Zürcher Nachrichten - Ukraine: nouvelles sanctions contre Moscou, accusé d'avoir commis des "crimes de guerre"

EUR -
AED 4.001562
AFN 76.943849
ALL 100.305017
AMD 422.317248
ANG 1.961698
AOA 950.687425
ARS 1006.673081
AUD 1.63176
AWG 1.961
AZN 1.854316
BAM 1.95588
BBD 2.19771
BDT 127.993915
BGN 1.957378
BHD 0.410317
BIF 3134.884157
BMD 1.089444
BND 1.464173
BOB 7.521307
BRL 6.039595
BSD 1.088454
BTN 91.062119
BWP 14.739737
BYN 3.562178
BYR 21353.112089
BZD 2.19401
CAD 1.495192
CDF 3083.127736
CHF 0.96819
CLF 0.037203
CLP 1026.539609
CNY 7.92211
CNH 7.941125
COP 4410.583352
CRC 571.123325
CUC 1.089444
CUP 28.870279
CVE 110.269504
CZK 25.229365
DJF 193.799694
DKK 7.461687
DOP 64.442632
DZD 146.516329
EGP 52.521035
ERN 16.341667
ETB 62.396748
FJD 2.43567
FKP 0.839483
GBP 0.842952
GEL 2.957771
GGP 0.839483
GHS 16.794686
GIP 0.839483
GMD 73.876425
GNF 9368.952652
GTQ 8.457345
GYD 227.7193
HKD 8.505985
HNL 26.958101
HRK 7.525829
HTG 143.677187
HUF 390.396938
IDR 17663.926198
ILS 3.968127
IMP 0.839483
INR 91.156654
IQD 1425.858234
IRR 45857.443114
ISK 149.744297
JEP 0.839483
JMD 170.098508
JOD 0.772092
JPY 171.61583
KES 139.863149
KGS 92.213526
KHR 4472.223702
KMF 493.246552
KPW 980.500426
KRW 1512.982362
KWD 0.333174
KYD 0.907045
KZT 518.58594
LAK 24136.985786
LBP 97473.375645
LKR 330.463497
LRD 212.420625
LSL 19.964999
LTL 3.216846
LVL 0.658994
LYD 5.249263
MAD 10.725138
MDL 19.265964
MGA 4903.245262
MKD 61.617517
MMK 3538.473221
MNT 3758.583882
MOP 8.754958
MRU 42.950754
MUR 50.844594
MVR 16.723146
MWK 1887.394408
MXN 19.626561
MYR 5.101321
MZN 69.615493
NAD 19.964999
NGN 1770.717264
NIO 40.059798
NOK 11.886496
NPR 145.698951
NZD 1.81438
OMR 0.418951
PAB 1.088444
PEN 4.075748
PGK 4.263213
PHP 63.629551
PKR 302.706141
PLN 4.290232
PYG 8230.411687
QAR 3.972562
RON 4.971353
RSD 117.054843
RUB 95.717967
RWF 1426.171337
SAR 4.086395
SBD 9.214091
SCR 15.374279
SDG 638.414245
SEK 11.617967
SGD 1.465052
SHP 0.839483
SLE 24.890868
SLL 22845.110316
SOS 622.031114
SRD 32.365225
STD 22549.301453
SVC 9.524476
SYP 2737.262378
SZL 19.968999
THB 39.557299
TJS 11.575873
TMT 3.82395
TND 3.374438
TOP 2.574468
TRY 36.047561
TTD 7.392336
TWD 35.800569
TZS 2924.774948
UAH 45.162359
UGX 4022.16427
USD 1.089444
UYU 43.861791
UZS 13715.497211
VEF 3946569.914016
VES 40.651179
VND 27601.076264
VUV 129.34107
WST 3.054376
XAF 655.989813
XAG 0.037303
XAU 0.000452
XCD 2.944278
XDR 0.821041
XOF 655.989813
XPF 119.331742
YER 272.742197
ZAR 19.864729
ZMK 9806.322524
ZMW 27.78339
ZWL 350.800683
  • AEX

