Zürcher Nachrichten - Le tourisme spatial peut-il être utile?

EUR -
AED 3.987216
AFN 76.828736
ALL 100.672482
AMD 421.61557
ANG 1.95687
AOA 947.286867
ARS 1006.830354
AUD 1.643746
AWG 1.953983
AZN 1.849317
BAM 1.958572
BBD 2.192403
BDT 127.580565
BGN 1.955563
BHD 0.409144
BIF 3127.926967
BMD 1.085546
BND 1.460066
BOB 7.502618
BRL 6.090241
BSD 1.085837
BTN 90.889336
BWP 14.732851
BYN 3.553429
BYR 21276.709006
BZD 2.188698
CAD 1.497419
CDF 3110.090711
CHF 0.959759
CLF 0.037274
CLP 1028.449366
CNY 7.885081
CNH 7.886809
COP 4377.346359
CRC 575.61467
CUC 1.085546
CUP 28.766979
CVE 110.42128
CZK 25.413733
DJF 193.353654
DKK 7.462605
DOP 64.280977
DZD 146.212634
EGP 52.497891
ERN 16.283196
ETB 62.764731
FJD 2.442804
FKP 0.836479
GBP 0.840218
GEL 2.947289
GGP 0.836479
GHS 16.829819
GIP 0.836479
GMD 73.54564
GNF 9357.243342
GTQ 8.424924
GYD 227.171517
HKD 8.477146
HNL 26.889056
HRK 7.498901
HTG 143.322845
HUF 393.521254
IDR 17608.322131
ILS 3.961935
IMP 0.836479
INR 90.867937
IQD 1422.413147
IRR 45706.93012
ISK 149.698961
JEP 0.836479
JMD 169.930503
JOD 0.769325
JPY 166.54345
KES 144.377532
KGS 91.432643
KHR 4459.31128
KMF 492.566586
KPW 976.99212
KRW 1498.195011
KWD 0.331775
KYD 0.904881
KZT 514.628355
LAK 24067.062203
LBP 97234.416234
LKR 329.606493
LRD 211.729662
LSL 19.878935
LTL 3.205336
LVL 0.656636
LYD 5.247427
MAD 10.735494
MDL 19.311331
MGA 4933.983085
MKD 61.707335
MMK 3525.812291
MNT 3745.135379
MOP 8.734362
MRU 42.975824
MUR 50.727492
MVR 16.673894
MWK 1882.764684
MXN 19.947989
MYR 5.072213
MZN 69.366404
NAD 19.878935
NGN 1727.918556
NIO 39.966565
NOK 11.960062
NPR 145.422817
NZD 1.825536
OMR 0.417873
PAB 1.085837
PEN 4.080776
PGK 4.197941
PHP 63.538148
PKR 302.398586
PLN 4.295206
PYG 8223.638947
QAR 3.961306
RON 4.970497
RSD 117.066414
RUB 93.569109
RWF 1426.118391
SAR 4.072254
SBD 9.201032
SCR 14.773244
SDG 636.130319
SEK 11.679182
SGD 1.456499
SHP 0.836479
SLE 24.801807
SLL 22763.368749
SOS 620.578307
SRD 31.645871
STD 22468.618312
SVC 9.500446
SYP 2727.468242
SZL 19.874128
THB 39.059007
TJS 11.563866
TMT 3.810268
TND 3.372473
TOP 2.579909
TRY 35.657594
TTD 7.380446
TWD 35.495522
TZS 2923.200566
UAH 44.779477
UGX 4038.71601
USD 1.085546
UYU 43.581681
UZS 13664.339191
VEF 3932448.782374
VES 39.635285
VND 27529.456143
VUV 128.878278
WST 3.043447
XAF 656.886694
XAG 0.036972
XAU 0.000447
XCD 2.933744
XDR 0.818959
XOF 656.886694
XPF 119.331742
YER 271.766681
ZAR 19.857851
ZMK 9771.225722
ZMW 28.285032
ZWL 349.545491
  • AEX

    -11.5300

    903.46

    -1.26%

  • BEL20

    8.8800

    4047.18

    +0.22%

  • PX1

    -85.1100

    7513.73

    -1.12%

  • ISEQ

    -56.4400

    9349.85

    -0.6%

  • OSEBX

    -6.6600

    1440.21

    -0.46%

  • PSI20

    44.5500

    6898.82

    +0.65%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -5.0400

    2393.25

    -0.21%

  • N150

    -16.9300

    3368.77

    -0.5%

Le tourisme spatial peut-il être utile?
Le tourisme spatial peut-il être utile?

Le tourisme spatial peut-il être utile?

Un nouveau manège à sensations fortes pour ultra-riches, nocif pour la planète. Voilà à quoi se résume, pour beaucoup, le tourisme spatial. Mais des experts plaident pour davantage de clémence: sans totalement récuser ces aspects, ils mettent en avant les bénéfices tirés de l'émergence de ce secteur.

