Zürcher Nachrichten - Depuis leur base antarctique, la douloureuse impuissance de scientifiques ukrainiens

EUR -
AED 4.014454
AFN 77.44101
ALL 100.20882
AMD 424.31811
ANG 1.969263
AOA 953.751502
ARS 1008.524396
AUD 1.624513
AWG 1.967867
AZN 1.858857
BAM 1.954737
BBD 2.206174
BDT 128.370217
BGN 1.954812
BHD 0.411921
BIF 3146.22223
BMD 1.092956
BND 1.464752
BOB 7.550174
BRL 5.973444
BSD 1.092691
BTN 91.291484
BWP 14.764932
BYN 3.575861
BYR 21421.93482
BZD 2.202476
CAD 1.496295
CDF 3103.994584
CHF 0.968579
CLF 0.036283
CLP 1001.147715
CNY 7.936282
CNH 7.952123
COP 4364.085305
CRC 571.18618
CUC 1.092956
CUP 28.96333
CVE 110.223738
CZK 25.286658
DJF 194.540055
DKK 7.459916
DOP 64.475864
DZD 146.85174
EGP 52.675666
ERN 16.394338
ETB 62.753709
FJD 2.435325
FKP 0.842189
GBP 0.840073
GEL 2.96739
GGP 0.842189
GHS 16.848385
GIP 0.842189
GMD 74.075087
GNF 9410.884148
GTQ 8.471829
GYD 228.59606
HKD 8.53375
HNL 27.05929
HRK 7.550085
HTG 144.236006
HUF 390.840464
IDR 17637.8484
ILS 3.976884
IMP 0.842189
INR 91.345917
IQD 1431.364177
IRR 46013.441477
ISK 149.308487
JEP 0.842189
JMD 170.926015
JOD 0.77447
JPY 171.13283
KES 142.357365
KGS 92.855126
KHR 4487.320197
KMF 494.070947
KPW 983.660655
KRW 1509.158886
KWD 0.33392
KYD 0.910526
KZT 519.525519
LAK 24202.939766
LBP 97848.271053
LKR 331.909571
LRD 213.066341
LSL 19.876459
LTL 3.227215
LVL 0.661118
LYD 5.283022
MAD 10.740279
MDL 19.350048
MGA 4916.159663
MKD 61.525479
MMK 3549.877994
MNT 3770.698089
MOP 8.786189
MRU 43.250489
MUR 50.898729
MVR 16.834008
MWK 1894.62142
MXN 19.398652
MYR 5.097001
MZN 69.839869
NAD 19.876459
NGN 1764.948389
NIO 40.224942
NOK 11.747735
NPR 146.071319
NZD 1.800131
OMR 0.420751
PAB 1.092691
PEN 4.05938
PGK 4.278398
PHP 63.685465
PKR 304.337959
PLN 4.29772
PYG 8251.514393
QAR 3.985933
RON 4.969228
RSD 117.010752
RUB 96.559959
RWF 1430.812019
SAR 4.099265
SBD 9.243789
SCR 14.798035
SDG 656.86625
SEK 11.535652
SGD 1.465752
SHP 0.842188
SLE 24.971093
SLL 22918.741873
SOS 624.466235
SRD 32.391913
STD 22621.979595
SVC 9.558804
SYP 2746.084786
SZL 19.871561
THB 39.285149
TJS 11.636518
TMT 3.836275
TND 3.390757
TOP 2.58096
TRY 36.167547
TTD 7.417223
TWD 35.587185
TZS 2901.014146
UAH 45.324933
UGX 4042.486718
USD 1.092956
UYU 43.876148
UZS 13749.525619
VEF 3959290.014001
VES 39.84551
VND 27679.107108
VUV 129.757946
WST 3.06422
XAF 655.711538
XAG 0.036008
XAU 0.000444
XCD 2.953768
XDR 0.824191
XOF 655.711538
XPF 119.331742
YER 273.594154
ZAR 19.94134
ZMK 9837.912976
ZMW 28.491334
ZWL 351.93134
  • AEX

    -16.9000

    916.54

    -1.81%

  • BEL20

    11.6200

    4017.59

    +0.29%

  • PX1

    -9.1000

    7570.81

    -0.12%

  • ISEQ

    -51.0000

    9757.62

    -0.52%

  • OSEBX

    6.4100

    1431.74

    +0.45%

  • PSI20

    -10.1600

    6765.92

    -0.15%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -30.4900

    2370.47

    -1.27%

  • N150

    0.6800

    3376.24

    +0.02%

Depuis leur base antarctique, la douloureuse impuissance de scientifiques ukrainiens
Depuis leur base antarctique, la douloureuse impuissance de scientifiques ukrainiens

Depuis leur base antarctique, la douloureuse impuissance de scientifiques ukrainiens

Mesurer, observer, analyser... Faire leur travail de scientifique "du mieux possible". Parce qu'ils ne peuvent guère faire autre chose, parce que c'est leur "façon de participer". Pour une douzaine d'Ukrainiens en poste sur la base antarctique de Vernadsky, le froid mord moins que l'impuissance, à 15.000 km de leur pays en guerre.