    -8.7000

    907.31

    -0.95%

  • BEL20

    -19.6200

    3983.85

    -0.49%

  • PX1

    -52.3500

    7534.52

    -0.69%

  • ISEQ

    -67.4200

    9703.52

    -0.69%

  • OSEBX

    -0.7200

    1443.02

    -0.05%

  • PSI20

    13.5800

    6802.6

    +0.2%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    2.6200

    2385.37

    +0.11%

  • N150

    -39.7700

    3359.43

    -1.17%

Ukraine: nouvelles sanctions contre Moscou, accusé d'avoir commis des "crimes de guerre"
Ukraine: nouvelles sanctions contre Moscou, accusé d'avoir commis des "crimes de guerre"

Ukraine: nouvelles sanctions contre Moscou, accusé d'avoir commis des "crimes de guerre"

Nouvelle aide militaire à l'Ukraine, renforcement des sanctions contre la Russie: les Occidentaux durcissent mercredi leurs positions après la récente découverte de nombreux cadavres à Boutcha, près de la capitale de l'Ukraine où les bombardements russes se poursuivent dans plusieurs régions cruciales stratégiquement.

Taille du texte:

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky réclamait ces derniers jours des sanctions alourdies et la mise de la Russie au ban de la communauté internationale.

Il a exhorté mardi l'ONU à agir "immédiatement" contre la Russie au regard de ses "crimes de guerre" commis selon lui en Ukraine, réclamant notamment son exclusion du Conseil de sécurité dont elle est un des cinq membres permanents avec droit de veto.

Il a plaidé, en solution alternative, pour une réforme du système onusien afin que "le droit de veto ne signifie pas le droit de tuer".

Moscou rejette toute accusation d'exactions, accusant les autorités ukrainiennes de préparer des "mises en scène" de civils tués dans plusieurs villes pour faire condamner le Kremlin.

Après l'onde de choc provoquée par les découvertes faites à Boutcha, l'Union européenne et Washington ont intensifié leur pression économique et diplomatique sur Moscou, déjà visé par un épais mille-feuilles de sanctions décidées à travers le monde.

Et les Etats-Unis prévoient d'en adopter de nouvelles mercredi, en coordination avec l'Union européenne et le G7, visant notamment à interdire "tout nouvel investissement" en Russie, selon une source proche du dossier.

- Adieu le charbon russe? -

L'Union européenne a de son côté promis de nouvelles sanctions "cette semaine" contre la Russie. La Commission européenne a proposé que les Vingt-Sept cessent leurs achats de charbon russe, qui représentent 45% des importations de l'UE, et qu'ils ferment leurs ports aux bateaux opérés par des Russes.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen compte se rendre "cette semaine" à Kiev, accompagnée du chef de la diplomatie de l'UE Josep Borrell, a annoncé mardi son porte-parole.

Le Trésor américain a annoncé mardi qu'il n'autorisait plus Moscou à rembourser sa dette avec des dollars détenus dans des banques américaines.

Quelques heures plus tard, le porte-parole du Pentagone John Kirby a annoncé le déblocage d'une aide sécuritaire supplémentaire à l'Ukraine pouvant aller jusqu'à 100 millions de dollars. Ce qui porte à 1,7 milliard de dollars l'aide américaine allouée depuis l'invasion le 24 février.

Il s'agit de "répondre à un besoin ukrainien urgent de systèmes antichars Javelin supplémentaires, que les Etats-Unis ont fournis à l'Ukraine et qu'ils ont si efficacement utilisés pour défendre leur pays", a-t-il expliqué dans un communiqué.

"Les Etats-Unis, aux côtés de nos alliés et partenaires, soutiennent fermement la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Ukraine", a relevé le secrétaire d'Etat Antony Blinken dans un communiqué distinct.

Le Royaume-Uni a gelé 350 milliards de dollars de devises étrangères du régime russe, le "trésor de guerre" du président Vladimir Poutine, a déclaré mardi à Varsovie la ministre britannique des Affaires étrangères Liz Truss.

Et les expulsions en masse de diplomates russes s'enchainent depuis lundi. De France, d'Allemagne, d'Italie, d'Espagne et de Slovénie, en tout près de 200 diplomates russes ont été chassés d'Europe en 48 heures.

La situation en Ukraine sera également au programme de la réunion mercredi et jeudi à Bruxelles des ministres des Affaires étrangères des pays de l'Otan, a indiqué mardi le secrétaire général de l'Alliance Jens Stoltenberg, précisant qu'ils allaient aussi discuter avec leur homologue ukrainien Dmytro Kouleba des besoins des forces ukrainiennes.