Taille du texte:

- Accès pour la science -

Le premier argument est que ces vols privés peuvent emporter des expériences scientifiques, en plus de leurs clients.

Les touristes spatiaux "achètent un vol qui n'aurait peut-être pas décollé autrement", note Ariel Ekblaw, fondatrice de l'Initiative pour l'exploration spatiale de l'Institut de technologie du Massachusetts (MIT).

Or pouvoir envoyer une expérience dans l'espace restait jusqu'à présent extrêmement difficile, avec seulement deux possibilités: la Station spatiale internationale (ISS), à la capacité limitée, ou des vols paraboliques effectués par des avions, mais ne procurant que quelques dizaines de secondes de micropesanteur.

"Cela prenait jusqu'ici très longtemps de travailler avec les agences gouvernementales, obtenir l'autorisation, le financement, être choisi parmi le groupe très restreint de ceux pouvant partir" pour l'ISS, explique à l'AFP Ariel Ekblaw.

A l'opposé, six mois seulement ont passé entre la signature d'un contrat et l'envoi de son propre projet vers la station, à bord de la mission privée Ax-1 ayant décollé vendredi grâce à trois hommes d'affaires ayant payé pour le voyage.

Son expérience, qui porte sur l'auto-assemblage de structures dans l'espace, avait auparavant volé à bord d'un vaisseau de Blue Origin, qui procure lui quelques minutes en apesanteur.

Ces vols moins longs permettent de tester le concept, avant de dépenser davantage d'argent pour les envoyer plus haut, souligne la chercheuse. "La prolifération de ces prestataires nous permet de tester des projets plus risqués et innovants", ajoute-t-elle.

Certaines entreprises, comme Virgin Galactic, ont pour leur part annoncé vouloir faire directement voler des scientifiques avec leurs expériences.

- Financement pour l'innovation -

Le tourisme spatial représente également une source de financement pour développer de nouvelles technologies de vol -- de façon drastiquement différente des agences gouvernementales.

Ces dernières fonctionnent avec l'argent du contribuable, et avancent donc extrêmement prudemment, tandis que les entreprises comme SpaceX n'ont pas peur de faire exploser des prototypes, selon un processus de développement plus rapide.

Tout gouvernement serait "gêné de décrire publiquement les échecs dont SpaceX parle avec plaisir", juge Mason Peck, professeur en aéronautique à l'Université Cornell.

Et quand la Nasa se concentre sur des innovations scientifiques de pointe, les entreprises cherchent elles à améliorer la cadence et la rentabilité des lancements, grâce à des vaisseaux réutilisables.

Pour le moment, les vols spatiaux restent très chers, et risqués. Les rendre plus fréquents doit permettre d'à la fois réduire les coûts, mais aussi d'améliorer la sécurité, selon les experts. "Plus on pratique, plus on réussit", a souligné à l'AFP M. Peck, également ancien responsable de la stratégie technologique de la Nasa.

Un parallèle peut être dressé avec l'aviation, au départ également réservée à une poignée de privilégiés: "Cela a commencé avec beaucoup d'accidents, d'entreprises différentes avec diverses idées sur la façon de construire des avions", rappelle George Nield, ancien chef du bureau chargé de l'espace commercial pour l'autorité américaine de l'aviation (FAA). C'est aujourd'hui le moyen de transport le plus sûr.

Mais quelle peut être l'utilité de ces vols spatiaux plus accessibles?

Selon les experts, difficile d'imaginer aujourd'hui l'impact futur du transport spatial.

"Dans les 10 prochaines années, je suis assez sûr qu'on verra des entreprises transporter des gens d'un point à un autre de la Terre en une heure", soutient M. Nield. "Cela pourrait arriver sans le tourisme spatial, mais cela prendrait plus de temps."

- Sensibilisation environnementale? -

Le dernier argument avancé a paradoxalement à voir avec le climat. Quiconque observe la planète depuis l'espace se rend compte de sa fragilité et de la finesse de son atmosphère.

L'espoir est donc qu'en rentrant, les touristes spatiaux s'engagent davantage dans la protection de l'environnement.

"Cela vous donne un sentiment d'urgence à faire partie de la solution", affirme Jane Poynter, cofondatrice de l'entreprise Space Perspective, qui prévoit d'emmener, dès 2024, des touristes observer la Terre dans une capsule tirée jusqu'à 30 km d'altitude par un immense ballon.

Ce vaisseau a justement été développé pour son impact environnemental minime. Contrairement à certaines fusées très polluantes, dont la contribution au changement climatique est pour le moment marginale mais pourrait devenir problématique si le nombre de lancements se multiplie.

Malgré tout, selon Mason Peck, la recherche spatiale contribue notamment à protéger la Terre. "Grâce aux avancées dans les technologies spatiales, les panneaux solaires terrestres sont devenus meilleurs", dit-il par exemple.

O.Meier--NZN