Zürcher Nachrichten - Surexploitée, la précieuse mangrove kényane "se relève" grâce aux habitants

EUR -
AED 4.001562
AFN 76.943849
ALL 100.305017
AMD 422.317248
ANG 1.961698
AOA 950.687425
ARS 1006.673081
AUD 1.63176
AWG 1.961
AZN 1.854316
BAM 1.95588
BBD 2.19771
BDT 127.993915
BGN 1.957378
BHD 0.410317
BIF 3134.884157
BMD 1.089444
BND 1.464173
BOB 7.521307
BRL 6.039595
BSD 1.088454
BTN 91.062119
BWP 14.739737
BYN 3.562178
BYR 21353.112089
BZD 2.19401
CAD 1.495192
CDF 3083.127736
CHF 0.96819
CLF 0.037203
CLP 1026.539609
CNY 7.92211
CNH 7.941125
COP 4410.583352
CRC 571.123325
CUC 1.089444
CUP 28.870279
CVE 110.269504
CZK 25.229365
DJF 193.799694
DKK 7.461687
DOP 64.442632
DZD 146.516329
EGP 52.521035
ERN 16.341667
ETB 62.396748
FJD 2.43567
FKP 0.839483
GBP 0.842952
GEL 2.957771
GGP 0.839483
GHS 16.794686
GIP 0.839483
GMD 73.876425
GNF 9368.952652
GTQ 8.457345
GYD 227.7193
HKD 8.505985
HNL 26.958101
HRK 7.525829
HTG 143.677187
HUF 390.396938
IDR 17663.926198
ILS 3.968127
IMP 0.839483
INR 91.156654
IQD 1425.858234
IRR 45857.443114
ISK 149.744297
JEP 0.839483
JMD 170.098508
JOD 0.772092
JPY 171.61583
KES 139.863149
KGS 92.213526
KHR 4472.223702
KMF 493.246552
KPW 980.500426
KRW 1512.982362
KWD 0.333174
KYD 0.907045
KZT 518.58594
LAK 24136.985786
LBP 97473.375645
LKR 330.463497
LRD 212.420625
LSL 19.964999
LTL 3.216846
LVL 0.658994
LYD 5.249263
MAD 10.725138
MDL 19.265964
MGA 4903.245262
MKD 61.617517
MMK 3538.473221
MNT 3758.583882
MOP 8.754958
MRU 42.950754
MUR 50.844594
MVR 16.723146
MWK 1887.394408
MXN 19.626561
MYR 5.101321
MZN 69.615493
NAD 19.964999
NGN 1770.717264
NIO 40.059798
NOK 11.886496
NPR 145.698951
NZD 1.81438
OMR 0.418951
PAB 1.088444
PEN 4.075748
PGK 4.263213
PHP 63.629551
PKR 302.706141
PLN 4.290232
PYG 8230.411687
QAR 3.972562
RON 4.971353
RSD 117.054843
RUB 95.717967
RWF 1426.171337
SAR 4.086395
SBD 9.214091
SCR 15.374279
SDG 638.414245
SEK 11.617967
SGD 1.465052
SHP 0.839483
SLE 24.890868
SLL 22845.110316
SOS 622.031114
SRD 32.365225
STD 22549.301453
SVC 9.524476
SYP 2737.262378
SZL 19.968999
THB 39.557299
TJS 11.575873
TMT 3.82395
TND 3.374438
TOP 2.574468
TRY 36.047561
TTD 7.392336
TWD 35.800569
TZS 2924.774948
UAH 45.162359
UGX 4022.16427
USD 1.089444
UYU 43.861791
UZS 13715.497211
VEF 3946569.914016
VES 40.651179
VND 27601.076264
VUV 129.34107
WST 3.054376
XAF 655.989813
XAG 0.037303
XAU 0.000452
XCD 2.944278
XDR 0.821041
XOF 655.989813
XPF 119.331742
YER 272.742197
ZAR 19.864729
ZMK 9806.322524
ZMW 27.78339
ZWL 350.800683
  • AEX

    -8.7000

    907.31

    -0.95%

  • BEL20

    -19.6200

    3983.85

    -0.49%

  • PX1

    -52.3500

    7534.52

    -0.69%

  • ISEQ

    -67.4200

    9703.52

    -0.69%

  • OSEBX

    -0.7200

    1443.02

    -0.05%

  • PSI20

    13.5800

    6802.6

    +0.2%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    2.6200

    2385.37

    +0.11%

  • N150

    -39.7700

    3359.43

    -1.17%

Surexploitée, la précieuse mangrove kényane "se relève" grâce aux habitants
Surexploitée, la précieuse mangrove kényane "se relève" grâce aux habitants

Surexploitée, la précieuse mangrove kényane "se relève" grâce aux habitants

Le long d'une rive balafrée par la déforestation, Joseph Mwandenge Mangi désigne un palétuvier solitaire, espèce d'arbre autrefois abondante dans l'estuaire où le puissant fleuve Sabaki rencontre l'océan Indien: "C'est le dernier. Il n'y en a plus".