Taille du texte:

"Au début, nous n'avons pas pu dormir pendant plusieurs jours, à tout moment on essayait de suivre les nouvelles de nos villes respectives. Maintenant on vérifie au moindre temps libre", raconte Anastasiia Chyhareva, météorologiste de 26 ans, dans des messages à l'AFP depuis la base ukrainienne.

Située sur l'île de Galindez, à 1.200 km de la pointe de la Terre de feu argentine, la base cédée en 1996 par la Grande-Bretagne est occupée à l'année par une douzaine de personnes. En cet automne austral la température varie entre -3 et +1 degrés, mais peut descendre en dessous de -20 en hiver.

Leur quotidien : observations météo, géophysique, géologique, biologique, quand le temps le permet car l'équipe peut parfois être confinée tout une journée par une tempête de neige. Et depuis un mois, une sorte "d'effort de guerre" à distance.

"Ma première impression (de la guerre), c'était des choses se passant dans un autre univers, pas notre monde à nous. Mais ma femme à Kharkiv (est) a entendu et senti l'impact de missiles dix minutes après que Poutine a commencé cette guerre stupide et criminelle. Ca m'a mis en un instant au coeur du sujet", raconte Oleksandr Koslokov, géophysicien.

- Angoisse et fierté -

"Je n'ai pas eu le temps de réfléchir, d'être démoralisé. Il fallait que j'aide et conseille ma famille, pour survivre et s'échapper de ma ville, à 40 km de la frontière russe, avant qu'elle ne devienne un enfer de flammes. Tout ce que je pensais ou faisais était subordonné à cet objectif". Sa famille a réussi à gagner l'Allemagne.

Sorties de travail quotidiennes, dimanches libres, dîners soignés tous ensemble les samedis soirs: la vie, entre bribes d'informations de guerre, continue mais "forcément moins festive" à la base, qui porte le nom d'un géochimiste du 20e siècle d'origines russe et ukrainienne.

Entre deux messages rageurs sur Vladimir Poutine, tous, comme Artem Dzhulai, biologiste de 34 ans, le disent : "c'est dur d'être si loin de ma famille et de ne pas pouvoir les soutenir".

"Il y a toute la gamme des émotions ici", résume Oksana Savenko, qui étudie les baleines à bosse. "La tristesse et l'angoisse pour nos parents et amis, mais aussi un gros moral et une fierté de notre armée et notre peuple qui luttent courageusement pour leur droit de vivre dans un pays libre".

"On se lève a 02H00, 07H00 en Ukraine, pour savoir comment s'est passée leur nuit. Je ne peux pas commencer à travailler avant de voir un message de ma famille disant que tout est OK", raconte Anastasiia.

Ici un conseil pratique, là un soutien moral, des dons à l'armée ukrainienne, une signature de pétition, l'enregistrement de cours en ligne pour "distraire des enfants ukrainiens"... les scientifiques se sont creusés la tête pour essayer d'aider. Quitte à réaliser que leur mission est peut-être simplement... de continuer à l'assurer.

"On essaie de faire notre travail scientifique du mieux qu'on peut. C'est notre effort de guerre à nous", avance Anastasiia.

- Revoir l'Ukraine -

"Les Ukrainiens tiennent, s'entraident, aident notre armée. Je suis fier d'eux. Alors j’essaie d'être fort pour eux, pour mon pays. J'essaie de bien faire mon boulot", appuie un autre scientifique, qui souhaite l'anonymat.

La distance qui ajoute à l'impuissance leur fait souligner l'importance d'aider l'Ukraine. Comme Artem, encore amer de "l'indifférence des pays démocratiques" sur la Crimée annexée par la Russie en 2014. "Ils pensaient que la souffrance d'autres ne les affecterait pas directement (...) mais tout ceci peut changer si ce Mal n'est pas stoppé". "Ne vous lassez pas de l'Ukraine !" supplie Anastasiia.

Courant avril, l'équipe sera relevée, après son année écoulée. L'avenir est incertain pour les partants, même si comme Anastasiia beaucoup veulent "aller en Ukraine dès que possible". Mais après ? "Je n'ai pas de réel projet. Je n'arrive pas à m'imaginer quoi faire les mois à venir".

"Mon université à Kharkiv, l'institut de recherche où je travaillais, ont été détruits", raconte Oleksandr. "Il va falloir que je décide ce que je fais après avoir rejoint ma famille en Allemagne. Peut-être essayer de continuer mon travail de scientifique en Europe ou en Amérique dans un premier temps...? On verra avec le temps".

T.L.Marti--NZN