"Je ne veux pas donner de détails, mais la fourniture d'armes anti-chars et de systèmes de défense anti-aériens est examinée", a-t-il indiqué.

L'Otan n'intervient militairement que pour défendre ses membres lorsque l'un d'eux est attaqué ou sous mandat de l'ONU. L'Ukraine n'en est pas membre mais rien n'empêche les trente pays membres de l'Otan de lui fournir une aide militaire.

Le président russe Vladimir Poutine a justifié en partie l'invasion de l'Ukraine par la crainte de voir cette ancienne république soviétique rejoindre l'alliance militaire occidentale, qu'il considère comme une menace existentielle pour la Russie.

Cette nouvelle vague de sanctions découle de la découverte de scènes dramatiques à Boutcha, où s'est rendu le président Zelensky lundi.

- Civils "écrasés" -

Les gens "ont été tués dans leur appartement, leur maison... des civils ont été écrasés par des chars tandis qu'ils étaient assis dans leur voiture au milieu de la route", a décrit M. Zelensky. "Ils ont coupé des membres, tranché la gorge, violé et tué des femmes devant leurs enfants".

L'AFP a vu samedi dans des rues de Boutcha les cadavres d'au moins 22 personnes portant des vêtements civils.

Selon le maire de la ville Anatoly Fedorouk, 280 personnes ont dû y être enterrées par les Ukrainiens ces derniers jours dans des "fosses communes".

Des images satellite de la ville publiées lundi par la société américaine Maxar Technologies semblent réfuter les affirmations russes selon lesquelles les cadavres de personnes en vêtements civils trouvés à Boutcha y ont été placés après que les troupes russes avaient évacué les lieux.

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a estimé mardi soir que la découverte de cadavres à Boutcha était une "provocation" visant à faire échouer les négociations en cours entre Kiev et Moscou.

De nouveaux signalements ont émergé d'Ukraine selon lesquels plusieurs localités ont connu pire.

"Boutcha n'est pas le pire", a confié Oleksiy Arestovitch, un conseiller de la présidence ukrainienne, sur YouTube. "Quiconque s'est rendu à Borodianka dit que c'est encore pire".

Pendant ce temps-là, en Ukraine, les bombardements russes se poursuivent et font de nouvelles victimes.

Des explosions ont été entendues mardi soir dans la petite ville de Radekhiv, à 70 kilomètres de Lviv, la grande cité de l'ouest, a annoncé un responsable local, sans donner davantage de précisions.

Près de Kiev, des frappes d'artillerie russes ont fait douze morts dans les villages de Velyka Dymerka et de Bogdanivka, a indiqué le bureau du procureur général d'Ukraine sur Telegram.

- Objectif Donbass -

A la suite du récent retrait des troupes russes qui assiégeaient Kiev et sa région, M. Stoltenberg a estimé mardi que la Russie se renforçait pour "prendre le contrôle de l'ensemble du Donbass", dans l'est de l'Ukraine, et réaliser "un pont terrestre avec la Crimée", annexée par Moscou en 2014.

"Nous sommes dans une phase cruciale de la guerre", a-t-il averti, disant redouter la découverte "d'autres atrocités" attribuées aux forces russes en Ukraine.

L'armée russe a affirmé mardi soir avoir abattu deux hélicoptères ukrainiens cherchant à évacuer des chefs d'un bataillon nationaliste défendant Marioupol (sud-est), tout en appelant une nouvelle fois ces défenseurs à déposer les armes.

Marioupol a "dépassé le stade de la catastrophe humanitaire", avait affirmé à l'AFP dans la journée Vadim Boïtchenko, maire de ce grand port assiégé par l'armée russe, qualifiant d'"invivable" la situation des quelque 120.000 habitants restés sur place.

La ville, qui comptait près d'un demi-million d'habitants avant la guerre, est détruite "à 90%", avait-il indiqué lundi.

Selon le dernier décompte du Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR) de l'ONU, plus de 4,24 millions de réfugiés ukrainiens ont fui leur pays depuis le 24 février, du jamais vu en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale.

burx-elm/mav

E.Leuenberger--NZN