVC 9.566073
SYP 2746.430088
SZL 19.934604
THB 39.304352
TJS 11.632416
TMT 3.836757
TND 3.380733
TOP 2.57888
TRY 36.171881
TTD 7.401124
TWD 35.682388
TZS 2900.940567
UAH 45.345399
UGX 4034.030594
USD 1.093093
UYU 43.899128
UZS 13761.726678
VEF 3959787.868232
VES 39.899998
VND 27674.389371
VUV 129.774263
WST 3.064606
XAF 655.955974
XAG 0.03591
XAU 0.000443
XCD 2.954139
XDR 0.824684
XOF 655.943972
XPF 119.331742
YER 273.628591
ZAR 19.888341
ZMK 9839.137862
ZMW 28.890483
ZWL 351.975593
  • AEX

    9.4400

    925.94

    +1.03%

  • BEL20

    12.0500

    4029.53

    +0.3%

  • PX1

    70.4100

    7641.36

    +0.93%

  • ISEQ

    70.2600

    9827.91

    +0.72%

  • OSEBX

    12.8900

    1444.61

    +0.9%

  • PSI20

    33.1500

    6798.99

    +0.49%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -30.4900

    2370.47

    -1.27%

  • N150

    31.7400

    3407.87

    +0.94%

C1: Guardiola et Simeone, opposition de styles mais ambition commune
C1: Guardiola et Simeone, opposition de styles mais ambition commune

C1: Guardiola et Simeone, opposition de styles mais ambition commune

Si le choc entre le Manchester City de Pep Guardiola et l'Atlético Madrid de Diego Simeone, en quart de finale de la Ligue des champions, mardi (21h00), met aux prises deux entraîneurs aux idées radicalement opposées, les deux hommes se rejoignent dans leur soif de victoire.

Taille du texte:

Le scénario de cette double confrontation semble écrit à l'avance, résumé par une simple statistique: la possession de balle.

Pour Manchester City, toutes compétitions confondues, elle atteint 67% en moyenne cette saison, alors qu'elle n'est que de 48% pour les Colchoneros et même 41% sur les matches européens.

Le match aller à l'Etihad a donc toutes les chances de ressembler à un très long exercice d'attaque-défense tant les deux techniciens sont inflexibles sur leurs principes de jeu.

Voir s'affronter le jeu de passe de Guardiola et le bloc compact, friand de la moindre occasion de contre, de Simeone, a de quoi faire saliver tous les amateurs de tactiques, même si les esthètes seront forcément du côté du premier.

Guardiola rejette pourtant fermement ce manichéisme. "Je ne vais pas gaspiller une seule seconde sur ces débats idiots (...) Je ne juge jamais ce que fait l'adversaire. Ce qu'ils font (ça les regarde), nous on fait ce qu'on a à faire pour gagner", a-t-il tranché mardi en conférence de presse d'avant-match.

- L'avertissement de 2016 -

Bizarrement, les précédents entre ces deux coaches d'expérience ne sont pas légion, mais ils servent d'avertissement pour City.

A la tête du Barça, le Catalan avait remporté (2-1) leur première rencontre, en 2012, dans le championnat espagnol, alors que l'Argentin venait de prendre les rênes des Rojiblancos depuis deux mois.

Mais lors de son expérience aux commandes du Bayern Munich, Guardiola avait été éliminé à la faveur du but à l'extérieur par l'Atlético en demi-finale de la Ligue des champions en 2016 (1-0, 1-2), avec un match retour qui avait illustré jusqu'à l'absurde que la meilleure équipe ne l'emporte pas toujours.

En ayant dominé les trois quarts de la double confrontation, en ayant eu 68% de possession au retour, en ayant tiré 34 fois au but contre 7 pour l'Atlético, Munich avait pris la porte.

"Je suis incapable de faire faire cela à mes équipes. Incapable. Mais je l'admire. Cette capacité de résistance. A un moment donné, tu te dis toujours que l’abeille va piquer", avait récemment témoigné Guardiola dans un documentaire sur Diego Simeone diffusé sur Amazon Prime Vidéo.

"C’est le type de matches qui te fait dire: ce n’est pas possible, ce que je vois, là, ça ne peut pas être vrai. On n'arrivait même pas à passer la moitié de terrain...", s'était, pour sa part, souvenu le "Cholo".

- "Pep" et "el Cholo", pas si différents -

Autant dire que, même si l'Atlético n'était pas sur le papier le pire adversaire pour les Sky Blues, le tirage au sort des quarts de finale de la C1 a été accueilli avec crainte du côté de City.

"Ils sont ce qu'ils sont mais ils arrivent à vous empêcher d'être ce que vous voulez être. C'est la plus grande qualité de l'Atlético", avait résumé Guardiola.

Soulignant aussi que l'avantage du terrain au retour rendait la tâche plus ardue, il avait insisté sur ses quelques points communs avec Simeone.

"S'il aime ne pas prendre de buts, j'aime ça encore plus que lui. S'il aime gagner des matches, j'aime ça encore plus que lui. S'il aime les contre-attaques, je suis pareil que lui", avait-il assuré.

L'Argentin avait, quant à lui, témoigné de sa grande admiration pour Guardiola, même si ce dernier avait raconté en 2018 sur Movistar que Simeone, venu observer ses méthodes bien avant d'officier en Europe, lui avait très franchement fait comprendre que ce n'était pas du tout sa façon de voir les choses.

Et Guardiola connaît trop bien le football pour ne pas savoir que les jugements esthétiques ou moraux n'y ont guère de place: "S'ils gagnent demain, ils auront eu raison et si on gagne, on aura eu raison."

A.Senn--NZN