Taille du texte:

Pour les habitants de cette zone de la côte orientale du Kenya, cet arbre miraculé est un rappel du travail à mener pour retrouver l'équilibre naturel brisé par des décennies de surexploitation.

Durant des générations, les communautés locales ont puisé dans les richesses naturelles offertes par le Sabaki: bois, bois de chauffage, eau douce, fruits de mer, terres agricoles fertiles, plantes pour la médecine traditionnelle...

Entretenue, cette zone humide côtière recèle de nombreux atouts face au changement climatique: stockage du carbone, filtrage de la pollution de l'eau, protection naturelle contre les phénomènes météorologiques extrêmes et la montée du niveau de la mer.

Mais des années d'exploitation incontrôlée ont infligé de terribles dégâts aux mangroves, vasières, bassins d'eau douce et dunes de sable qui jalonnent l'embouchure du deuxième plus long fleuve du Kenya.

Le bois de mangrove -utilisé de manière durable pendant des siècles pour construire des maisons traditionnelles swahili- a été massivement utilisé pour soutenir l'essor rapide des villes, comme la cité balnéaire voisine de Malindi.

Pour pêcher, les habitants ont notamment utilisé des moustiquaires qui ont piégé jusqu'à la plus petite des espèces marines.

- Allié naturel -

"Le paysage a changé. À l'époque, nous avions une immense forêt avec des éléphants et des singes", raconte Francis Nyale, un des chefs communautaires âgé de 68 ans, debout au milieu d'une clairière de souches de mangrove noueuses.

Un peu plus loin en aval, là où les eaux brunes du Sabaki rencontrent les vagues bleues de l'océan, une équipe de bénévoles plante de jeunes arbres de mangrove le long de la rive.

Depuis plusieurs années, des habitants ont choisi de redonner vie, arbre par arbre, à l'estuaire meurtri.

Ils en ont planté des dizaines de milliers, oeuvrant à la renaissance de forêts, estime Francis Kagema, le coordinateur régional du groupe de protection de l'environnement Nature Kenya.

Et ces efforts donnent de premiers signes de réussite.

Accroupi au milieu d'un bosquet d'arbres, Francis Kagema montre des grappes de minuscules pousses vertes jaillissant du sol sombre, preuve d'une régénération naturelle, d'un écosystème en voie de guérison.

"S'agissant des mangroves, leur capacité à se relever (...) et à repeupler leurs zones d'autrefois est assez encourageante", souligne-t-il.

Les mangroves sont précieuses pour la planète: leurs arbres peuvent absorber cinq fois plus de carbone que les forêts terrestres et agissent comme une barrière contre les tempêtes et l'érosion.

Protéger les mangroves coûte 1.000 fois moins cher au kilomètre que de construire des digues, selon le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), qui parraine le projet de restauration du Sabaki.

"Des zones humides saines - cruciales pour atténuer le changement climatique, pour la biodiversité, la santé et la prospérité humaines - rapportent bien plus qu'elle ne coûtent", estime Leticia Carvalho, coordinatrice principale du PNUE pour les eaux marines et douces.

- Diplomatie locale -

Au-delà des bénéfices environnementaux, elles offrent des avantages économiques.

Selon le PNUE, un hectare de mangrove peut fournir l'équivalent de 33.000 à 57.000 dollars par an (30.000 à 52 000 euros) de services économiques.

À Sabaki, les guides locaux complètent leurs revenus en amenant visiteurs et groupes scolaires observer les hippopotames et les oiseaux qui peuplent l'estuaire.

Des travaux sont également en cours pour améliorer les installations touristiques et développer l'apiculture traditionnelle.

Convaincre les quatre villages des environs de l'estuaire de l'intérêt de défendre l'environnement nécessite de la diplomatie, souligne Joseph Mwandenge Mangi, qui dirige un groupe communautaire de protection de l'estuaire.

Ils travaillent avec les pêcheurs pour qu'ils abandonnent les pratiques non-durables et les gardes forestiers bénévoles qui surprennent des bûcherons dans l'estuaire gèrent les infractions en interne pour ne pas braquer les populations.

"Nous ne les emmenons pas à la police. Nous leur parlons. Nous voulons qu'ils comprennent qu'il y a quelque chose de bénéfique dans ces arbres plutôt que de les couper", explique Mangi.

Selon Jared Bosire, chef de projet dans un groupe de protection de l'océan Indien baptisé Convention de Nairobi, la communauté du Sabaki fait la preuve que les approches locales de défense de l'environnement apportent des bénéfices mutuels.

"Nous avons l'espoir que les leçons tirées pourront être reproduites ailleurs", estime-t-il.

Plus de 80% des mangroves ont déjà disparu le long des parties occidentales de l'océan Indien. "Si nous n'avons pas ces arbres", affirme Mangi, "nous perdons notre patrimoine".

E.Schneyder--NZN